Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2014

Rapport 2013 de l'Observatoire de la Formation des Prix et des Marges

L'Observatoire de la Formation des Prix et des Marges a publié en décembre 2013 son nouveau rapport au Parlement, dans lequel il décrypte et analyse la formation et la transmission des prix des produits agricoles et alimentaires, du producteur au consommateur.

Dans ses publications précédentes, l'Observatoire avait fait porter ses travaux sur certaines filières : lait de vache, viande bovine, filières porcines, fruits et légumes. Outre une actualisation des données jusqu'à mi 2013, ces filières font l'objet d'analyses complémentaires : les comptes de la distribution et la transmission des prix sont de plus en plus détaillés. Ce rapport 2013 développe ainsi la notion de « prix simulé », un prix théorique qui assurerait, pour chacun des maillons de la chaîne, un maintien des marges brutes, compte tenu de l'inflation. Mais le panier de l'Observatoire a aussi été enrichi par de nouveaux produits, notamment la viande ovine, les fromages de chèvres, le pain, les pâtes alimentaires, les produits de la mer et de l'aquaculture.

Ainsi, dans le cas du pain, ces analyses rappellent la faible part du blé dans le prix de la baguette, et mettent en évidence son augmentation en fonction de la hausse des prix des céréales (de 4 à 8 % du prix consommateur).

baguette1.png

En l'état actuel des connaissances, l'Observatoire n'a pas pu désagréger la marge brute « aval », depuis les organismes stockeurs jusqu'à la distribution, mais, comme sur les autres filières, des travaux complémentaires viendront enrichir ces analyses.

Dans le cas de la baguette, l'approche développée en termes de prix simulé montre que la transmission globale des prix par la filière aval (agrégée), si elle n'a pas retransmis la baisse de 2008/2009, a plutôt eu tendance à amortir les hausses successives de 2007/2008, 2011 et 2012/2013, aboutissant aujourd'hui à un prix légèrement inférieur au prix simulé.

baguette2.png

Ces analyses sont désormais enrichies, avec le concours de l'INRA, d'une approche macroéconomique de l'euro alimentaire, inspirée des travaux de l'USDA sur le food dollar, détaillant la répartition d'un euro dépensé par les Français en produits alimentaires entre les différentes branches de l'économie. Elles en proposent pour la première fois une déclinaison au niveau européen. Si les données disponibles n'ont pour l'instant pas permis d'établir cette comparaison au-delà de 2005, cette approche met déjà en évidence de larges différences dans la structure de l'économie alimentaire des pays européens.

Filière par filière et produit par produit, le champ de travail de l'observatoire s'élargit, contribuant, par des analyses rigoureuses et transparentes, et un champ de travail de plus en plus riche, à une objectivation des débats sur un sujet aussi sensible que complexe.

Jean-Noël Depeyrot, Centre d'Études et de Prospective

Source : Rapport 2013 de l'Observatoire de la Formation des Prix et des Marges

Voir aussi Notes et Études Socio-Économiques n°37

16:48 Publié dans Filières agricoles, Production et marchés | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/01/2014

Étude prospective du Cetiom sur les filières huiles et protéines végétales à l'horizon 2030

Le Cetiom a lancé fin 2013 une démarche prospective sur les filières huiles et protéines végétales. Cet exercice s'appuie sur un groupe de travail pluridisciplinaire de 18 personnes et vise à éclairer les grands enjeux auxquels les oléo-protéagineux français pourront être confrontés à l'horizon 2030 : concurrence avec d'autres huiles telles que l'huile de palme, développement des biocarburants, déficit français en protéines, etc. En observant les dernières tendances et en anticipant les évolutions futures, il s'agira en particulier de réfléchir à l'équilibre de la filière entre la fraction huile et la fraction protéine.

Les principales questions auxquelles cet exercice de prospective répondra sont les suivantes : « Quels seront d’ici 2030 les débouchés qui tireront les productions oléagineuses et protéagineuses françaises ? Quels seront d’ici 2030 les pôles de croissance du secteur oléo-protéagineux français et européen? Quelles conséquences auront ces évolutions pour les acteurs de la filière oléo-protéagineuse française, de l’amélioration génétique des espèces cultivées à la transformation des productions et à la mise en marché des produits ? ».

Le groupe de travail s'est déjà réuni fin 2013 pour définir le système étudié et identifier les facteurs clés des dynamiques d'utilisations d’huiles et de protéines végétales, et du développement des cultures oléagineuses et protéagineuses européennes et françaises. À ce jour, les facteurs clés ont été regroupés en neuf grandes rubriques : sociétés, politiques et réglementations, économie et marchés, institutionnel, alimentation, production agricole et élevage, industrie, recherche et développement, environnement et ressources.En 2014, le groupe de travail devrait élaborer différents scénarios à l'horizon 2030. Ces derniers seront contrastés, souhaitables ou non, tendanciels ou de rupture, et ils serviront à l'élaboration de décisions stratégiques pour la filière.

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

Source : Cetiom

16:42 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : oléo-protéagineux |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/12/2013

Estener, une usine de production de biodiesel avancé issu de graisses animales non alimentaires

Le premier site français de production de biodiesel avancé, issu de graisses animales impropres à l'alimentation, a été inauguré en novembre 2013 dans la région du Havre. L'usine Estener est née du partenariat entre le groupe des Mousquetaires (Intermarché, SVA Jean Rozé) et Saria France.

 

filiere_estener.jpg

Source : Estener

Ce projet industriel, qui a nécessité un investissement de 40 millions d'euros, consiste d'abord à collecter les co-produits non valorisables des abattoirs et des supermarchés, et à séparer les graisses animales non alimentaires. Ces graisses subissent ensuite un process industriel de transformation appelé « transestérification », qui permet de fabriquer du biodiesel ou EMHA (Ester Méthylique d’Huiles Animales). Ce biocarburant, qui est ensuite mélangé au diesel fossile, est vendu dans le réseau de stations essence Intermarché.

L'usine Estener devrait produire 75 000 tonnes par an de ce biodiesel et créer 27 nouveaux emplois directs. Les porteurs du projet soulignent les avantages de cette initiative, à la fois économique (car elle apporte un nouveau débouché de valorisation des coproduits de la filière viande française) et environnemental, car ce biocarburant innovant permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (-83 % par rapport au gazole) et de particules de suie, sans entrer en concurrence avec l’alimentation humaine ou animale.

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

Source : Estener


11:35 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Biomasse/Biocarburants, Filières agricoles, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/12/2013

Le premier drive laitier a ouvert ses portes à Grignon

La ferme de Grignon vient de mettre en service le premier drive laitier de France, s'inspirant du concept mis en place avec succès dans la grande distribution. Les clients peuvent désormais commander leurs produits sur Internet puis venir les retirer le vendredi entre 16h et 20h au point de livraison (camion frigorifique), situé à l'entrée de la ferme, proche d'un axe routier fréquenté des Yvelines. Les produits disponibles sont les suivants : lait frais, crème, beurre, faisselle, 19 sortes de yaourts au lait de vache ou au lait de chèvre. Les responsables du projet souhaitent prochainement élargir la gamme des produits avec des caissettes de viande d'agneau et une bière locale brassée sur place.

Source : http://www.grignon-drive.fr

10:56 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : circuits courts |  Imprimer | | | | |  Facebook

Le programme Aker betterave 2020

Le programme « Aker betterave 2020 », d'une durée de huit ans, vise à doubler le rythme de croissance annuelle du rendement en sucre de la betterave d'ici 2020, et à améliorer la compétitivité de la betterave en France dans un contexte d'augmentation de la demande mondiale en sucre et de prédominance de la canne à sucre. Porté par onze partenaires publics (dont l'Inra et l'Irstea) et privés, et soutenu par le programme d'investissements d'avenir, ce projet est doté de 18,5 millions d'euros. Il consiste dans un premier temps à collecter des ressources génétiques du monde entier pour élargir la variabilité génétique de la betterave, et dans un deuxième temps à produire de nouvelles variétés à haut potentiel au service de la filière.

Source : Programme Aker

10:54 Publié dans Agronomie, Enseignement et recherche, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

19/11/2013

Une stabilité du nombre d'installés en agriculture en 2012 mais de fortes disparités régionales

La Mutualité sociale agricole (MSA) vient de publier début novembre ses derniers chiffres de l'installation en agriculture : 12 500 exploitants agricoles, tous âges confondus, se sont installés en 2012, soit une baisse de 0,8% par rapport à 2011. Mais cette quasi-stabilité est marquée par un deux phénomènes : une baisse de 2,1% par rapport à 2011 des installés de moins de 40 ans (éligibles au dispositif d'aides à l'installation) ; une hausse de 1,7% par rapport à 2011 des installés de plus de 40 ans.

La baisse des installés de moins de 40 ans est compensée par la hausse des installations tardives. Dans le portrait des nouveaux installés que dresse la MSA, on peut également noter un taux de pluriactivité important (30,8%) et l'augmentation de 6,4% des installations de femmes en agriculture (hors transfert entre époux).

En 2012, 57,1% des jeunes ont choisi de s’établir en société, majoritairement en EARL ou GAEC. La superficie moyenne par installé est, depuis 3 ans, d’environ 33 hectares. La façade atlantique, pourtant plutôt dynamique en matière d'installations, subit une diminution, à l'exception de la Vendée, de la Charente-Maritime et des Landes. Dans les Alpes-Maritimes, l'Yonne, l'Hérault, la Somme et la Meuse, le Lot et les Côtes d'Armor, le nombre d'installations agricoles s'est effondré : entre -25% et -20% entre 2011 et 2012. En revanche, le nombre d'installations progresse entre 2011 et 2012 en Alsace (+35,3%), en Basse-Normandie (+10,8%), dans la région Centre, dans les départements du Jura et du Doubs.

Le taux de maintien dans les cinq ans suivant l'installation est de 90% pour élevage bovins, vaches laitières et polyculture élevage. Il est moindre pour céréaliers (85%) et viticulteurs (75%).

 Céline Fabre, Centre d'études et de prospective

 Source : MSA

10:48 Publié dans Agriculteurs, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/11/2013

Des prévisions records pour les récoltes 2014

À quelques jours d'écart, l'International Grain Council (IGC) et l'USDA ont publié des prévisions de récoltes records pour la campagne 2013/2014. Le rapport sur les marchés des céréales publié par l'IGC le 31 octobre 2013 prévoit ainsi une récolte de 1 940 millions de tonnes, prévision revue à la hausse de 10 millions de tonnes par rapport à la précédente, et représentant une progression de plus de 8% (+ 150 millions de tonnes) par rapport à la campagne 2012/2013. Selon les deux organismes, les récoltes de blé gagneraient ainsi 40 millions de tonnes (+ 6%) pour atteindre un total autour de 700 MT, et les récoltes de maïs progresseraient de 85 millions de tonnes (+ 9,8%), pour atteindre un total autour de 950 MT.

Les échanges internationaux étant annoncés comme stables ou en légère progression, cette production à des niveaux sans précédent devrait permettre une large reconstitution des stocks de report et, pour le maïs, une hausse de l'utilisation en alimentation animale, grâce à des prix en baisse.

Jean-Noël Depeyrot, Centre d'études et de prospective

Source : International Grain Council, Grain Market Report

USDA, World Agricultural Supply and Demand Estimates

 

 

11/11/2013

Les protéines et la chimie du végétal : une voie d'innovation selon le rapport d'Anne Lauvergeon

Le 11 octobre 2013, la commission « Innovations 2030 », présidée par Anne Lauvergeon, remettait son rapport identifiant les domaines-clés de l'innovation, sources potentielles de croissance pour l'économie française dans un avenir proche.

Le rapport identifie « sept ambitions fortes, reposant sur des innovations majeures ». L'ambition n°4 (« les protéines végétales et la chimie du végétal ») concerne directement les secteurs agricoles et agro-alimentaires. Avec une demande alimentaire mondiale en augmentation et « l'occidentalisation » des régimes alimentaires, la demande de protéines pour la consommation humaine devrait fortement augmenter dans les années à venir.

Lire la suite

10:43 Publié dans Agronomie, Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/11/2013

Robots de traite et pâturage

L'Institut de l'élevage a organisé le 10 octobre dernier, une journée de réflexion sur le robot de traite et ses impacts sur les systèmes laitiers. Dans quelle mesure robot et pâturage sont-ils compatibles ? Associer une technologie industrielle, "productiviste", qui va dans le sens d'une artificialisation et d'une intensification de l'élevage, et une pratique "extensive" qui trouve habituellement plutôt sa place dans des stratégies d'écologisation de l'agriculture, ne va pas de soi.

Lire la suite

10:40 Publié dans Agriculteurs, Agronomie, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/11/2013

L'internationalisation du système productif alimentaire breton

Si la globalisation des marchés et l'accroissement des échanges européens et internationaux ont participé au développement du système productif alimentaire breton, ils ont également eu pour conséquence l'instauration de nouvelles règles du jeu sur les marchés, pouvant parfois fragiliser certaines filières du territoire. Ainsi, les crises récentes rencontrées notamment dans le secteur de la volaille, de la production porcine ou encore du lait, témoignent de ces difficultés d'adaptation dans un contexte international en évolution rapide.

L'objet de ce rapport du Conseil économique et social de la région Bretagne était d'identifier les différentes facettes de cette internationalisation, d'analyser les mécanismes par lesquels elle influence le système productif alimentaire breton et de mettre en lumière les enjeux actuels et futurs qu'elle soulève. Ces enjeux ont été déclinés par filière : filière volaille, bovine, porcine, produits de la mer et de l'aquaculture et production laitière.

En conclusion, le rapport formule des recommandations, certaines visant à améliorer la « compétitivité prix » (économies d'énergie, contractualisation, etc.), d'autres visant à améliorer la « compétitivité hors prix » (création de valeur ajoutée, formation, innovation).

 Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Source : CESER Bretagne

10:39 Publié dans Filières agricoles, Mondialisation et international, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/11/2013

Agricultures et territoires

Sur la base de nombreuses réflexions, débats et expertises thématiques, la SAF a publié son rapport 2013 Agricultures et territoires, pour des synergies gagnantes ! Pour structurer ce rapport, la métaphore du « jeu de cartes » a été choisie, avec une série de 5 cartes maitresses : la carte « PAC », la carte « territoires environnementaux », la carte « villes-campagnes », la carte « politiques territoriales » et la carte « filières » (vocation économique de l’agriculture et partenariats à établir avec les activités situées à l’amont et à l’aval de la production).

rapport saf 2013.jpg

Les mots d'ordre sont « transversalité » et « compétitivité ». L'accent est mis sur les territoires, dans le contexte de l'attribution de la gestion du deuxième pilier aux Régions. Le rapport comporte en outre une série de recommandations, comme celle de développer des clusters pour structurer les filières, et de renforcer les interprofessions. Concernant les relations villes-campagnes, la complémentarité est à rechercher et une « ceinture alimentaire » périurbaine devrait être préservée. Enfin, sur l'environnement, la SAF recommande de passer à une logique d'investissement, grâce notamment à l'outil de la fiscalité.

 Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

 Source : SAF

10:33 Publié dans 4. Politiques publiques, Environnement, Filières agricoles, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/11/2013

L'avenir du secteur français des semences

Le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) a récemment publié une note d'analyse sur l'avenir du secteur des semences. La France étant le premier exportateur mondial de semences, devant les États-Unis, les enjeux autour de l'amélioration végétale sont considérables. La note du CGSP passe en revue les récentes évolutions techniques, économiques et organisationnelles du secteur au niveau mondial : développement des plantes génétiquement modifiées, croissance du marché des semences, modification des modèles d'innovation (PME européennes vs. multinationales issues de l'agrochimie), etc.

Lire la suite

10:32 Publié dans Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/10/2013

Élevage et changement climatique : nouvelles estimations de la FAO

Un nouveau rapport de la FAO, Tackling climate change through livestock: A global assessment of emissions and mitigation opportunities, présente de nouvelles estimations du rôle de l'élevage dans le changement climatique et du potentiel que le secteur recèle pour affronter le problème.

Toutes filières de production animale confondues, les émissions de gaz à effet de serre (GES) s'élèvent à 7,1 gigatonnes d'équivalent CO2 par an, soit 14,5% de toutes les émissions d'origine anthropique (une réévaluation à la baisse par rapport aux 18% du rapport publié en 2006). Les bovins, avec la production de viande et de lait, représentent la majorité de ces émissions, avec respectivement 41 % et 19 % du total. Viennent ensuite les porcs (9 %), les volailles et la production d'œufs (8 %) et les bisons (8 %).

Les principales sources d'émissions sont la production et la transformation de fourrage (45% du total), la digestion des bovins (39%) et la décomposition du fumier (10%). Le reste est imputable à la transformation et au transport des produits animaux.

Le rapport estime que le potentiel de réduction au niveau mondial est de l’ordre de 30% si, dans chaque région et zone climatique, les meilleures pratiques existantes étaient adoptées. De plus, ces pratiques entraîneraient des gains économiques et de productivité favorables à la sécurité alimentaire mondiale.

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Source : FAO

16:29 Publié dans Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/09/2013

Terrena veut doubler sa surface en lupin d'ici 2015

Le groupe coopératif Terrena, engagé dans l'agriculture écologiquement intensive, souhaite doubler la surface de cette légumineuse d'ici 2015, et ainsi passer à 5 000 hectares. Depuis la semence certifiée jusqu'à la transformation en ingrédients alimentaires, la filière intégrée de lupin développée par Terrena repose sur la contractualisation et offre aux producteurs des rémunérations attractives (400 € la tonne). Malgré cela, la demande, que ce soit pour l'agroalimentaire, la nutrition animale ou la cosmétique, est toujours supérieure à l'offre, d'où cette volonté du groupe de développer les surfaces via l'adhésion de nouveaux cultivateurs.

Source : Terrena

16:10 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/09/2013

Inauguration d'une chaudière à biomasse couplée à la plus grande unité européenne de décorticage de tournesol

Le groupe Sofiprotéol a inauguré en Gironde un système qui, d'une part, décortique les coques de tournesol et, d'autre part, brûle ces coques pour produire de la chaleur. La séparation de l'amande des graines de tournesol de leur coque permet d'accroître la teneur en protéines des tourteaux de tournesol (de 29 à 36%) et de diminuer leur teneur en cellulose, non digestible pour le bétail (de 25 à 19%). Ces tourteaux peuvent se substituer aux tourteaux de soja importés dans les filières d'élevage du Sud-Ouest. La chaleur produite est réutilisée dans les différents ateliers de production, et permet d'éviter l’émission de près de 40 000 tonnes équivalent CO2 par an. Les cendres issues de la chaudière sont quant à elles valorisées sous forme d'amendement en agriculture. Ce projet, qui a nécessité un investissement de 32 millions d'euros, doit permettre la transformation de 650 000 tonnes de graines oléagineuses chaque année.

Source : Sofiprotéol

16:08 Publié dans Energie, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook