Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2016

Numérisation, digitalisation, robotisation, uberisation : la révolution du travail

Comment travaillerons-nous demain ? Et quels seront les impacts sur notre santé ? L'Institut national de recherche et de sécurité (INRS) s'est livré à un exercice prospectif large, pour dessiner les différents contours que pourrait prendre le travail en 2040, et les conséquences en matière de santé et de sécurité. Ces résultats ont été présentés lors d'un colloque organisé le 23 novembre dernier.

inrs.jpg

L'exercice couvre l'ensemble des secteurs économiques, parmi lesquels l'agriculture occupe une place singulière. En effet, par sa démographie mais également son organisation, et les missions qui lui sont assignées (productrice de matières premières et de services), elle a fortement influé sur les autres secteurs économiques.

Les résultats sont déclinés en cinq enjeux structurants pour imaginer le travail de demain : les types et modes de production, l'automatisation et la robotisation, le retour du local, les formes de travail, les rythmes de travail. Le rapport met ainsi en avant la dualisation probable de l'agriculture, entre la croissance de très grandes exploitations et le maintien d'exploitations à « taille humaine », répondant à la demande de certains consommateurs. Il identifie également le développement de nouvelles formes de mutualisation. Si le recours à la robotique et à l'automatisation permet aux grandes exploitations d'accroître la productivité par personne, le déploiement de robots d'assistance pour réduire la pénibilité des travaux en agriculture biologique, même sur des surfaces plus petites (maraîchage par exemple), doit aussi être envisagé.

La France, « pays où il fait bon vivre et manger », pourrait notamment capitaliser sur cette image, largement liée aux terroirs agricoles et à leurs productions, et développer plus encore son offre de services (tourisme, santé, environnement) au plan international. La prospective s'interroge de plus sur le rapport accru au local, suivant ainsi l'exemple de l'agriculture, dans une valorisation par les consommateurs du lien aux territoires et aux producteurs.

Enfin, les formes de travail sont appelées à évoluer sensiblement : place du salariat, télétravail, plateformisation, etc. C'est probablement dans ce domaine que les incertitudes sont les plus fortes. En agriculture, confrontée à une baisse continue du nombre d'exploitants, le recours aux interventions extérieures à la main-d’œuvre familiale a vocation à augmenter : salariat, prestations de services par des entreprises ou des indépendants.

Muriel Mahé, Centre d’études et de prospective

Source : INRS

13:15 Publié dans 1. Prospective, Société, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : inrs, prospective, travail, numérisation, robotisation, uberisation |  Imprimer | | | | |  Facebook

16/11/2015

La bioéconomie en Europe au cœur du 4e exercice de prospective du SCAR

Le 8 octobre, le Standing Committee on Agricultural Research (SCAR) a présenté les résultats de son 4e exercice de prospective, dont le rapport et les présentations sont disponibles ici. Ce travail a comme objectif d’explorer, à l’horizon 2050, les conséquences du développement de la bioéconomie telle que définie par la Commission européenne, en se donnant comme contrainte la durabilité du système.

Dans un premier temps, les auteurs rappellent les principes qui sous-tendent ce développement de la bioéconomie et ses divers enjeux : sécurité alimentaire, ressources limitées, dépendance aux énergies fossiles, changement climatique, compétitivité. Ils insistent sur les priorités données à l’alimentation humaine, aux rendements soutenables, à « l’approche en cascade » et à la circularité (en particulier s’agissant de l’utilisation des déchets), et à la diversité des systèmes de production, de leurs échelles ainsi que de leurs produits.

Le rapport propose également un état des lieux distinguant différents secteurs : l’alimentation (humaine et animale), les matériaux et molécules à destination de la chimie, la forêt, le secteur énergétique (bioénergie et biocarburants). Les principales tendances en termes de technologies, de politiques publiques et de marchés y sont présentées.

À l’horizon 2050, 3 scénarios sont élaborés à partir d’hypothèses sur les moteurs contextuels que sont le changement climatique (vitesse d’évolution et capacité d’adaptation), la croissance économique et la situation géopolitique. Les autres variables clés sont la demande en biomasse (part des produits biosourcés), mais aussi la capacité à produire ces ressources. Les scénarios sont intitulés (cf. tableau ci-dessous) :

– « bio-modesty », où la demande en biomasse pour les matériaux et l’énergie est relativement faible, les autres technologies (sources solaire et éolienne) s’étant développées rapidement ;

– « bio-boom », avec une demande élevée pour la biomasse, soutenue par les secteurs non alimentaires et une production également importante ;

– « bio-scarcity », où la demande est forte, alors que l’offre en biomasse reste limitée, suite à des réticences face aux nouvelles technologies et des conséquences négatives du changement climatique, par exemple.

Le rapport se conclut sur un ensemble de recommandations pour la recherche, comme la prise en compte de la résilience ou des dimensions socio-culturelles.

Résultats du croisement entre scénarios de contexte et hypothèses sur l’offre et la demande en biomasse

scar,bioéconomie,prospective

Source : SCAR

Elise Delgoulet, Centre d’études et de prospective

Source : SCAR

 

10:54 Publié dans 1. Prospective, Biomasse/Biocarburants | Lien permanent | Tags : scar, bioéconomie, prospective |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/06/2009

L'agriculture du Cher à l'horizon 2020

La chambre d'agriculture du Cher a lancé cette démarche prospective en mai 2008 par une journée de présentation et de débats où étaient conviés des agriculteurs et acteurs de la « société civile ».

Elle l'a poursuivi en réalisant un diagnostic de l'état actuel de chaque filière (occupation du territoire, poids économique, pyramide des âges, main-d'oeuvre...), diagnostic utilisé par Agrobiosciences pour élaborer quatre scénarios d'évolutions possibles pour 2020 :

- la spécialisation des exploitations agricoles

- le virage des nouveaux métiers

- le signal « aliment »

- le contrat sociétal et territorial

CR de l'exercice

Site Internet

 

15:04 Publié dans Filières agricoles | Lien permanent | Tags : prospective |  Imprimer | | | | |  Facebook

30/04/2009

La pêche européenne en 2020

Extrait de la Vision de la pêche européenne en 2020, livre vert "Réforme de la politique commune de la pêche":

"Principale source de protéines animales de haute qualité et de graisses favorables à la santé pour l'homme, le poisson représente de nouveau un marché en croissance et a fait son retour parmi les aliments figurant régulièrement au menu de plus d'un demi-milliard de consommateurs en Europe. Les captures effectuées par la flotte européenne ont cessé de diminuer continuellement autour de 2015. Bien que l'Europe reste fortement tributaire des importations de poissons, la tendance commence à s'inverser. Le poisson issu de la pêche ou de l'élevage en Europe est apprécié et reconnu par les consommateurs comme un produit de haute qualité.

La surexploitation généralisée, avec son lot de conséquences sur les économies côtières, n'est plus qu'un souvenir. Presque tous les stocks halieutiques européens ont été reconstitués au niveau de leur production maximale équilibrée, ce qui signifie, pour nombre d'entre eux, un accroissement considérable des effectifs par rapport à ceux de 2010. Les pêcheurs tirent un meilleur revenu de ces populations de poissons plus nombreuses, composées d'individus matures et de plus grande taille. Dans les communautés côtières, les jeunes voient de nouveau la pêche comme un moyen stable et attrayant de gagner leur vie.

Le secteur européen de la pêche est bien plus solide financièrement. Le segment industriel de la flotte est performant et ne dépend pas des aides financières publiques. Il déploie des navires respectueux de l'environnement et a une taille proportionnée aux quantités de poissons qu'il est autorisé à capturer. À l'autre bout de la chaîne, la pêche artisanale continue de produire du poisson frais de haute qualité, consommé au niveau local et commercialisé dans le cadre de labels de qualité et d'origine qui apportent aux pêcheurs une valeur ajoutée....."

Lire la suite en p. 3 du Livre vert

 

 

17:40 Publié dans Pêche et aquaculture | Lien permanent | Tags : prospective |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/04/2009

Scénarios britanniques sur l'approvisionnement alimentaire

Le projet « UK Food Supply in the 21st Century: The New Dynamic » a été lancé il y a deux ans par Chatam House, l'Institut royal des relations internationales, pour identifier les vulnérabilités du Royaume-Uni face aux tendances mondiales concernant l'offre et la demande alimentaires.

Ce rapport en est la conclusion, il présente quatre scénarios dont un de crise majeure, considéré comme très probable.

 

foodfutures.jpg

Les lignes directrices d'une nouvelle stratégie sont également proposées, qui se basent sur quatre piliers : la durabilité, la résilience, la compétitivité et la prise en compte des attentes des consommateurs.

Le compte-rendu (2 p.)

 

Le rapport (52 p.)

Site du projet (et rapports précédents)

 

11:20 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : royaume-uni, crise alimentaire, prospective |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/04/2009

Avenir de l'élevage en Champagne-Ardenne

La Chambre Régionale d'Agriculture de Champagne-Ardenne, avec le soutien du Conseil régional, a lancé une réflexion prospective sur les enjeux relatifs à l'avenir de l'élevage ruminant (bovins lait, bovins viande, ovins).

Après avoir présenté la situation actuelle, cinq scénarios ont été élaborés à partir des moteurs et figures à long terme retenus par les professionnels pendant un séminaire animé par Lucien Bourgeois.

Les cinq scénarios :

- L'élevage résiduel.

- Le lait fait de la résistance.

- Les filières pilotent les productions de masse.

- La valeur ajoutée par l'origine géographique.

- Les systèmes autonomes ou la complémentarité entre les productions.

L'évolution de l'ensemble des systèmes d'exploitation a été analysé pour chaque scénario, de même que les leviers pour y parvenir.

Le rapport

17:06 Publié dans Filières agricoles | Lien permanent | Tags : prospective, élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/03/2009

France 2025, Agriculture

Le Centre d'analyse stratégique a mis en ligne les travaux des huit groupes de travail de l'exercice « France 2025 » qu'avait lancé, en avril 2008, Éric Besson, à la demande du Premier ministre.

Le rapport du groupe de travail « Ressources rares et environnement », présidé par Jean Bergougnoux, contient une partie intitulée L'agriculture française en 2025 : produire en respectant mieux l'environnement (pp. 41 à 58).

Les grandes tendances (croissance de la population mondiale et de la demande alimentaire, impact du changement climatique, volatilité des prix agricoles) sont d'abord présentées, puis trois « sentiers » possibles d'évolution de l'agriculture mondiale en 2025 sont détaillés, avec leurs impacts sur l'Union européenne, et enfin sur la France.

Le compte-rendu

Le rapport

 

15:43 Publié dans 1. Prospective | Lien permanent | Tags : prospective |  Imprimer | | | | |  Facebook