Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2011

Investir dans l'économie verte

 Le rapport du PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement), Vers une économie verte : Pour un développement durable et une éradication de la pauvreté, avance l'idée qu'investir seulement 2% du PIB mondial dans dix secteurs clés permettrait d’impulser la transition vers une économie à faible émission de carbone, tout en générant emplois et croissance.

 

TowardsGreenEconomy.png


Ainsi, selon les calculs des auteurs, dépenser 0,03 % du PIB mondial entre 2011 et 2050 pour encourager les propriétaires fonciers à conserver leurs forêts et à reboiser se traduirait par une hausse de la valeur ajoutée de l’industrie forestière de 20%, des créations d’emplois et une augmentation considérable de la capacité de stockage de carbone par les forêts.

De même, des investissements de l’ordre de 100 à 300 milliards de dollars US (fourchette assez large donc) entre 2010 et 2050 en faveur d’une agriculture durable permettraient d’accroître les rendements mondiaux de 10 % en moyenne.

Les auteurs admettent que le passage à une économie verte pourrait, dans un premier temps (jusqu’en 2030), entraîner des destructions d’emplois dans le monde, dans des secteurs comme la pêche. Mais, par la suite, des créations d’emplois au moins aussi importantes sont à attendre dans l’agriculture (+ 4%), ou le secteur forestier (+ 20 %).

Le contenu de ce rapport est extrait d’une étude macroéconomique plus large publiée en ligne. Il vise à accélérer le développement durable et fait partie de la contribution du PNUE à la préparation de la conférence Rio+20 qui aura lieu au Brésil en 2012.

15:43 Publié dans Environnement, Mondialisation et international, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/04/2011

L'emploi agricole augmente en Grèce

Entre 2008 et 2010, l'emploi agricole a augmenté de 7% en Grèce, soit 38 000 nouveaux emplois. Cette évolution, en fort contraste avec les autres secteurs de l'économie grecque, intervient alors que le chômage est passé de 10% à 15% en un an.

Les "nouveaux agriculteurs" se recrutent essentiellement dans la tranche d'âge des 45-64 ans. Le salariat agricole a connu une forte progression.

L'agriculture représente encore 12,5% de la population active en Grèce. Elle semble jouer, comme en Turquie, le rôle d'amortisseur de la crise.

Source : Kathimerini

11:41 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : grèce |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/04/2011

23 recommandations pour l'évolution de la politique laitière américaine

 En janvier 2010, le secrétaire américain à l'agriculture, Tom Vilsack constituait le Dairy Industry Advisory Committee afin de mener une réflexion relative à la politique agricole américaine. Ce comité avait à se pencher sur les questions de volatilité du prix du lait à la production et de rentabilité de l'élevage laitier, dans le but de formuler une série de recommandations en matière de politique laitière.

Après plus d'un an de travaux, experts et professionnels de ce comité ont remis leur rapport final au secrétaire à l'agriculture. Ce rapport contient 23 recommandations en matière de politiques laitière. Le DIAC plaide notamment en faveur de  :

  • la mise en œuvre d'un programme de gestion de la croissance de la production, sans que celui-ci n'entrave l'entrée de nouveaux producteurs dans le secteur ;

  • l'évolution des aides contra-cycliques pour la production de lait, avec la prise en compte, pour leur activation, de seuils en matière de revenus et de coût des aliments. Ces aides étant aujourd'hui plafonnées, le comité préconise le développement de systèmes assurantiels au-delà du plafond permettant de couvrir le risque des grandes exploitations.

  • Des paiements plus incitatifs pour l'adoption de pratiques respectueuses de l'environnement,

  • La fin des soutiens à l'éthanol conduisant au renchérissement du coût de l'alimentation des vaches laitières,

  • La garantie d'obtention du statut de résident permanent pour les salariés immigrés employés dans les exploitations laitières 

Au-delà de ces recommandations, ce rapport est riche d'informations relatives aux nombreux outils de la politique laitière américaine.

