Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2012

Le gaspillage, source de création de valeur pour les IAA

Les industries agroalimentaires peuvent découvrir de nouveaux leviers de création de valeur dans la réduction du gaspillage, d'après une étude de Rabobank. La croissance du prix des matières premières et de l'énergie, ainsi que les objectifs de durabilité, mettent en effet l'accent sur la nécessité d'économiser les ressources. Les nouvelles technologies le permettent plus facilement. Il s'agit donc de considérer le gaspillage non plus comme un coût, mais comme une source de revenus.

De nombreux entreprises illustrent les stratégies possibles pour accroître la rentabilité, en utilisant les déchets comme source d'énergie par exemple, ou en généralisant le compostage, le recyclage, etc. Nestlé produit ainsi 3,5% de son énergie grâce aux 800 000 tonnes de marc de café générées au cours de son processus de production. Cordes, producteur de whisky écossais, en fait de même avec les co-produits de sa distillation.

À peu près au même moment que la parution de cette étude, à l'occasion du Forum de la distribution qui s'est déroulé le 11 octobre 2012 à Bruxelles, des responsables de la grande distribution se sont engagés à prendre, sur une base volontaire, des mesures en matière de prévention des déchets, en vue notamment d'éviter le gaspillage des denrées alimentaires. 19 membres du Forum de la distribution ont présenté leurs propres initiatives dans le domaine des déchets, de la prévention et de la réduction du gaspillage alimentaire. L'Union européenne s'est fixée comme objectif de réduire de moitié ce gaspillage d'ici 2020. Les signataires de l’initiative rendront compte des résultats obtenus lors des prochaines réunions du Forum de la distribution.

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Sources : Rabobank, Europa

16:49 Publié dans Environnement, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

23/10/2012

La gestion des grandes marques particulièrement complexe dans l'agroalimentaire

Le classement des 100 plus grandes marques mondiales en 2012 a été publié par Interbrand. On y retrouve 15 marques du secteur agroalimentaire, parmi lesquelles le n°1, Coca-Cola, ainsi que deux marques françaises : Danone (52) et Moët&Chandon (98).

D'après Interbrand, c'est dans le secteur agroalimentaire que la gestion des marques est la plus complexe de nos jours. En raison d'une part de la pression croissante sur les enjeux éthiques et de santé, qui n'existe pas dans d'autres secteurs, et d'autre part des marges étroites dans la vente de produits alimentaires, les leaders mondiaux doivent ajuster au plus près leur image aux préférences des consommateurs.

Lire la suite

14:54 Publié dans IAA, Mondialisation et international | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

22/10/2012

Inauguration du premier Mega Food Park en Inde

Le premier Mega Food Park (MFP) a été inauguré par le ministre de l’Agriculture indien dans l’Andhra Pradesh. Il s’agit de la concrétisation d’un programme ambitieux lancé en 2008 par le ministère des industries agroalimentaires pour favoriser les investissements dans la transformation agroalimentaire. Les MFP sont des zones industrielles spécifiques dédiées aux IAA.

Le présent MFP, d’une taille de 60 ha, dispose de toutes les installations pour accueillir des industriels (zones de stockage, laboratoires, chaîne du froid, chambres de mûrissage, lignes d’embouteillage, lignes pour fabrication de pulpes de fruits, etc). L’utilisation est prévue sur la base de location des installations ou de terrains. Une dizaine de projets de MFP ont été validés par le ministère des IAA. La mise en place de ces MFP bénéficie de subventions importantes (50 à 75 % du montant total des investissements hors terre).

 

Philippe Beyries, conseiller agricole à New Delhi

14:55 Publié dans 4. Politiques publiques, IAA, Mondialisation et international | Lien permanent | Tags : inde |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/10/2012

Stratégie agro-alimentaire de l'Irlande à l'horizon 2020

Le ministère de l'Agriculture irlandais a publié un bilan d'étape de son ambitieuse stratégie Food Harvest 2020 de développement du secteur agricole et agro-alimentaire. En matière de développement agricole, l'Irlande mise sur ses exportations. La stratégie fixe trois objectifs globaux à l'horizon 2020 : une hausse de 33% de la production agricole en valeur, une hausse de 31% des exportations et une hausse de 40% de la valeur ajoutée. Elle mise également sur la durabilité environnementale de la chaîne de production, dans un but de différentiation sur les marchés internationaux. Pour cela, les entreprises peuvent adhérer à un schéma volontaire, Origin Green.

 Cette stratégie avait été mise en place en 2010, au terme d'un processus transparent et participatif. Suite à une large consultation publique, dont l'ensemble des contributions sont en ligne, un Comité avait été mis en place pour élaborer des recommandations. Il était composé de représentants des organisations agricoles, de l'industrie, de la distribution, mais également des consommateurs, des organisations de défense de l'environnement, ainsi que d'économistes, banquiers et experts en finances publiques.

 Le document de stratégie se décline en plus de 200 recommandations issues de ce Comité. L'originalité du processus réside aussi dans l'importance accordée au suivi de la mise en œuvre. Afin de responsabiliser les acteurs, ce suivi est assuré par le même Comité, qui chaque année produit un document d'étape et définit les actions prioritaires de l'année. Le document d'étape de 2012 indique que parmi les 200 recommandations, 4% ont été réalisés, 39% sont en bonne voie, 49% ont fait l'objet de premières mesures et 7% n'ont pas encore été entamées.

Alexandre Martin, Centre d'études et de prospective

Source : Ministère de l'agriculture irlandais

15:07 Publié dans Environnement, IAA, Mondialisation et international | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/10/2012

Information et affichage environnementaux dans le secteur alimentaire

Depuis une dizaine d’années, les initiatives d’information environnementale destinées à éclairer les décisions d’achats des consommateurs se développent. Si elles ont d'abord été initiées par des acteurs privés (en particulier les distributeurs), aujourd’hui les acteurs publics commencent à jouer un rôle plus actif et des processus expérimentaux sont actuellement en cours en France et au niveau de l’Union européenne. Le secteur agroalimentaire est particulièrement concerné par ces processus.

Afin de mettre en évidence les zones de convergence entre toutes les parties prenantes et d’identifier les points qui restent à débattre, l’Iddri et l’ambassade de la Nouvelle-Zélande à Paris ont organisé un atelier sur l’affichage environnemental dont un document synthétise les principaux points.

Il en ressort que, pour l'instant, l'affichage environnemental sert davantage à documenter les évolutions et améliorations des pratiques le long de la chaîne alimentaire qu'à modifier les comportements de consommation.

Les aspects méthodologiques (quels indicateurs retenir ?), l'accès aux données, la présentation la plus pertinente de cette information pour une meilleure compréhension du consommateur restent des questions très délicates. Elles renforcent la nécessité d’une expérimentation illustrant les écueils potentiels et les solutions possibles.

Source : IDDRI


14:52 Publié dans Environnement, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

30/06/2012

Décomposition de « l'euro alimentaire »

L'observatoire des prix et des marges de FranceAgriMer vient de publier un document de travail rédigé par Philippe Boyer, de l'Observatoire, et Jean-Pierre Butault, de l'INRA, sur la décomposition de l'euro alimentaire en revenus des différents facteurs de production en France pour l'année 2005.

Ces travaux s'inspirent d'une méthode de calcul de décomposition du dollar alimentaire développée par le Service de recherche économique du Département de l'agriculture américain (USDA/ERS), à partir des tableaux entrée-sortie de la comptabilité nationale. Les premiers résultats montrent qu'en 2005, 65% de chaque euro dépensé en alimentation dans les lieux de vente de détail (ne comprenant donc pas la restauration hors domicile) contribuaient à créer de la valeur au sein des filières agro-alimentaires françaises. Le reste de la dépense alimentaire de détail rémunérait les importations de produits agricoles bruts et de produits intermédiaires ou était constitué de taxes sur les produits.

Cette méthode permet également de répartir la valeur ajoutée créée par chaque maillon de la filière agro-alimentaire française et de calculer le nombre d'emplois induits dans les IAA par nos dépenses alimentaires. Ces calculs sont destinés à être actualisés pour couvrir des années plus récentes.

 Jo Cadilhon, Centre d'études et de prospective

 Source : Observatoire des prix et des marges

14:59 Publié dans Alimentation et consommation, Filières agricoles, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

19/06/2012

Scénarios pour l'innovation dans l'agroalimentaire

 « Europe INNOVA » est une initiative à l’intention des professionnels de l’innovation, financée par la Commission européenne dans le cadre du 6e programme-cadre, qui identifie et analyse les incitations et les obstacles à l'innovation dans des secteurs spécifiques. L'industrie agroalimentaire a fait l'objet dans ce cadre d'un rapport de prospective sectorielle.

Sur la base de tendances lourdes (croissance démographique et vieillissement en Europe, progrès scientifique et techniques), cinq scénarios ont été élaborés :

 

Lire la suite

16:39 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

04/06/2012

Essor de l'industrie agroalimentaire africaine

De nombreux éléments ont déjà annoncé le développement de l'agriculture et des agro-industries sur le continent africain : terres cultivables disponibles, investissements étrangers de grande échelle dans l'agriculture et l'agro-industrie, attention renouvelée par les bailleurs de fonds et les décideurs politiques, échanges d'expériences avec les autres pays en voie de développement, etc.

Selon un article paru dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, les premiers résultats de ce développement agro-industriel sur le continent africain apparaissent enfin.

 C'est ainsi que la société sénégalaise Patisen est devenue leader du marché régional d'Afrique de l'Ouest des pâtes à tartiner chocolatées et des bouillons cubes. Ses marques locales sont conçues pour répondre aux demandes des consommateurs locaux. Patisen est un concurrent direct de Nestlé, pourtant fort d'une présence séculaire et ancien leader du marché. La société investit à présent en Afrique Centrale et élargit sa gamme de produits et services pour approvisionner la grande distribution et la restauration hors domicile, secteurs émergents sur le continent.

 

Jo Cadilhon, Centre d'études et de prospective

 


16:17 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/06/2012

Evian généralise la vente directe au consommateur

D'après le site http://www.evianchezvous.com/, Evian, la marque d'eau minérale du groupe Danone, lance un service de livraison de packs d’eau à domicile dans la région parisienne.

A partir de 2013, la commande pourra se faire par l'intermédiaire d’un boitier en forme de goutte d’eau, le Smart Drop, collé au frigo et relié à internet en Wifi, qui permettra de préciser les quantités souhaitées ainsi que le jour et l’heure de livraison.

L'objectif est de reconquérir une clientèle urbaine, de moins en moins motorisée, qui n'achète pas ou plus d'eau minérale en bouteilles. Le service est testé par Evian depuis quelques mois déjà dans le XVe arrondissement de Paris puis a été étendu depuis mars à l’ensemble de la capitale et quelques villes voisines de l’ouest parisien. Danone pourrait le lancer au niveau national, concurrençant ainsi la grande distribution.

 

evian-smart-drop-objet-connecte-tech.jpg

16:16 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/06/2012

Open Food Facts, l'information alimentaire ouverte

Selon le site collaboratif Open food facts, à l’instar de l’encyclopédie Wikipedia, ce site s'appuie sur les internautes pour recenser l'ensemble des produits alimentaires et leur composition. Ceux-ci sont invités à « partir en mission » dans les rayons afin de prendre en photo les étiquettes des aliments et remplir leurs fiches de composition nutritionnelle sur le site.

 

mission-releveur-d-empreintes.png


Open Food Facts a trois objectifs principaux :

 

  • aider les consommateurs à décrypter les étiquettes (pour identifier et éviter les additifs alimentaires, comparer les produits et trouver des produits similaires plus sains, trouver des produits qui ne contiennent pas (ou moins) certaines substances que l'on veut éviter : graisses, sels, additifs, allergènes etc.) ;

  • inciter les industriels à proposer des produits plus sains, en notant les produits et en publiant des comparatifs de composition nutritionnelle ou en vérifiant les allégations du type "25% de sucre/sel/gras en moins par rapport aux autres produits de la catégorie" ;

  • aider la recherche (en croisant les données avec celles d'autres études).

 

Plus de 1000 produits ont déjà été répertoriés dans la base, grâce à une soixantaine de contributeurs.

 

Céline Laisney, centre d'études et de prospective

16:13 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/04/2012

Nanotechnologies en agriculture et alimentation

Un article de la revue Food Policy analyse l'impact de la croissance du recours aux nanotechnologies dans le domaine agro-alimentaire dans les pays de l'OCDE.

 Selon l'auteur, de l'IFPRI (International Food Policy Research Institute), l'usage des nano-particules est en constante augmentation dans les secteurs de l'agriculture et de l'alimentation depuis 2006. Elles peuvent être un élément soit de l’aliment (complexe vitaminés avec système d'encapsulation des substances actives), soit de l’emballage alimentaire (par exemple nano-traceur qui permet de détecter la présence de germes pathogènes). En agriculture, le recours aux nano-pesticides permet de réduire les intrants.

Les investissements en matière de recherche atteindraient, à l’échelon mondial, plusieurs milliards de dollars. Le nombre de firmes agroalimentaires impliquées est passé de 200 à 400 entre 2006 et 2010, et ce chiffre atteindrait 1000 en 2020.

Face à la montée de l'utilisation de ces produits, l'auteur identifie trois défis principaux : continuer l'investissement en recherche (principalement sur l'évaluation des risques), maîtriser la gestion du risque et prendre en compte l'acceptation du public.

 Il n'y a pas d'obligation d'étiquetage de ces produits et il n'y a donc pas de registre officiel des produits alimentaires contenant des nano-particules. Toutefois, deux registres officieux sont répertoriés :

  • le registre Project of Emerging Nanotechnologies (PEN) sur le territoire des États-Unis, qui répertoriait 89 produits en 2010,

  • Le registre établi par le BEUC (Organisation des consommateurs européens) sur le territoire communautaire, qui répertoriait 27 produits en 2010 (et 10 en 2009).

 

Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

Source : Guillaume P. Gruère, « Implication of nanotechnology growth in food and agriculture in OECD countries », Food Policy, avril 2012.


26/02/2012

Vers une bouteille 100% végétale

Coca-Cola a signé un accord avec une entreprise de biotech néerlandaise pour développer un polymère entièrement issu de végétaux. Jusqu’ici, le polyéthylène des bouteilles végétales contenait encore une fraction dérivée du pétrole.

Ce que propose la société Avantium est un nouveau polyester (polyéthylène-furanoate ou PEF) obtenu à 100% grâce à des ressources végétales. Il est constitué de monoéthylène glycol issu de la transformation de la canne à sucre, et au lieu de l’acide téréphtalique dérivé du pétrole, d'un acide furanique, le FDCA, synthétisé à partir de plantes alimentaires ou de résidus agricoles.

L’accord signé avec Coca-Cola a permis à Avantium d’inaugurer le 8 décembre 2011 une unité pilote d’une capacité de 40 tonnes par an. La commercialisation de cette « Plantbottle » est prévue dans les prochaines années.

Plusieurs prévisions tablent sur une très forte croissance de la demande de bioplastiques dans les prochaines années.

voir aussi :

http://veilleagri.hautetfort.com/archive/2012/01/10/premi...

11:24 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Enseignement et recherche, Filières agricoles, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/02/2012

Changement climatique : risques pour l'agriculture

Le Defra vient de publier une évaluation des risques liés au changement climatique (Climate Change Risk Assessment, CCRA) déclinée pour 11 secteurs, dont l'objectif est d'informer la politique d'adaptation britannique pour 2012. Cette note résume le volet agricole de l'évaluation.

Les auteurs ont passé en revue une liste de risques potentiels et en ont sélectionné 35, qu'ils ont classé par ordre de priorité. Puis des chiffrages ont été réalisés pour les cultures (évolution des rendements, risque d'inondations, présence de ravageurs, sécheresse, prélèvements d'eau, érosion des sols) et l'élevage (morbidité, production de lait et stress thermique, productivité des prairies), en tenant compte de scénarios médians d'émissions de gaz à effet de serre et démographique, et sans anticiper de nouvelles actions ou politiques d'adaptation. Les résultats sont livrés avec un degré de confiance associé. En termes d'adaptation, le rapport fait apparaître le besoin d'investir dans de nouvelles technologies et techniques pour :

  • améliorer la gestion de l'eau (récupération et stockage de l'eau sur la ferme) et les techniques d'irrigation pendant les périodes sèches ;
  • changer la composition des prairies (variétés à racines profondes ou tolérantes à la sécheresse) ;
  • changer les cycles de production des élevages (introduire des agnelages et vêlages en automne) ;
  • afforester les parcelles agricoles pour fournir de l'ombre aux animaux et des pare-vents pour les cultures.

Le Defra conclut que, même si le changement climatique est davantage un catalyseur qu'un moteur de l'évolution de l'agriculture britannique, il pourrait avoir des effets significatifs à l'avenir. De plus, ses impacts sur l'offre alimentaire globale pourraient avoir des effets indirects sur l'industrie agro-alimentaire. Les agriculteurs, qui ont l'habitude de s'adapter au changement et à l'incertitude, pourraient être davantage perturbés par des effets croissants et en cascade du changement climatique, notamment concernant l'utilisation de l'eau. Certains secteurs comme l'horticulture, très innovants, auront les moyens de s'adapter rapidement aux changements, alors que d'autres auront une moindre capacité d'adaptation. L'information de l'ensemble des acteurs sur les risques potentiels qu'ils encourent est donc cruciale.

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

11:34 Publié dans 4. Politiques publiques, Climat, IAA | Lien permanent | Tags : royaume-uni |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/02/2012

Nestlé investit dans un centre de formation en Chine

Nestlé veut aider la Chine à accélérer le développement de son industrie laitière en construisant un centre de formation spécialisé dans les produits laitiers dans le nord-est de la Chine.

Ce projet doté de 2,5 milliards de yuans (312 millions d’euros) permettra notamment de dispenser des cours aux agriculteurs afin d'accroître leur activité et d'améliorer leur productivité. Nestlé a par ailleurs distribué 1000 machines à traire aux fermiers de la région.

Le groupe suisse avait déjà construit une usine dans cette ville dès 1987 et collabore depuis de nombreuses années avec les autorités de la province. Cette annonce intervient alors que les Chinois se détournent des marques locales, entachées par des scandales sanitaires.

Le numéro un mondial de la nutrition infantile veut profiter de ce marché en pleine expansion en Chine : avec près de 15 millions de nouveau-nés par an, le segment de la nutrition infantile représente un potentiel qui devrait doubler pour atteindre 136 milliards à l'horizon 2015.

voir aussi : Changement de stratégie pour les groupes alimentaires en Chine

11:25 Publié dans Alimentation et consommation, IAA, Mondialisation et international | Lien permanent | Tags : chine |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/01/2012

BASF se retire du marché des OGM en Europe

Le groupe allemand BASF annoncé qu'il suspendait ses activités de développement et de commercialisation d'organismes génétiquement modifiés en Europe. Il va se concentrer sur les principaux marchés en Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Les produits dont la production et la commercialisation sont arrêtées sont notamment les pommes de terre féculières génétiquement modifiés (Amflora, Amadea et Modène). L’Amflora avait été autorisée en Europe en 2010.

Le groupe a motivé sa décision par le fait que « les biotechnologies ne sont pas suffisamment acceptées dans de nombreuses régions en Europe par la majorité des consommateurs, des agriculteurs et des responsables politiques ».

14:28 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook