Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2012

Scénarios de réduction des émissions agricoles aux horizons 2020 et 2050

Une conférence, organisée par la chaire économie du climat, s'est tenue le 1er mars à l'université Dauphine autour des travaux du comité Trajectoires 2020-2050. Vers une économie sobre en carbone, présidé par Christian de Perthuis. Ces travaux visent à « analyser les conditions pour « décarboner » l'économie à 2050 dans les meilleures conditions économiques et sociales ».

Le comité a étudié 3 scénarios cohérents avec les objectifs politiques français : deux scénarios de 20% de réduction de GES en 2020 (objectif Européen), et un scénario de 25% à 30% de réduction à 2020 (promu par les ONG).

Un sous-chapitre du rapport consacré à une trajectoire « vers une agriculture écologiquement intensive », explore les voies pour réduire les émissions agricoles tout en maintenant sa capacité de production, en valorisant les services environnementaux et en adaptant le secteur aux effets du changement climatique. Les trois scénarios, basés sur des projections de l'INRA et sur l'expertise des membres du comité, convergent à 2050 sur une réduction de 50% des émissions agricoles, mais divergent sur les efforts à fournir d'ici 2020 (-15% d'émissions si l'on prolonge les tendances passées, -20% en jouant sur des pratiques agricoles "bien connues" : diagnostics énergétiques, fertilisation raisonnée, diversification des assolements, introduction de légumineuses, techniques culturales sans labours, amélioration de l’efficience dans les consommations énergétiques et méthanisation à la ferme).

Le comité souligne également que la modification des régimes alimentaires, notamment la diminution des rations moyennes de viande et de produits laitiers (cf le scénario Afterres 2050 de Solagro), constitue un levier important.

En conclusion, la division par deux des émissions agricoles en 2050 « ne sera atteignable que si des incitations puissantes sont mises en place ». L'instauration à grande échelle de crédits carbone, telle que l'expérience des crédits légumineuses par Invivo, pourrait devenir « un élément décisif d’introduction du signal prix pour la réduction des émissions de gaz non CO2 d’origine agricole et lever simultanément un certain nombre de barrières financières ».

 

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

15:08 Publié dans 1. Prospective, Environnement | Lien permanent | Tags : climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

Le marché des produits biologiques à l’horizon 2015

Le marché du bio en France a doublé de taille en 5 ans pour atteindre 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2011. Le cabinet Xerfi dresse le panorama du secteur et en dessine les perspectives à l'horizon 2015.

La hausse constante de la demande en produits bio transformés incite de plus en plus d'industriels agroalimentaires à se lancer sur le créneau. De son côté, la grande distribution alimentaire continue d’étendre son offre bio, notamment à travers ses MDD (marques de distributeurs) et communique massivement sur ses prix bas. Enfin, les sociétés de restauration collective ont intégré des offres bio plus spécifiquement à destination des écoles, en lien avec l'objectif public de 20% de produits bio dans les menus des établissements publics en 2012. Du côté de la restauration commerciale, les offres bio sont moins représentées, même si quelques chaînes de restauration rapide surfent sur la vague du «fast good ».

Dans un contexte de dégradation de la conjoncture économique et de dépenses alimentaires contraintes, la croissance du marché alimentaire bio en France devrait, selon Xerfi, ralentir, pour plafonner à une augmentation de 5% en 2015, avec un chiffre d'affaires de 4,5 milliards d'euros.

De plus, les opérateurs devront tenir compte d’autres aspirations de consommation qui se développent, notamment la notion de proximité devenue une valeur incontournable dans la filière alimentaire.Ce «locavorisme» montant est une opportunité pour les acteurs du bio «made in France», mais aussi une menace dans la mesure où il représente «une offre concurrente pour le consommateur souvent infidèle et zappeur».

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

15:04 Publié dans 3. Prévision, Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Résultats du programme Grandes cultures économes et publication d'un cahier des charges

Le 13 février 2012 étaient restitués à Paris les résultats du programme Grandes cultures économes, qui ont donné lieu également à la publication d'un cahier technique par le Réseau agriculture durable et les CIVAM.

Les performances économiques et environnementales des 56 fermes engagées dans le programme sont particulièrement intéressantes : réduction de 50% de l'usage des pesticides, réduction de 20% des consommations d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre, respect de la bonne qualité chimique de l'eau tout en maintenant les marges et les revenus. Le programme se distingue également par l'investissement important sur les méthodes d'accompagnement du changement et la co-construction de nouveaux systèmes de production avec les agriculteurs, le conseil agricole et la recherche.

Le principal levier mobilisé dans les études de cas présentées est la rotation des cultures, qui permet de lutter contre les adventices et les ravageurs, d'introduire des légumineuses et des cultures économes ou nettoyantes, de mieux répartir les pointes de travail sur la campagne culturale et de diversifier les revenus pour être plus robuste face aux aléas.

 Ce travail a abouti à la rédaction d'un cahier des charges qui pourrait déboucher sur une mesure agri-environnementale permettant d'accompagner les agriculteurs qui souhaitent faire évoluer leur système de production.

 

Julien Vert, Centre d'études et de prospective

14:45 Publié dans Agronomie, Enseignement et recherche, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Lancement d'un projet européen sur les nouveaux systèmes agricoles

Le projet européen Cantogether (Crops and Animals Together), piloté par l'Inra et réunissant 27 partenaires, a été lancé le 29 février 2012 dans le but de concevoir de nouveaux systèmes agricoles qui associent productions animales et végétales, dans un contexte actuel « de changement climatique, de déclin de la biodiversité, d'épuisement des énergies fossiles et de pénuries d'eau ».

Ce projet s'appuie sur un réseau de 24 fermes expérimentales ou commerciales (réparties dans les différents pays partenaires) afin de prendre en compte la diversité socio-économique, la diversité des sols et des climats de l'Europe.

Dans ces situations sont déjà mis en œuvre de nouveaux systèmes agricoles associant cultures et productions animales avec un objectif d'efficience maximale grâce au recyclage total des effluents d'élevage, grâce à la recherche de l'autonomie alimentaire par le développement des cultures de légumineuses, grâce à la production d'énergie renouvelable par la méthanisation ou la culture de biomasse spécifique, grâce aussi à l'instauration d'échanges entre exploitations à l'échelle du territoire local. Ces études de cas seront ainsi sources d’inspiration pour concevoir des systèmes innovants et lieux de test de leur faisabilité.

Le projet Cantogether, dont le budget atteint 4,1 millions d'euros, est subventionné par le 7e programme-cadre de la Commission européenne à hauteur de 3 millions d'euros. 

14:42 Publié dans Agronomie, Enseignement et recherche, Environnement | Lien permanent | Tags : climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

Croissance de l'irrigation non durable

Dans un article paru dans la revue Water Ressources Research, des chercheurs du Department of Physical Geography de l'Université d'Utrecht aux Pays-Bas ont réalisé une cartographie des pays et régions du monde où l'irrigation n'est pas durable.

 En utilisant des bases de données géographiques et hydrographiques ainsi que des observations par satellites, ils ont en effet réalisé une modélisation des besoins en eau agricole à l'échelle planétaire, afin d'estimer la part d'eau non renouvelable dans les usages agricoles :

 

irrigation.png

 

 NB : « eau verte » : eau de pluie temporairement stockée dans le sol ; eau « bleue » : eau des rivières, lacs, réservoirs, terres humides, etc. (cliquer pour agrandir)

 

Selon ces auteurs, l'usage d'eau non renouvelable a triplé depuis les années 1960 et les tendances futures (croissance de la population et de la demande alimentaire) risquent d'accroître encore la pression sur cette ressource, particulièrement en Inde, au Pakistan, en Chine, en Iran et au Mexique.

14:41 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : eau |  Imprimer | | | | |  Facebook

Le manioc offre de fortes opportunités pour l'adaptation au changement climatique

Des chercheurs du Centre international d'agriculture tropicale, basé en Colombie, ont mis en évidence dans une publication scientifique que le manioc pouvait être le meilleur pari pour les agriculteurs africains menacés par le changement climatique, du fait de sa productivité à hautes températures et de sa capacité à croitre dans des sols pauvres et par manque d'eau. Sous différents modèles expérimentés par les chercheurs, le manioc a montré de meilleures performances que la pomme de terre, le maïs, le haricot, la banane, le millet et le sorgho. L'étude précise que le manioc est la deuxième source la plus importante d'hydrates de carbone en Afrique sub-saharienne après le maïs et qu'il est consommé par environ 500 millions de personnes chaque jour.

Les auteurs soulignent également qu'il est nécessaire de relancer la recherche sur le manioc, qui n'a pas bénéficié de la même attention que le maïs ou le riz, et notamment en ce qui concerne les moyens permettant de lutter contre les maladies et les ravageurs.

Source: Lettre Hebdo Afdi, 385

 

14:39 Publié dans Agronomie, Environnement, Mondialisation et international | Lien permanent | Tags : climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

Indice de prélèvement de l'eau

Un rapport du Sustainable Europe Research Institute (SERI) ainsi que d'autres ONG (Friends of the Earth Europe, etc.) fait état de l'usage excessif des ressources naturelles à l'échelle mondiale et des implications sur la ressource en eau.

Premier constat, de nombreuses ressources sont exploitées de façon croissante depuis les années 1980, de moins de 40 milliards de tonnes à l'époque à plus de 60 en 2007. Le rapport considère tout type de ressources : minerais, pétrole et gaz, ressources halieutiques, eau, récoltes agricoles, et ressources forestières.

Plus de la moitié des ressources (accessibles) en eau douce est utilisée pour la consommation humaine, la production alimentaire mais aussi pour la production d'énergie et d'autres biens et services industriels. L'usage agricole en représente 14% dans toute l'Europe, avec de fortes disparités nationales et plus de 80% dans le monde.

L'indice de prélèvement de l'eau (WEI) permet d'étudier la durabilité des prélèvements en eau douce : il est inférieur à 10% quand la ressource n'est pas soumise à un stress tandis que sa valeur est supérieure à 20% si la ressource en eau est prélevée de façon non durable. Calculé pour les pays d'Europe, cet indice révèle que l'Espagne et Chypre sont clairement au-dessus de cette limite maximum de durabilité. La France est passée en-dessous de la barre de 20% entre 1990 et 2005 mais reste au-dessus de 10%. Si les pays de la région méditerranéenne ont une ressource plus rare, l'agriculture y est la finalité majoritaire avec plus de 50% de la ressource dédiés à l'irrigation.

Le rapport poursuit par des considérations sur les échanges, la consommation et l'efficacité de l'usage des ressources. Si les profils de balance commerciale des pays ont très peu changé depuis 1960, le volume échangé a lui été multiplié par 2,7 entre 1980 et 2008. Par ailleurs, les niveaux de ressources consommées (en kg de ressources/an/tête) sont très élevés dans les pays du Nord comparativement à certains continents (Afrique, Asie, Amérique latine). Enfin, l'eau n'est pas toujours utilisée efficacement, notamment à cause des pertes dans les réseaux de distribution d'eau potable urbains (de - de 10% de pertes en Allemagne à 50% en Bulgarie, et 20% en France) et de nombreux produits nécessite de grandes quantités d'eau pour leur production (eau virtuelle). Pour améliorer cette efficacité, le rapport évoque la limitation de la consommation des produits riches en eau virtuelle.

Au final, ce rapport ne fait pas de propositions mais invite plutôt à tenir compte des grandes interactions qui existent entre les ressources lors de leur extraction ou de leur production, et en particulier des effets sur la ressource en eau.

 

Thuriane Mahé, Centre d'études et de prospective

14:32 Publié dans Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/02/2012

Projet de taxe différenciée sur les pesticides au Danemark

La ministère de l’Environnement danois a annoncé vouloir mettre en place une taxe différenciée sur les pesticides, afin de réduire leur utilisation d’un tiers. Le coût de certains insecticides passerait de 60 couronnes (8 euros) à 400 couronnes par hectare, tandis que d’autres pesticides écologiques deviendraient moins chers. La taxation sur les pesticides existe dans ce pays depuis 1996, mais elle n'était pas différenciée selon la toxicité des produits.

Or, un rapport de l'Environmental Protection Agency danoise vient de montrer que la nocivité des pesticides utilisés dans l'agriculture danoise pour la nature s'était accrue de 30% en trois ans (de 2007 à 2010), et que durant cette même période, la fréquence de traitement avait augmenté de 11%. Les auteurs de ce rapport ont développé un nouvel indice pour classer les pesticides en fonction de leur nocivité. Cet indice servira de base pour déterminer la taxation des pesticides et mesurer l’efficacité de cette mesure.

11:31 Publié dans 4. Politiques publiques, Environnement | Lien permanent | Tags : pesticides, danemark |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/12/2011

Scénarios pour l'agriculture biologique en Europe

Une étude publiée dans Food Policy présente l'analyse faite à l'horizon 2015 des marchés de produits issus de l'agriculture biologique en Europe. Quatre scénarios ont été construits. Ce travail est d'autant plus intéressant que peu d'études prospectives abordent la question de l'agriculture biologique.

Lire la suite

11:59 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/12/2011

Prospective des aires marines protégées

Les zones situées au-delà de toute juridiction nationale, soit au-delà de la limite des 200 miles marins pour la haute mer et au-delà des limites du plateau continental des États pour les grands fonds marins, représentent près des deux tiers de la surface totale des mers et des océans et abritent une biodiversité riche, encore peu connue et insuffisamment protégée. La création d'aires marines protégées (AMP) est considérée comme un outil particulièrement adapté à sa protection. La communauté internationale a d'ailleurs récemment confirmé l'importance attachée à ce type d'outils en adoptant, en 2010 à Nagoya, un Plan stratégique dont l'objectif 11 prévoit la création, à l'horizon 2020, d'un réseau d'aires marines protégées couvrant a minima 10% des zones côtières et des océans. Toutefois, dans les zones situées au-delà des juridictions nationales, le cadre juridique de création de ces aires protégées apparait incomplet.

C'est pourquoi, notamment pour faire suite aux réflexions déjà engagées au niveau international, l'Iddri, en partenariat avec l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et l'Agence française des aires marines protégées (AAMP), a organisé en septembre 2011 un séminaire de prospective juridique regroupant une vingtaine d'experts internationaux.

Lire la suite

15:37 Publié dans 1. Prospective, Environnement, Pêche et aquaculture | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/12/2011

Etat des ressources en terres et en eaux

 La FAO a publié le premier rapport sur L’Etat des ressources en terres et en eaux (SOLAW), dans le monde, rapport de sensibilisation qui doit être mis à jour tous les trois à cinq ans. Il s’inspire de plusieurs bases de données mondiales à références spatiales. Les nouveaux problèmes qui se posent sur les ressources en terres et en eaux y sont traités de manière intégrée plutôt que sectorielle.

Selon ce rapport, un quart des terres sont dans un état de dégradation extrême, 8% sont modérément dégradés, 36% sont stables ou légèrement degradés et 10% sont "en cours de bonification". L'agriculture occupe 11% de la surface des terres émergées de la planète et utilise 70% de l'eau tirée des aquifères, des cours d'eau et des lacs.

Les superficies cultivées ont augmenté de 12% dans le monde au cours des dernières 50 années. Les superficies irriguées ont doublé à l’échelle mondiale pendant la même période et représentent la plus grande partie de l’augmentation nette des terres cultivées. Dans le même temps, la production agricole a été multipliée par 2,5 à 3 grâce à l’augmentation considérable du rendement des principales cultures.

 

Lire la suite

11:00 Publié dans Environnement, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/12/2011

Baisse du gaspillage alimentaire au Royaume-Uni

Selon un rapport du WRAP (Working together for a world without waste) britannique, les déchets alimentaires des ménages se sont réduits de 13% entre 2006 et 2009, tandis que sur la même période, l’ensemble des déchets ménagers n’a chuté que de 8%. Cela représente 11 millions de tonnes de déchets évités, soit une économie de 3,6 Mt d’équivalent CO2 par an.

Cette réduction semble être due au changement de comportement des Britanniques, en réponse aux campagnes de sensibilisation à cet enjeu. En effet, selon un sondage de la Food and drink federation, 50% d’entre eux affirment jeter «beaucoup moins» ou «un peu moins» d’aliments qu’avant. L'augmentation de l’indice des prix alimentaires est aussi un autre facteur.

Selon le WRAP, La nourriture gaspillée dans les foyers représente encore environ 12 milliards de livres par an (environ 14 milliards d’euros).

26/10/2011

Consommation de terres "virtuelles"

L'empreinte "terre" en Europe est l'une des plus élevées au monde, d'après une étude publiée par Les Amis de la Terre Europe et Sustainable Europe Research Institute (SERI). Cette étude établit l'empreinte globale en terres liée à l'importation de produits d'origine agricole ou forestière, de l'ensemble des pays de l'Union européenne, ainsi que d'autres pays dont les États-Unis, l'Australie, l'Inde et le Brésil.

Les échanges de "terre virtuelle" ont été mesurés sur la base des terres consommées à l'échelle nationale, auxquelles s'ajoutent les terres importées à travers les produits (comme les denrées alimentaires mais aussi les vêtements), moins les terres utilisées pour l'export. Il en ressort que l'Europe est le continent le plus dépendant en "terres importées" : 60% des terres utilisées pour répondre à la demande européenne en produits agricoles, agroalimentaires et forestiers seraient au-delà des frontières du continent, avec 640 millions d'hectares utilisés annuellement, l'équivalent de 1,5 fois sa propre surface.

Balance commerciale en terre virtuelle de l'UE-27 (cliquer pour agrandir)

 

balance com terres ue.png


Le niveau de consommation de terre par personne au sein de l'Union européenne serait de 1,3 ha en moyenne contre moins de 0,4 ha en Chine ou en Inde. L'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, la France, les Pays-Bas et l'Espagne figurent parmi les 10 plus grands "importateurs de terres" au niveau mondial d'après l'étude, qui se base sur les chiffres les plus récents disponibles (mais datant de 2004).

 

importateurs terres.png

Hiba El Dahr, Centre d'études et de prospective

Voir aussi cette note

15:39 Publié dans Environnement, Mondialisation et international | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/10/2011

Les fermes verticales au secours de la sécurité alimentaire ?

 Les travaux de Dickson Despommier mettent en avant les avantages des fermes verticales au Moyen-Orient et en Europe comme solution possible aux défis du changement climatique et à la problématique d'approvisionnement alimentaire des villes en quantité et en qualité.

Les procédés hydroponiques et aéroponiques qu'il préconise en culture "hors sol" permettraient ainsi d'économiser 70% de l'eau d'irrigation, d'augmenter simultanément le volume d'eau potable disponible et de qualité, et d'assurer des rendements suffisants tout en économisant de l'espace.

Si le concept est déjà en cours de développement au Japon, en Corée du Sud, aux Pays-Bas, en Angleterre et aux Etats-Unis, l'auteur prévoit sa généralisation dans de nombreux pays Européens mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, régions largement importatrices et menacées par l'insécurité alimentaire. Les cultures en terrasse et sur les toits sont actuellement encouragées en Égypte (un des pays les plus peuplés de la région où l'agriculture urbaine constitue une source d'alimentation essentielle au citadins) et des projets agricoles futuristes sont en cours de réalisation aux Émirats. "Masdar City", proche d'Abu Dhabi, serait ainsi un projet urbain modèle pour la région, avec une empreinte carbonique égale à zéro, des fermes verticales intégrées dans l'environnement bâti et la mise à disposition de technologiques durables et d'énergies renouvelables.

Source : La Lettre de veille du CIHEAM n°18, septembre 2011, "Agricultures urbaines en Méditerranée"

Hiba El Dahr, Centre d'études et de prospective

08/10/2011

Consommation d'eau et de terre de différentes cultures

Dans le cadre d'un projet de recherche européen (PROSUITE), une étude des consommations d'eau et de terres arables par 160 cultures agricoles a été récemment publiée. Ce modèle pourrait servir à repérer les zones où une agriculture durable pourrait être maintenue et élargie. Car l'agriculture utilise aujourd'hui 85% de la consommation d'eau dans le monde. Or, pour répondre aux besoins alimentaires en 2050, des projections tablent sur un doublement de ce volume.

Cette étude conclut que les cultures les plus consommatrices sont le blé, le riz, le coton, le maïs et la canne à sucre. Ces cultures sont responsables de 49% de la rareté de l'eau et de 42% de la sole agricole mondiale subissant un stress hydrique d'après le rapport. D'autre part, les cultures consommatrices d'eau et mal valorisées économiquement sont listées. Plus globalement, il ressort que le stress hydrique lié aux cultures varie fortement selon le contexte local.

 (cliquer pour agrandir)

Carte cultures et RED.jpg


D'un point de vue méthodologique, toutes ces estimations du rapport sont basées sur un modèle spatialisé à l'échelle régionale et mesurant le manque d'eau ainsi que l'usage des terres (qualifiés de RED pour Relevant for Environmental Deficiency). La limite de la mesure sur l'eau "RED" est sans doute l'absence de prise en compte des eaux usées traitées et réutilisées, d'où une possible surestimation de la rareté de l'eau dans certaines régions.

Source : Pfister, S., Bayer, P, Koehler, A. & Hellweg, S. (2011) "Environmental Impacts of Water Use in Global Crop Production: Hotspots and Trade-offs with Land Use". Environmental Science & Technology. 45:5761-5768.

Thuriane Mahé, Centre d'études et de prospective

16:42 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : eau |  Imprimer | | | | |  Facebook