Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2017

Un régime riche en graisse modifie le système nerveux de récompense

Dans le journal eNeuro, des chercheurs de l'Inra, du CNRS et de l'université de Bordeaux ont mis en évidence que l'exposition, dès l'enfance, à des régimes riches en graisses modifiait, chez les rats adultes, les réactions du système nerveux gérant les circuits de récompense.

Dans le cerveau, les circuits dopaminergiques de récompense gèrent les réactions aux signaux de plaisir, et notamment la recherche du renouvellement de ce plaisir. Ces circuits impliquent des mécanismes de sensibilisation : la répétition de la récompense en induit une recherche d'autant plus intense. Ces mécanismes sont au cœur des phénomènes d'addiction pharmacologiques (à des molécules court-circuitant le système) ou alimentaires (aux aliments appétants, sucrés). Différents travaux de recherche ont déjà montré l'implication de ce système de gestion de la récompense dans la régulation et la dérégulation de la prise alimentaire et de la satiété, et donc dans les problèmes d'obésité (voir à ce sujet un précédent billet sur ce blog).

Ces chercheurs ont mis en évidence que l'exposition de rats à un régime riche en graisse durant l'enfance et l'adolescence provoquait une sensibilité accrue au stimulus de la récompense. Dans leurs travaux, la stimulation du système de récompense est réalisée par une injection d'amphétamines, précédée d'une première injection, stimulante ou témoin, pour évaluer la sensibilisation du système. La réponse est mesurée par l'activité physique des rats. Les animaux exposés à un régime riche en graisse se révèlent nettement plus réactifs à la deuxième stimulation, et donc beaucoup plus sensibilisés.

Stimulation sans sensibilisation préalable

régime alimentaire,graisse,rats,système nerveux de récompense

Stimulation après sensibilisation préalable

régime alimentaire,graisse,rats,système nerveux de récompense

Les résultats des rats soumis à un régime équilibré sont en noir, ceux des rats adultes soumis à un régime gras durant leur adolescence sont en rouge. Ceux-ci se révèlent significativement plus sensibles, plus réactifs à la sensibilisation préalable.

Source : eNeuro

Cette sensibilité du système de récompense se voit confirmée au niveau cellulaire. Ainsi, l'exposition à un régime riche en graisse induit chez le rat une vulnérabilité particulière et des modifications comportementales à long terme. Ces résultats sur un modèle animal posent la question, chez les humains, du rôle de l'alimentation, notamment durant l'adolescence, dans la vulnérabilité aux addictions. Ils plaident aussi pour une approche à long terme des régimes alimentaires.

Jean-Noël Depeyrot, Centre d'études et de prospective

Source : eNeuro

13/06/2017

Publication d'une expertise scientifique collective sur la conscience animale

À la demande de l'EFSA, l'Inra a conduit, à partir de 2015, une expertise scientifique collective sur la conscience animale, en s'appuyant sur un groupe de 17 experts internationaux : les résultats ont été publiés en mai dernier. À partir d'une revue critique de la littérature internationale (659 références), a été dressé un état des lieux des connaissances actuelles sur les différentes dimensions de la conscience animale, en particulier pour les espèces d'élevage. Pour l'espèce humaine, la conscience peut être définie comme l'expérience subjective qu'un individu a de son environnement, de son corps ou de ses connaissances. Pour les auteurs, la conscience animale peut être décrite comme résultant de l'interaction des différentes couches fonctionnelles de compétences pour percevoir, mobiliser de l'attention, mémoriser, éprouver des émotions et évaluer une situation. Notons ici que la conscience animale fait, depuis longtemps, l'objet de débats dans la société civile et la communauté scientifique (cf. déclaration de Cambridge, 2012).

Les experts se sont penchés sur différentes études de philosophes et d'éthologues, notamment celles de Griffin sur la complexité des comportements animaux (dont, pour certains, l'usage d'outils) et de Morgan qui avait postulé l'aspect matériel de la conscience dans la fonction neurale. Plus globalement, ont été analysées les données sur l'umwelt des animaux, c'est-à-dire leur perception du monde. Par ailleurs, les auteurs ont examiné les leçons pouvant être tirées des études des comportements animaux, dans le cadre de leurs interactions avec d'autres animaux et avec l'humain. Ont par exemple été mobilisés des travaux constatant l'existence de relations animales « collaboratives » (veille alternée vis-à-vis des prédateurs et recherche collective de nourriture), ou démontrant, chez des animaux très différents (singes, chiens et moutons), l'aptitude à mobiliser des capacités cognitives et émotionnelles pour se construire une représentation de leur partenaire humain. Ainsi, une étude a montré qu'un agneau reconnaissait son éleveur dès l'âge de deux jours. Si la mémoire est sujet de débat, certains chercheurs estimant que les animaux vivent dans le présent, d'autres ont établi, chez le porc notamment, la capacité à se souvenir d'expériences passées.

Il ressort de cette expertise collective que la conscience prend des tournures très différentes selon les espèces animales et leurs environnements de vie. Les animaux possèdent un large éventail de capacités cognitives associées à des comportements plus ou moins complexes et certains auraient la capacité d’intégrer des informations, de les synthétiser et d'avoir une réponse adaptée à chaque situation nouvelle.

Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

Source : Inra

09:53 Publié dans Enseignement et recherche, Société | Lien permanent | Tags : conscience animale, expertise collective |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/06/2017

Le couvert forestier des zones arides serait sous-évalué de plus de 40 %

Une étude menée par une trentaine de scientifiques de treize pays, et publiée en mai 2017 dans la revue Science, a abouti à une réévaluation de 40 à 47 % du couvert forestier des zones arides. La surface forestière mondiale serait ainsi 9 % plus importante qu'anciennement calculé.

Sur la base d'images satellitaires à haute résolution fournies par Google Earth, couvrant plus de 210 000 parcelles de 0,5 hectare réparties sur l’ensemble du globe, l'équipe de chercheurs a pu réévaluer de près de 467 millions d'hectares – l'équivalent de la forêt amazonienne – le couvert forestier des zones arides. Ceci porterait leur superficie à 1 079 millions d'hectares, une étendue similaire à celle des forêts tropicales humides.

Comparaison des couverts forestiers dans les zones arides africaines entre l'étude présentée et une précédente étude

foret.jpg

Source : Sciencemag.org

Les zones arides couvrent actuellement les deux cinquièmes des terres émergées et sont localisées en Afrique au sud du désert saharien, autour du tropique du Capricorne et de la Méditerranée, en Russie, dans le centre de l’Inde, sur les côtes australiennes, dans l’ouest de l’Amérique latine, l’est du Brésil, le nord du Venezuela et de la Colombie, ainsi qu’au centre du Canada. Compte tenu de la pression de l'activité humaine et des changements climatiques à venir, ces zones pourraient couvrir, d'après ces scientifiques, plus de 50 % des terres d'ici la fin du XXIe siècle, d'où la nécessité d'affiner la quantification de leurs couverts forestiers afin d'en appréhender les contributions réelles au cycle mondial du carbone.

Toujours d'après les auteurs, ces connaissances permettraient la mise en place, dans ces régions généralement pauvres et déshéritées, de programmes de conservation et de restauration du couvert boisé. Ce couvert peut jouer un rôle important, non seulement dans la lutte contre le changement climatique, la désertification et la perte de biodiversité, mais aussi dans la fourniture de services écosystémiques en faveur des populations locales. En effet, ces écosystèmes procurent une partie non négligeable des ressources en alimentation, en énergie (chauffage et cuisson) et en fourrage pour les animaux aux 2 milliards de personnes vivants dans ces zones.

José Ramanantsoa, Centre d'études et de prospective

Source : Science

09:37 Publié dans Enseignement et recherche, Forêts Bois | Lien permanent | Tags : couvert forestier, zones arides, images satellitaires |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/06/2017

Le triomphe des graines, Thor Hanson

graines.jpg

Alors que l'humanité doit son alimentation et sa survie aux graines, nous finissons par ne plus les voir tant elles sont partout. Hanson veut réparer cette injustice en prononçant l'éloge des semences nourricières, dans un livre plein d'humour, de science et de passion. Sa prose, typiquement américaine, nous promène d'anecdotes en découvertes, des petites histoires de sa vie de chercheur à la grande histoire de l'évolution de la nature.

Hanson découpe son apologie en cinq chapitres, chacun étant consacré à une prouesse remarquable des graines. Premièrement, les graines nourrissent. Elles nourrissent d'abord le végétal en devenir : une graine, c'est "un bébé plante, dans une boîte, avec son déjeuner". Mais les graines nourrissent aussi les animaux et les humains, avec un bon apport calorique, et un lien attesté entre graminées et civilisation, puis entre développement et commerce céréalier, et sur les derniers siècles entre grains et paix sociale. En second lieu, les graines s'unissent. Avant elles, chez les végétaux à spores du Carbonifère, l'union des gènes parentaux, hasardeuse, était reléguée aux sols marécageux. Avec le climat plus sec du Permien, elle se produit à l'air libre, sur la plante mère elle-même, pour engendrer un fruit transportable, prêt à pousser. Innovation suprême : la dispersion du pollen élimine l'impératif ancien de présence d'eau.

Troisièmement, les graines résistent, avec une incroyable endurance. D'entreprenants botanistes ont réussi à faire germer des graines vieilles de 200 ans (Leucospermum), de 600 ans (balisier), de 1 300 ans (lotus d'Orient). Cette aptitude à la dormance fut vitale pour les hommes et leur agriculture. Aujourd'hui, les banques de semences se multiplient partout dans le monde, signe de la prise de conscience des menaces associées à la réduction de la biodiversité. Quatrièmement, les graines se défendent. Elles disposent de tout un arsenal de protection passive : coques épaisses et multicouches, formes résistantes aux chocs, bogues à piques, enveloppes ligneuses, cristaux résineux, etc. Elles déclenchent aussi des réactions chimiques pour repousser ou anéantir les agresseurs : alcaloïdes, strychnine, arsenic, insecticides, mais aussi goûts pimentés (capsaïcine) ou poivrés (pipérine), sans oublier la myristicine de la muscade. Si les graines n'avaient pas eu à lutter pour leur survie, notre cuisine serait aujourd'hui bien fade !

Enfin, les graines voyagent. Pour cela, elles se font belles et désirables, incorporées à des fruits colorés et odorants qui, dans leur merveilleuse variété, n'existent que pour servir leur fécondité. Le but est d'attirer le maximum de disséminateurs potentiels. L'écoulement des eaux ou les coups de vent sont d'autres bons moyens de transport, sur de plus longues distances. Cette adaptation au voyage accrut leur diversité et "leur donna accès à des habitats un peu partout sur la planète".

Bruno Hérault, Centre d'études et de prospective

Lien : Éditions Buchet-Chastel

09:14 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : graines |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/06/2017

Comment la domestication a-t-elle modifié le génome des chevaux ?

Une équipe internationale de chercheurs, dirigée par L. Orlando du CNRS (Toulouse), a étudié le génome de chevaux ayant vécu au cours des premiers millénaires de la domestication de cet animal, survenue 4 000 ans avant notre ère. L'examen des squelettes de 15 chevaux a révélé des caractéristiques recherchées par les éleveurs, telles que des membres supérieurs ou des glandes mammaires développés. Les auteurs ont déterminé les régions du génome où se sont concentrées ces mutations adaptatives, et ont établi que ces régions portaient des gènes liés à la crête neurale, cellules nerveuses embryonnaires à l'origine de nombreux tissus de l'organisme. Ces travaux vont dans le sens d'une « théorie de la crête neurale », qui expliquerait une certaine convergence de caractéristiques physiques et comportementales chez les animaux domestiques.

Source : Science

08:40 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : génétique, domestication, cheval |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/05/2017

L'éducation, un enjeu pour l'économie des zones rurales des pays de l'OCDE

Alors que les zones rurales perdent des habitants et voient les services publics physiques reculer, l'accès à l'éducation devient un enjeu important pour leur dynamisme économique, d'autant que de nombreuses industries y sont implantées. C'est l'objet du focus sur l'enquête PISA 2015, publié le mois dernier par l'OCDE, portant sur tous les pays membres de l'organisation.

Croisant divers indicateurs statistiques, l'auteur met en évidence les difficultés rencontrées par les populations rurales pour accéder à une même qualité d'éducation, en particulier dans les zones les plus éloignées : scolarisation précoce plus faible, fermetures d'école, offre scolaire plus réduite, recrutements d'enseignants plus difficiles, etc. Ces difficultés conduisent, dans plusieurs pays, à des écarts importants en matière d'acquisition de compétences entre les élèves du monde rural (écoles localisées dans des communes de moins de 3 000 habitants) ou urbain (écoles situées dans des villes de plus de 100 000 habitants) : ce constat est particulièrement sévère en Hongrie, Portugal, Slovaquie et Turquie.

Écart de performance en science, en tenant compte des origines socio-économiques entre les élèves des écoles rurales et urbaines

PISA.jpg

Source : OCDE

La poursuite d'études, avec l'obtention d'un diplôme de fin d'enseignement secondaire, est également contrastée selon les régions, à l'avantage des plus urbaines. Ce résultat est obtenu en croisant des statistiques régionalisées de niveau d'études et de populations vivant en zone rurale. Les disparités régionales sont plus ou moins importantes selon les pays (30 à 40 points d'écart au Mexique et en Turquie, quasiment nulles en Suisse et Slovénie), mais, dans pratiquement tous les cas, à l'avantage des régions les plus urbanisées.

La réduction de l'offre physique de services en milieu rural pèse sur l'attractivité de ces régions pour les enseignants les plus qualifiés et les plus expérimentés. Au-delà de politiques incitatives, l'auteur met en avant la nécessité de former de manière spécifique les enseignants intervenant en milieu rural, et de rompre leur isolement de la communauté éducative par un soutien approprié.

Enfin, si les outils numériques facilitent l'accès des élèves aux ressources éducatives et à l'e-enseignement, lorsque les distances à parcourir deviennent trop importantes, on constate que les régions les plus éloignées sont également les moins bien équipées en haut débit dans de nombreux pays.

Muriel Mahé, Centre d'études et de prospective

Source : OCDE

11:06 Publié dans Enseignement et recherche, Territoires | Lien permanent | Tags : ocde, pisa, éducation, zones rurales |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/05/2017

L'Institut International pour l'Environnement et le Développement (IIED) – International Institute for Environment and Development

IIED1.jpg

Fondé en 1971, l'Institut International pour l'Environnement et le Développement (IIED) est un centre de recherche indépendant, travaillant sur les politiques publiques pour l'environnement et le développement dans les pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine. Il est basé à Londres et dispose d'une antenne à Edimbourg. Sa première directrice, Barbara Ward, participa à la rédaction du rapport préparatoire pour la conférence des Nations unies sur l'environnement de Stockholm de 1972, ce qui mena à la création du programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Elle y soulignait l'importance du lien entre l'environnement et le bien-être humain.

L'Institut compte actuellement 114 personnes, dont 75 chercheurs, qui travaillent sur quatre thèmes principaux : 1) l'adaptation et la résilience face au changement climatique, 2) la pauvreté, l'accès à la santé et au logement dans les centres urbains, 3) la gestion équitable et durable des ressources naturelles, et 4) l'impact économique, environnemental et social des marchés. Sur la base de ses recherches, l'IIED conseille des organismes majeurs, dont la Banque mondiale, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, ainsi que des gouvernements parmi lesquels le Royaume-Uni, la Suède et le Danemark. Pour cela, il dispose d'un budget annuel de 20 millions de livres sterling (environ 24 millions d'euros), financé par des donations, des partenariats et des subventions.

Revenu de l'IIED par type de donneurs, 2015/2016 (£)

IIED2.jpg

Source : IIED

L'IIED produit de nombreuses publications (plus de 6 000 à ce jour), parmi lesquelles des rapports, des brèves, des articles scientifiques et des ouvrages. Il édite également le journal international Environment & Urbanization. À titre d'exemple, un rapport récent explore les synergies et les conflits entre les politiques de développement agricole et celles de protection des forêts dans trois pays d'Afrique subsaharienne : le Ghana, l’Éthiopie et la Tanzanie. Les auteurs montrent que les objectifs de sécurité alimentaire et de protection de l'environnement, visés par ces différentes politiques, sont incompatibles sur le long terme. Il apparaît donc nécessaire, selon eux, de mieux analyser et intégrer les risques et les arbitrages existants pour décider où et comment intensifier l'agriculture dans ces pays.

Estelle Midler, Centre d'études et de prospective

Source : IIED

10:37 Publié dans Enseignement et recherche, Mondialisation et international | Lien permanent | Tags : portrait, iied |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/05/2017

Une cartographie fine du génome de l'orge

Après dix ans de travaux, un consortium international de chercheurs a publié, en avril 2017, un séquençage du génome de l'orge avec une précision inédite. Un tel séquençage se révélait particulièrement complexe en raison de la structure de ce génome, composé de très nombreuses réplications de séquences, qui ont nécessité des approches spécifiques pour obtenir une cartographie fine des chromosomes. Au-delà du cas de l'orge, ce séquençage fin contribue à améliorer la connaissance des gènes d'intérêt agronomique, dont des variants sont retrouvés dans les autres céréales.

Les chercheurs ont par ailleurs pu utiliser cette nouvelle carte du génome de l'orge pour cartographier, à l'échelle des chromosomes, la variabilité génétique de 96 cultivars différents, orges de printemps et orges d'hiver.

Cette analyse met en évidence la très faible diversité génétique sur les aires autour des centromères chromosomiques, et permet de mieux comprendre les mécanismes physiques qui entrent en jeu lors des méioses, à la base de la sélection variétale. Cette cartographie ouvre donc la voie à de nombreux travaux en génétique végétale, pour la recherche fondamentale, la sélection variétale mais aussi, compte tenu des innovations les plus récentes, en sélection génomique.

Source : Nature

10:30 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Agronomie, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : orge, génétique, séquençage, génome |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/05/2017

Actualités sur la recherche et l'innovation du Teagasc

Dans une publication récente, le Teagasc (voir un portrait sur ce blog) présente des résultats de sa politique de recherche, dans différents domaines liés aux productions animales, et leurs traductions en action publique. En particulier, un article est consacré aux travaux de l'organisme irlandais sur le concept de One Health : s'appuyant notamment sur la publication Global trends of antimicrobial use in food animals, il a mis en place des politiques de réduction d'usage d'antibiotiques. Le recours aux alternatives thérapeutiques et à de nouvelles stratégies en élevages d'animaux de ferme est également exploité dans le Teagasc technology foresigth. On peut citer à ce sujet les conclusions d'une réunion de professionnels sur la conduite de troupeaux de brebis.

Parmi les autres points abordés par ce document figurent la valorisation protéique des viandes de races allaitantes et le lien entre génétique et croissance chez les porcs. Ce recueil offre ainsi un panorama de données issues de recherches appliquées, pouvant être utilement valorisées dans l'action publique.

Teagasc.jpg

Source : Teagasc

14/03/2017

Sciences, savoirs et savoir-faire des agriculteurs : quels regards porter sur le passé ?

Dans le dernier numéro de Zilsel, Jérôme Lamy (CNRS) livre une rétrospective de la sociologie rurale française depuis les années 1950. Sa revue de littérature est menée au prisme des « savoirs ruraux ». Pour l’auteur, cette notion recèle une « part d’ambiguïté » puisqu’elle « renvoie aussi bien aux travaux scientifiques » qu’aux « savoirs dit "traditionnels" ». Il s’agit pour lui d’examiner comment se recomposent les liens entre modernisation et légitimité de ces savoirs.

Dans la phase d’institutionnalisation de la sociologie rurale, autour des travaux de H. Mendras, les savoirs ruraux sont peu analysés, sinon « en passant », pour suggérer comment ils sont supplantés par le développement d’une agriculture rationnelle, hautement mécanisée et technicisée. À partir des travaux inspirés par l’ethnographie des pratiques de P. Bourdieu, dans les années 1970, ils sont étudiés de façon plus approfondie, jusqu’à contribuer, dans la dernière période (années 1990), à la mise en valeur d’une « modernisation alternative » plus respectueuse de l’environnement, notamment dans les travaux du département SAD de l’Inra.

Il est intéressant de lire, en parallèle, un article récent d’OIessia Kirtchik sur l’institutionnalisation et le déclin de l’économie rurale entre 1950 et 1985, moment où cette spécialité « nationale », portée par les agronomes d’État, cède le pas à des approches « généralistes » menées dans un cadre d'analyse néo-classique.

Par ailleurs, signalons une contribution de Jacques Caplat (EHESS) dans la revue Histoire et sociétés rurales. À partir d’enquêtes sur la sélection végétale paysanne, l’auteur soutient que les savoirs paysans « témoignent d’une créativité scientifique réelle », mais sans doute, faute de formalisation écrite, négligée quant à sa contribution passée à l’innovation agricole.

Florent Bidaud, Centre d’études et de prospective

Sources : Zilsel, Histoire et sociétés rurales, Revue d'anthropologie des connaissances

10/03/2017

Le Consultative Group on International Agricultural Research (CGIAR) - Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale

CGIAR.jpg

Le CGIAR se définit comme un partenariat mondial pour la recherche construit autour d'une mission : s'appuyer sur la science et l'innovation pour fournir aux populations défavorisées, en particulier aux femmes, des outils pour améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, augmenter la production agricole et sa résilience, et gérer les ressources naturelles dans des contextes de défis globaux comme le changement climatique. Depuis sa création en 1971, les objectifs et le périmètre du CGIAR se sont élargis, à partir d'un focus initial sur l'amélioration de la productivité des principales céréales. Si cet ancrage se retrouve toujours aujourd'hui dans les orientations de l'organisation, sa stratégie 2016-2030 s'est alignée sur les Objectifs de Développement Durable des Nations unies, avec des objectifs chiffrés à l'horizon 2030 : réduire de 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim et de 100 millions celui des plus pauvres, diminuer la dégradation de 190 millions d'hectares de terres agricoles.

Objectifs stratégiques du CGIAR pour 2016-2030

CGIAR2.jpg

Source : CGIAR

Les moyens dont dispose le consortium sont à la hauteur de ses ambitions : il associe 15 centres de recherche indépendants, qui mobilisent plus de 11 000 chercheurs dans 70 pays et collaborent avec des centaines de partenaires (instituts de recherche publics ou privés, organisations de la société civile, organismes de développement, secteur privé), afin de fournir des solutions – technologiques en majorité – applicables sur le terrain. En 2015, le CGIAR disposait d'un budget de 971 millions de dollars, principalement issu de donations de pays (les États-Unis et le Royaume-Uni étant les plus grands contributeurs), d'organisations internationales (ex : Banque mondiale) ou régionales (ex : Banque Inter-Américaine de Développement) et de fondations privées (ex : fondation Bill et Melinda Gates).

CGIAR4.jpg

Source : CGIAR

Parmi les priorités de recherche du CGIAR, on peut noter à titre d'exemples : l'agriculture climato-intelligente ; le développement des chaînes de valeur favorisant la nutrition des consommateurs pauvres ; ou encore l'amélioration génétique des cultures, de l'élevage, de la pisciculture et de la sylviculture. Enfin, dans un bilan réalisé à l'occasion de ses 40 ans d'existence, l'organisation a évalué les bénéfices économiques de ses activités à plus de 14 milliards de dollars. Elle estime par exemple que ses travaux sur le riz ont permis à près de 6,8 millions de Chinois, au cours des années 1980 et 1990, et à 14 millions d'Indiens, de 1991 à 1999, de sortir de la pauvreté dans les dernières décennies du XXe siècle.

Vanina Forget, Centre d'études et de prospective

Lien : CGIAR

09:41 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : portrait, cgiar |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/03/2017

L'Académie des sciences se penche sur les enjeux éthiques liés à la technologie CRISPR-Cas9

L'Académie des sciences a organisé un colloque, le 21 février dernier, sur les questions éthiques soulevées par la technologie CRISPR-Cas9, spécialement consacré aux enjeux pour le secteur agricole. Cette technologie représente une véritable révolution en ingénierie génétique (voir à ce sujet un précédent billet sur ce blog), permettant d'intervenir directement sur le code génétique de tous les êtres vivants. Ce complexe enzymatique ouvre de nombreuses voies de recherche et présente déjà des applications potentielles dans le secteur de la santé, mais aussi de la production agricole et de l'industrie agroalimentaire (voir un autre billet sur ce blog).

Le développement rapide de cette technologie, grâce à sa puissance, sa polyvalence et sa simplicité, n'est pas sans susciter de nombreux défis éthiques. Le colloque a permis en particulier d'aborder ceux liés aux applications pour les plantes cultivées et les animaux d'élevage.

Source : Académie des sciences

09:23 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : crispr-cas9, ethique |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/03/2017

Un procédé pour produire in vitro du muscle porcin à partir de cellules souches pluripotentes

Comme rapporté par le site Food Climate Research Network, un article, publié en février dans Nature scientific report par des chercheurs américains (universités du Missouri et du Maryland), décrit un nouveau procédé de production in vitro de muscle squelettique porcin. Ce procédé utilise des cellules souches porcines pluripotentes (piPSC), lesquelles peuvent se multiplier et donner des cellules plus spécialisées. Il permet un développement cellulaire en l'absence de sérum sanguin : point nouveau par rapport aux précédentes techniques mises au point, cela représente un atout puisque le prélèvement et le stockage du sérum sont considérés comme des facteurs contraignants.

Selon les auteurs, diverses applications pourraient découler de ce procédé, allant de la production de viande in vitro aux recherches en biologie régénératrice. Le porc est en effet un modèle animal reconnu en recherche biomédicale, du fait d'une certaine similitude physiologique et morphologique avec l'homme. La méthode, en cours de développement, pourrait être étendue à la culture de cellules musculaires d'autres espèces animales, ou à d'autres types cellulaires, cardiaques par exemple.

Sources : Nature scientific report, Food Climate Research Network

09:20 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : muscle, production in vitro |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/02/2017

Revue des travaux scientifiques sur les choix alimentaires publiés depuis 1954

Publié dans le numéro de mars 2017 d'Appetite, cet article présente les résultats de la première revue des publications scientifiques quantitatives consacrées aux déterminants des choix alimentaires des adultes, issues de disciplines variées et couvrant la période 1954-2015. Les auteurs se sont appuyés sur le cadre interdisciplinaire DONE (Determinants Of Nutrition and Eating behavior framework), élaboré à l'occasion du projet européen Determinants of Diet and Physical Practices (DEDIPAC). 1 820 publications ont été retenues : 1 737 articles publiés dans 485 journaux académiques (Appetite, Food Quality and Preference, Journal of the American Dietetic Association étant les trois principaux), 57 thèses et 26 chapitres d'ouvrages, actes de conférences ou encore documents de travail.

Représentation simplifiée du cadre DONE

DONE.jpg

Source : Appetite

Cette revue s'est appuyée sur un codage, pour chaque publication, des indicateurs étudiés influant sur les décisions alimentaires, et des approches (nutrition, médecine, technologies alimentaires, étude des comportements, biologie, psychologie, marketing et consommation, économie, sociologie, etc.). Cela permet notamment de mettre en évidence que, si des domaines scientifiques variés sont mobilisés, la majorité des travaux repose sur la médecine et les sciences de la santé, et sur la nutrition. Plus de 60 % des publications sont consacrés à l'étude de l'individu, un tiers inclut le niveau environnemental (caractéristiques des produits par exemple) et peu traitent du niveau « politique » (stratégies industrielles et actions publiques). Il apparaît également que la plupart des travaux est concentrée sur un petit nombre d'indicateurs (facteurs psychologiques et biologiques, caractéristiques des produits). Par ailleurs, la dynamique des publications dans le temps révèle une croissance forte au cours des trente dernières années : la moyenne annuelle de neuf publications sur la période 1954-1989 est passée à 200 ensuite.

Enfin, les auteurs identifient plusieurs limites à leur démarche, qui ouvrent autant de perspectives de travaux : les études qualitatives et celles portant sur les enfants ont été exclues de la sélection ; la discipline de chaque étude a été codée à partir de la revue dans laquelle celle-ci a été publiée.

Julia Gassie, Centre d'études et de prospective

Source : Appetite

11:06 Publié dans Alimentation et consommation, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : recherche, alimentation |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/02/2017

Recherche sur les OGM et conflits d'intérêts

La revue Plos One a publié en décembre 2016 l'article de trois chercheurs de l'Inra analysant les conflits d'intérêts dans les travaux sur l'efficacité et la durabilité des cultures génétiquement modifiées pour résister aux principaux insectes nuisibles (cultures dites Bt).

Thomas Guillemaud, Eric Lombaert et Denis Bourguet ont exploré les liens entre les auteurs de 672 articles académiques publiés entre 1991 et 2015 et les principaux industriels producteurs d'OGM (Monsanto, Syngenta, Dow AgroSciences et DuPont Pioneer). Ils démontrent que 40 % des articles considérés présentent un conflit d'intérêts financier. Par ailleurs, ils ont également trouvé que ces publications avec conflits d'intérêts aboutissent, avec une fréquence 50 % plus élevée que les autres travaux, à des conclusions favorables aux intérêts de l'industrie OGM. L'effet causal direct n'a cependant pas été analysé.

Source : PloS One

10:39 Publié dans Enseignement et recherche, OGM | Lien permanent | Tags : conflit d'intérêt |  Imprimer | | | | |  Facebook