Marie-Sophie Dedieu, CEP

18:13 Publié dans 4. Politiques publiques, Filières agricoles, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : etats-unis, lait |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/03/2011

Femmes en agriculture

Selon le rapport de la FAO "La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2010-2011" qui porte cette année sur "Le rôle des femmes en agriculture", si les femmes avaient le même accès que les hommes aux ressources productives, la production des femmes pourrait augmenter de 20 à 30% dans les pays en voie de développement, ce qui, selon le rapport, permettrait de réduire de 12 à 17% le pourcentage de personnes souffrant de la famine, soit 100 à 150 millions de personnes.

Lire la suite

16:27 Publié dans Développement, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/03/2011

Les agriculteurs et le RSA

Le RSA est entré en vigueur en Juin 2009. Alors que le nombre d'allocataires de minimas sociaux connaît une hausse forte hausse ces deux dernières années, la montée en charge du RSA est en retrait par rapport à celle attendue.

Dans le domaine agricole, le nombre de bénéficiaire est resté en deçà des estimations (10 000 environ contre 20 000 attendus). Pourtant, le contexte économique, les aléas sanitaires ou climatiques et la pauvreté rurale sont autant d'éléments qui peuvent générer des demandeurs dans le monde agricole. Le rapport CGAAER / IGAS sur l'accès des non-salariés agricoles au RSA est très utile pour comprendre pourquoi ce dispositif est peu sollicité par les non-salariés agricoles.

Lire la suite

10:22 Publié dans Territoires, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/01/2011

Le Japon incite les jeunes à s'installer

Le ministère japonais de l'agriculture a annoncé début janvier 2011 un programme pour réhabiliter l'agriculture, la forêt et la pêche : il propose d'offrir 1 million de yens (9200 euros) par an pendant 5 ans aux jeunes issus d'une famille agricole pour reprendre leur ferme familiale, ainsi qu'à des jeunes urbains quittant leur emploi pour devenir agriculteurs, pêcheurs ou sylviculteurs.

Le gouvernement espère convaincre ainsi 10 000 jeunes et prévoit un budget total de 50 milliards de yens. Des prêts seront également accordés pour les agriculteurs qui souhaitent se lancer dans le tourisme rural.

Il espère ainsi lutter contre les pénuries de main-d'oeuvre qui affectent le secteur, alors que l'âge moyen des agriculteurs japonais atteint 65 ans, et que l'autosuffisance alimentaire du pays est passée de 73% en 1965 à environ 40%.

Céline Laisney, CEP (Centre d'études et de prospective)

Source : Yomiuri Daily

14:01 Publié dans 4. Politiques publiques, Territoires, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : japon, jeunes |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/01/2011

Coût du travail en Fruits et légumes aux Etats-Unis

La production de fruits et légumes demande beaucoup de main-d'oeuvre. Celle-ci représente 42% des coûts de production des exploitations maraîchères américaines.

Environ la moitié des salariés agricoles aux États-Unis seraient des immigrés clandestins, or les réformes des lois sur l'immigration, si elles réduisent l'offre de main-d'oeuvre, risque d'accroître le coût du travail agricole. Dans ce rapport de l'ERS, plusieurs scénarios envisagent les conséquences potentielles sur la base d'études de cas, dont une mécanisation plus importante pour certaines cultures, et une réduction de la production pour d'autres.

14:55 Publié dans Filières agricoles, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : etats-unis |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/12/2010

Les transformations en cours du métier d’éleveur laitier

Face au contexte changeant, les éleveurs laitiers voient leur métier se transformer progressivement. Pour mieux connaître la nature de ces changements, les compétences induites nécessaires et les besoins de formation à moyen terme des éleveurs, Vivéa, le fonds de formation des agriculteurs a lancé un chantier national sur le sujet. L’Institut de l’Elevage a conduit la partie « étude » de ce projet, dans laquelle il s’agissait de comprendre les préoccupations des éleveurs, d’appréhender leurs nouvelles compétences à acquérir, et de déterminer les freins et motivations liées à la formation.
Pour cela, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et d’experts de la filière ont été menés dans deux départements (Tarn et Ille-et-Vilaine) et au niveau national.
Dans l'ensemble, les éleveurs laitiers enquêtés estiment avoir un métier "passionnant" mais sont aujourd’hui fortement préoccupés par les aspects "revenu" et "condition de travail".
 Ils jugent que les changements en cours sont en train de transformer leur métier d’éleveur, qui les fait passer du statut de "livreur de lait" à celui de "gestionnaire". La formation est reconnue comme une des clés permettant la réussite de cette transformation.

14:03 Publié dans Filières agricoles, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

29/10/2010

Danone se lance dans le microcrédit en France

Après avoir développé des activités de microcrédit au Bangladesh ou au Sénégal, afin de réduire la malnutrition et développer l'emploi local, Danone en fait de même en France, au travers du fonds dédié Danone Communities.

L'opération est destinée à aider des agriculteurs en situation précaire, en les assistant dans la création de petites unités de transformation de leurs produits. Le fonds, baptisé «Isomir», alimenté par Danone mais aussi la Caisse des Dépôts, le Crédit coopératif ou la FNCuma, dispose aujourd'hui d'un capital de 400.000 euros. Il doit permettre de créer une trentaine d'ateliers dans des zones rurales de faible densité.

11:42 Publié dans Alimentation et consommation, Territoires, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Les labels de qualité créent de la valeur

Les labels de qualité permettent aux producteurs de valoriser leurs productions et de générer de l'emploi, selon deux études de l'Irqualim (Institut régional de la qualité agroalimentaire).

Ces études portent sur cinq produits emblématiques de Midi-Pyrénées : l'agneau fermier du Quercy , le haricot tarbais, le boeuf fermier Aubrac, le Rocamadour et l'Ail rose de Lautrec.

Les labels constituent aussi une porte d'entrée dans la grande distribution, induisant un accroissement des volumes vendus. Ils fixent l'activité économique sur un territoire et empêchent sa délocalisation du fait de la non reproductibilité des démarches qualité. Ils sont donc également bénéfiques à l'emploi.

Le monde agricole recrute parmi les demandeurs d'emploi

ADEMA, Accès des Demandeurs d’Emploi aux Métiers Agricoles, entame sa mise en œuvre. Cette formation courte, d’une durée de 22 jours (154 heures), s’adresse aux demandeurs d’emploi qui ne connaissent pas ou qui connaissent peu le secteur agricole et qui sont motivés pour y travailler. Il s’agit d’un stage de découverte des métiers.

adema.jpg


Créé à la suite de l’accord du 6 janvier 2009 sur la formation professionnelle en agriculture, ADEMA a pour vocation de permettre l’accès à la formation des publics les moins qualifiés. « Jusqu'à présent, le milieu agricole s'auto-suffisait et fournissait la relève. Ce n'est plus le cas et il faut s'ouvrir », explique Laurent Usse, de la FRSEA.

Des témoignages audio de stagiaires Adema, formateurs Adema, entreprises ou salariés du monde agricole sont diffusées sur les radios françaises entre le 25 octobre et le 7 novembre 2010.

10:38 Publié dans Enseignement et recherche, Exploitations agricoles, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

28/05/2010

Baisse de l'emploi agricole dans l'UE-27

Le secteur agricole européen a perdu 3,7 millions d'emplois entre 2000 et 2009, soit le quart des effectifs, selon les dernières données d'Eurostat. L'emploi agricole a diminué de 17% dans l'UE-15 et de 31% dans les 12 nouveaux Etats membres (jusqu'à - 55% en Estonie).

En 2009, l'agriculture européenne comptait 11,2 millions d'emplois équivalent temps plein, dont un peu plus de la moitié dans les 12 nouveaux Etats. La Pologne représente 20 % de l'ensemble, suivie de près par la Roumanie (19%), l'Italie (10%), puis l'Espagne et la France avec chacune 8%.

Cette baisse est-elle appelée à se poursuivre selon le même rythme ? Selon les dernières prévisions du CEDEFOP (Centre européen pour le développement de la formation professionnelle) portant sur la période 2010-2020, l'agriculture européenne devrait perdre encore près de 2,5 millions d'emplois, et sa part passer de 5,4% à 4,2% du total des emplois en 2020. Il s'agit toutefois de projections tendancielles portant sur des données très agrégées, ne prenant pas en compte d'éventuels changements de politiques ou de modes de production.

 

15:00 Publié dans 3. Prévision, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/05/2010

Stratégie britannique pour développer les compétences

Au Royaume-Uni, une nouvelle stratégie nationale, AgriSkills Forum 2010, élaborée par les acteurs majeurs du secteur agroalimentaire, et réalisée à la demande du Department for Environment, Food and Rural Affairs (DEFRA), vise à faire reconnaître l'agriculture comme un secteur industriel à la fois prioritaire et innovant, et à développer les compétences des agriculteurs en conséquence.

Partant du constat que les agriculteurs ne sont plus uniquement des exploitants mais aussi des producteurs, des aménageurs ou encore des fournisseurs d'énergie, le rapport souligne que Ieur niveau de qualifications s'élève rapidement et nettement. Pourtant, n'étant pas reconnue comme une industrie de pointe ou comme un domaine stratégique, l'agriculture continue à véhiculer l'image d'un monde nécessitant peu de compétences.

AgriSkills Forum 2010 suggère des pistes d'action pour doter le Royaume-Uni en compétences techniques et professionnelles adaptées aux enjeux d'avenir. Privilégiant l'industrie agroalimentaire, elles visent à faire reconnaître comme essentiel le développement des business skills : compétences économiques et financières, qualités managériales et entrepreneuriales.

10:01 Publié dans 4. Politiques publiques, Enseignement et recherche, IAA, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

22/04/2010

L’emploi agricole amortit la crise en Turquie

Sous l'effet de la crise économique (-5% de PIB en 2009), le taux de chômage en Turquie est passé de 10,6% fin 2008 à 14% fin 2009. Mais cette hausse serait nettement plus forte sans l'emploi agricole qui joue un rôle d'amortisseur de la crise. En effet, hors agriculture, le taux de chômage est passé à 16,6% fin 2009, après avoir atteint 19% au début de la même année.

L'agriculture adoucit les conséquences de la crise en offrant des possibilités d'emplois aux travailleurs les moins qualifiés. Le secteur primaire emploie encore 26% de la population active, soit plus de cinq millions de personnes.

Cette part s'est réduite (40% de la population active travaillait dans le secteur en 1999), sous l'effet de la modernisation rapide du pays. Mais avec la crise, l'emploi agricole connaît une remontée sensible (+640.000 emplois en 2009), signe d'un retour de la main d'œuvre vers les villages.

Selon Seyfettin Gürsel, directeur du centre de recherches économiques et sociales de l'université Bahçesehir d'Istanbul, "l'emploi agricole, inhabituellement haut, stabilise le taux de chômage".

Il est probable que le même phénomène soit à l'œuvre dans d'autres pays encore très agricoles, comme certains pays d'Europe centrale et orientale.

Source : Econostrum info

 

10:24 Publié dans Mondialisation et international, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/05/2009

Conditions de travail des salariés agricoles

L'enquête vieillissement en agriculture "EVA" menée par la MSA, a permis la constitution d'une base de données riche et importante portant sur les conditions de travail des salariés agricoles de 50 ans et plus, en activité.

Elle met en évidence de fortes expositions aux risques professionnels de ces personnes au cours de leurs carrières, souvent longues et considérées comme pénibles.

Les contraintes physiques concernent le plus grand nombre, les contraintes psychologiques, bien qu'exposant moins de salariés, sont tout particulièrement qualifiées de pénibles ou de difficiles.

Une écrasante majorité ressent de la fierté pour leur travail, mais une personne sur deux juge que celui-ci est insuffisamment reconnu. Or, l'étude montre que l'absence de reconnaissance a un effet délétère sur la santé.

 

Synthèse de l'enquête

 

10:48 Publié dans Santé et risques sanitaires, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook