Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2015

L’équilibre fragile de la prise alimentaire entre différentes voies neuronales

Une équipe française (CNRS/Université Paris Diderot) vient de publier, dans Cell Metabolism, les résultats de ses travaux sur le rôle des besoins énergétiques et du plaisir de manger dans la prise alimentaire. Le comportement alimentaire est régulé par différentes voies neuronales et, au regard de l’évolution de pathologies liées à l’alimentation, la compréhension de l’implication et de la connexion de ces circuits est d’importance.

Travaillant, chez des souris, sur un groupe de neurones (NPY/AgRP) situé dans l’hypothalamus et faisant partie du circuit permettant de maintenir l’équilibre énergétique en stimulant la prise alimentaire, les chercheurs ont notamment montré que lorsque ces neurones sont absents ou que leur fonctionnement est inhibé, l’hormone les stimulant active à la place le circuit de la « compensation ». Cette voie entraîne alors une consommation déconnectée des besoins corporels énergétiques et essentiellement dépendante du plaisir donné par la nourriture. Les souris placées dans ce cas mangent des aliments riches en lipides et glucides dans des quantités plus importantes, prennent du poids et sont plus sensibles à des facteurs externes (stress par exemple). Par ailleurs, pour les auteurs, ces résultats montrent qu’« agir à un niveau pharmacologique sur ces neurones pour traiter l’hyperphagie peut être contre-productif ».

Source : CNRS

Le gras, sixième saveur de base ?

Une équipe de l’université américaine de Purdue a publié, dans l’édition de septembre de Chemical Senses, un article intitulé Oleogustus: The Unique Taste of Fat. À partir de tests en aveugle auprès de 102 personnes et de l’analyse des données de 1 000 participants à une étude sur la génétique de la saveur du gras, ils ont montré que ce dernier a un goût unique, distinct du sucré, de l’acide, de l’amer, du salé et de l’umami (c’est-à-dire le savoureux). Si les triglycérides (que l’on retrouve dans la plupart des graisses consommées) jouent sur la texture de l’aliment mais ne créent pas de stimulus gustatif, les acides gras, séparés des triglycérides dans l’aliment ou pendant la mastication, stimulent cette sensation. Proposition est faite de dénommer cette nouvelle saveur « oleogustus ».

Pour les auteurs, ces travaux pourraient permettre aux industriels de développer des produits plus goûteux, mais également, en poursuivant les travaux de recherche, aux cliniciens et responsables des politiques de santé publique de mieux comprendre les implications sur la santé de l’exposition orale au gras.

Source : Purdue University

11:04 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : goût, oleogustus |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/09/2015

Ontario : relation entre niveau d’insécurité alimentaire et coûts de santé des foyers

Des chercheurs du Département de nutrition de l’université de Toronto ont publié le 10 août dernier, sur le site du Canadian Medical Association Journal, un article intitulé « Association between household food insecurity and annual health care costs ». Utilisant des données issues d’enquêtes de Santé Canada (Canadian Community Healthy Survey, environ 67 000 adultes) et du système de santé de l’Ontario, ils ont montré que, dans cette province, le niveau d’insécurité alimentaire (IA) du foyer est un prédicteur robuste de l’utilisation et du coût des soins pour les adultes en âge de travailler, indépendamment d’autres déterminants sociaux. Ainsi, les personnes en IA marginale (3,9 % de l’échantillon) coûtent 23 % de plus au système de santé que celles en situation de sécurité alimentaire, celles en IA modérée (5,2%) 49 % de plus et celles en IA grave 121 % de plus.

Selon les auteurs, même si plusieurs points restent à approfondir, cette étude montre qu’une intervention publique ciblée sur la réduction de l’IA des foyers permettrait de diminuer les dépenses publiques de santé. Pour eux, les organisations caritatives dédiées n’ont pas les moyens de changer cette IA et différentes études ont montré le rôle positif d’une augmentation, relativement faible, des ressources des familles à bas revenu. Les taux plus bas d’insécurité alimentaire chez les seniors ayant des revenus annuels garantis vont également dans ce sens.

Sources : Canadian Medical Association Journal, Veille action pour de saines habitudes de vie

 

 

 

11:01 Publié dans 4. Politiques publiques, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : canada, insécurité alimentaire |  Imprimer | | | | |  Facebook

L’alimentation, arme du genre ?

Le Journal des anthropologues a récemment consacré un numéro aux croisements entre les études sur l’alimentation et les gender studies. Le dossier fait apparaître l’alimentation comme « un moyen − une arme – très efficace de reproduction de l’ordre du genre ». Il traite, entre autres, de la promotion du régime méditerranéen (qui tendrait à « réifier la division sexuelle inégalitaire du travail domestique »), de l’entrée en dépendance et des habitudes alimentaires des ménages qui « s’en trouvent plus ou moins transformées, pouvant conduire, dans certains cas, à une monotonie alimentaire, voire à un appauvrissement nutritionnel ». Le numéro aborde aussi le« genre de l’ivresse », avec une étude sur l’évolution des consommations d’alcool chez les étudiant-e-s.

Source : Journal des anthropologues

11:00 Publié dans Alimentation et consommation, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : alimentation, gender studies |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/06/2015

Les représentations sociales du « bien manger »

On sait combien les images, les opinions et les manières de voir la réalité sont importantes dans la vie en société, et en particulier en matière d’alimentation. Depuis 1988, le CREDOC réalise régulièrement des études quantitatives, basées sur une méthode d’analyse lexicale, et spécifiquement centrées sur les représentations sociales du « bien manger ». La huitième vague d’enquête, conduite en 2013 auprès de 1 200 ménages et dont les résultats viennent d’être diffusés, présente l’état actuel de ces représentations, mais est aussi l’occasion de montrer les transformations intervenues sur les vingt-cinq dernières années.

En 2013, à la question « pour vous, qu’est-ce que bien manger ? », les femmes utilisaient plutôt des mots du champ lexical de la nutrition et de la diététique (« légumes », « protéines », « laitiers »), alors que les hommes privilégiaient des termes exprimant les idées de satiété, de goût, de convivialité. En matière d’âge, les 15-24 semblaient très réceptifs aux messages de santé publique (« grignoter », « fruits », « gras », « cinq »), alors que les 35-44 ans insistaient sur « famille » et les 55-64 ans sur « naturel », « modération », « normalement ». Pour ce qui est des catégories socio-professionnelles, les contrastes étaient marqués entre les agriculteurs exploitants (idées de variété et de saveurs), les cadres et professions intellectuelles supérieures (« bonnes choses », « bio », « vin »), les cadres moyens et professions intermédiaires (« cuisine », « saine »), les employés (lexiques de la nutrition et de la diététique) et les ouvriers (« copieux », « correctement », « chez soi »). Au-delà de ces différences, le CREDOC considère qu’existaient six classes de représentations du « bien manger », à savoir : « manger équilibré » (25 %), « privilégier tels plats et aliments » (21 %), « acte social » (20 %), « fait maison » (15 %), « manger à satiété » (11 %), « discours nutritionnel » (8 %).

L’étude de l’évolution des représentations du « bien manger », de 1988 à 2013, révèle quelques tendances intéressantes. Il y a tout d’abord une influence évidente des messages publics nutritionnels sur le vocabulaire et les discours des mangeurs. Parallèlement, les crises alimentaires ont contribué à fragiliser la notion de « bonne alimentation » et à la faire percevoir comme un « problème ». Troisièmement, si certains mots ont des fréquences d’usage stables dans le temps (« bon », « repas », « faire »), d’autres sont nettement descendus dans le classement (« enfants », « fête », « café », « hors-d’œuvre », « sauces », « mets », « lourd », « ordinaire », « calorie ») ou au contraire fortement montés (« bio », « assiette », « raisonnable », « grignoter », « salé », « sucré », « eau », « protéines », « féculents »). En conclusion, le CREDOC souligne que les réponses sont au fil du temps de plus en plus stéréotypées et formatées, que la « nutritionnalisation » des discours est tangible et que les représentations sociales de l’alimentation sont un bon miroir des mutations sociales plus globales.

Bruno Hérault, Centre d’études et de prospective

Source : CREDOC

09:24 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : credoc, représentations, bien manger |  Imprimer | | | | |  Facebook

Modeler les prises alimentaires : publication des résultats d’une méta-analyse

Dans son édition datée de juillet 2015, la revue Social influence publie les résultats d’une méta-analyse conduite sur le modelage des prises alimentaires (modeling of food intake). La multiplication des travaux depuis le début des années 2000 sur ce sujet permet de disposer d’une masse critique de résultats et les auteurs ont pu s’appuyer sur 38 articles pour quantifier les effets d’individus (« modèles sociaux ») sur la prise alimentaire d’autres personnes. L’exemple donné en début d’article illustre la thématique : deux jours de suite, vous consommez le même repas au restaurant mais avec deux personnes différentes ; les quantités que vous mangerez à chaque fois vont dépendre notamment de celles que l’autre convive consommera.

Cet article comprend un rappel des principaux résultats de la littérature sur le modelage, l’une des influences sociales les plus fortes sur les prises alimentaires. Ce modelage découle des informations sur les quantités appropriées de nourriture à consommer données par les autres convives, et du fait que la notion de « bonne » quantité est souvent ambiguë. Les signaux internes (faim, satiété) sont souvent peu fiables et les personnes peuvent s’appuyer sur l’exemple des autres ou chercher à maximiser leur consommation sans paraître manger excessivement (au sens de « manger plus que ce que les autres mangent »). Ainsi, les normes perçues de la prise alimentaire appropriée servent de médiateur à l’influence des modèles sociaux. La robustesse du modelage est l’un de ses traits les plus notables, observé dans des situations diverses (y compris quand le modèle n’est pas présent physiquement), sachant que des caractéristiques individuelles du modèle (empathie, extraversion, etc.) vont faire varier son influence.

Parmi les résultats de cette méta-analyse, on peut retenir que manger avec une personne à basse consommation peut amener les autres individus à restreindre leurs propres prises alimentaires, cette restriction étant soit perçue comme saine et désirable, soit comme exacerbant des comportements non sains chez les individus à risque de désordre alimentaire. Par ailleurs, manger avec un modèle à consommation élevée peut conduire à une certaine indulgence et à une prise énergétique excessive. Les modèles sociaux semblent toutefois avoir plus d’effets inhibiteurs qu’incitateurs. En conclusion, les auteurs soulignent notamment l’intérêt potentiel de l’utilisation des modèles sociaux pour promouvoir des régimes alimentaires sains.

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Source : Social Influence

09:23 Publié dans Alimentation et consommation, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : modelage, prises alimentaires |  Imprimer | | | | |  Facebook

23/06/2015

Self Data – La FING publie la deuxième édition de son Cahier d’exploration MesInfos

La Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) vient de publier la deuxième édition de son Cahier d’exploration consacré à la thématique des Self Data et s’appuyant sur une expérimentation conduite dans le cadre du projet MesInfos. 300 clients de six grandes entreprises françaises (dont Les Mousquetaires) ont eu, pendant huit mois, accès à leurs données dans un « cloud personnel » et à des services pour les trier, visualiser et utiliser à des fins pratiques. Ce Cahier d’exploration en présente les résultats et développe plus largement une analyse du marché des Self Data et des services existants, ainsi que des défis posés.

FING.jpg

Pour la FING, l’importance croissante des données personnelles dans l’activité des organisations (entreprises, administrations) est un facteur fort de la crise de confiance qui touche le « cœur de [leur] relation » avec les individus, lesquels réclament plus de transparence. La « voie » du Self Data, ie du partage avec les individus des données qui les concernent, tout en leur donnant les moyens de les utiliser à leurs propres fins (avec intervention de fournisseurs de services personnels, et de médiateurs et plates-formes pour organiser le flux sécurisé des données et la distribution de l’éventuelle valeur économique créée), est présentée comme une réponse à ce constat.

Parmi les illustrations et propositions d’applications faites, plusieurs concernent l’alimentation, en particulier des aspects nutritionnels et de santé (en lien avec le marché du Quantified Self), l’optimisation des courses et la réduction du gaspillage (application liée à une poubelle connectée) ou encore des achats correspondant plus aux valeurs du consommateur. À titre d’exemple, l’application Mes Infos Nutritionnelles (l’un des six prototypes développés dans le projet) permet de suivre sa consommation nutritionnelle sous forme de diagrammes, à partir des tickets de caisse et après croisement avec la base de données collective Open Food Facts.

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Source : FING

 

09:21 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : self data, quantified self |  Imprimer | | | | |  Facebook

Déserts alimentaires : à Baltimore, un habitant sur quatre est concerné

Le Johns Hopkins Center for a Liveable Future (CLF) a rendu public, le 10 juin, le rapport Mapping Baltimore City’s Food Environment réalisé en collaboration avec la Baltimore Food Policy Initiative. Ce rapport fait suite aux deux premières éditions de 2009 et 2012, mais repose sur une méthodologie plus complète qui reflète précisément l’expérience des habitants. Cette méthode est en effet la première à inclure des critères sur l’accès à un véhicule et l’approvisionnement en nourriture saine dans tous les magasins alimentaires de la ville, en plus des habituels « distance aux supermarchés » et « revenu des ménages ». Ainsi, un « désert alimentaire » dans Baltimore est défini comme une zone où i) les résidents doivent se déplacer sur au moins un quart de mile pour arriver à un supermarché, ii) le revenu moyen par foyer est inférieur ou égal à 185 % du seuil de pauvreté, iii) plus de 30 % des foyers n’ont pas d’accès à un véhicule et iv) l’approvisionnement en nourriture saine est faible.

baltimore.jpg

Source : CLF

Les résultats montrent qu’un habitant sur quatre (soit plus de 158 000 personnes) vit dans un désert alimentaire. Ces zones se caractérisent par des taux élevés de mortalité due à des régimes alimentaires non sains (dont maladies cardiovasculaires et diabètes), et plus généralement un taux de mortalité plus élevé que la moyenne. De plus, 34 % des afro-américains de la ville y habitent (alors que seuls 8 % des résidents blancs sont concernés par exemple), ainsi que 30 % des enfants en âge d’aller à l’école. Ce rapport va servir de « feuille de route » pour des politiques de développement économique et de planification urbaine, pour le département de la santé et pour des travaux de recherche sur l’accès à une alimentation saine.

Sources : Johns Hopkins Center for Liveable Future, Mariland Food System

 

09:18 Publié dans 4. Politiques publiques, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : déserts alimentaires, baltimore |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/06/2015

L’Alimentation à découvert. Catherine Esnouf, Jean Fioramenti, Bruno Laurioux (dir.)

alimentation-a-decouvert.jpg

CNRS Éditions vient de publier, sous la direction de Catherine Esnouf, Jean Fioramenti et Bruno Laurioux, L’Alimentation à découvert, ouvrage ayant pour objectif de « répondre aux interrogations multiples de nos contemporains en exposant le plus simplement et le plus complètement possible l’état des connaissances scientifiques sur l’alimentation ». Avec 139 articles courts (2 pages en moyenne), il réunit les contributions de 163 scientifiques venant de disciplines variées (sciences humaines et sociales, biologiques, médicales, des aliments et environnementales). Cette pluridisciplinarité se retrouve dans un plan thématique « qui permet au lecteur de prendre connaissance pour une même question de tous les points de vue et, au besoin, de les confronter ». Huit parties embrassent ainsi les problématiques diverses liées à l’alimentation, abordant tour à tour le mangeur, la fabrication des aliments (du champ à l’assiette), les systèmes alimentaires, les questions de nutrition et de santé, la sécurité sanitaire, les normes juridiques et sociales, les relations entre alimentation, environnement et territoire, et enfin les grands enjeux pour le futur de l’alimentation.

Cette dernière partie, Quel futur pour l’alimentation ?, illustre l’approche générale de l’ouvrage. Quatorze articles traitent des « grands enjeux » pour l’alimentation « que constitueront, à n’en pas douter, la pression démographique et les changements climatiques et leurs effets prévisibles sur les modes de consommation alimentaire ». Sont ainsi abordées les questions liées aux consommations alimentaires (alimentation sur mesure, incertitudes liées aux projections démographiques, transitions nutritionnelles, etc.), à la production agricole (émissions de gaz à effet de serre et changement climatique, appropriations foncières à grande échelle, etc.), à la transformation (enjeux de durabilité notamment) et plus largement aux systèmes alimentaires.

Le quatorzième article de cette partie prospective, « Pour une gouvernance mondiale, contrôler le commerce international », signé par Marion Guillou, conclut l’ouvrage en proposant de lier négociations commerciales et environnementales pour que « les pays émergents et en développement assurent leur sécurité alimentaire à travers des modèles de production agro-écologiques ». elle suggère aussi d’encadrer les barrières à l’exportation par des disciplines internationales pour « fluidifier les échanges au service de cette sécurité alimentaire de chacun ».

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Lien : CNRS Éditions

09:05 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

15/06/2015

Food Research Collaboration publie une contribution au débat public sur le sucre au Royaume-Uni

Le 10 juin, Food Research Collaboration, initiative financée par la Esmée Fairbairn Foundation et réunissant universitaires et ONG, dans le but d’améliorer le système alimentaire du Royaume-Uni, a publié une note d’information sur le sucre au Royaume-Uni. Le sucre pose des questions à long terme pour la politique alimentaire britannique, qu’il soit produit dans le pays ou importé, et cette publication traite tant de santé publique que de production et de transformation. Sont notamment abordés la politique européenne, les productions et prix mondiaux, européens et britanniques, les enjeux pour les pays producteurs. Face à la nécessité de mettre un terme aux productions et consommations massives de sucre, tout en envisageant des utilisations alternatives des terres, des emplois et des sources de revenus autres pour les producteurs primaires, Food Research Collaboration identifie également plusieurs options de politiques publiques pour le Royaume-Uni : produire moins de sucre, importer moins de sucre et encourager la diversification, diversifier les utilisations du sucre.

Source : Food Resaerch Collaboration

Feeding EXPO Milano with Mediterranean perspectives – 32e numéro de la Watch Letter du CIHEAM

En avril dernier, le Centre International des Hautes Études Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) a publié sa Watch Letter n°32. Composé de 18 articles, ce numéro s’intéresse aux indicateurs et initiatives innovants pour la sécurité alimentaire des pays méditerranéens, avec une attention particulière portée aux bonnes pratiques, à l’adaptation au changement climatique, aux modèles de consommation alimentaire durable et aux chaînes agroalimentaires. Une approche large est adoptée, prenant en considération les enjeux nutritionnels, socio-économiques, environnementaux et d’innovation, et ce à différents niveaux. Dans son éditorial, le secrétaire général du CIHEAM, Cosimo Lacirignola, rappelle que 2015 est une année cruciale par les événements internationaux organisés sur les enjeux agricoles, alimentaires et ruraux en lien avec les objectifs de développement durable : année internationale des sols, 7e Forum mondial de l’eau en Corée du Sud, exposition universelle à Milan, COP 21 à Paris, adoption prévue d’un programme de développement post-2015 par l’Assemblée générale des Nations unies en septembre.

Source : CIHEAM

08:46 Publié dans Alimentation et consommation, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : milan, ciheam, sécurité alimentaire |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/05/2015

De l’usage de politiques de prix pour promouvoir des régimes alimentaires plus sains

Le Regional Office for Europe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié récemment un rapport intitulé Using price policies to promote healthier diets. Parmi les six régions de l’OMS, la région Europe (53 pays) est la plus touchée par les maladies non transmissibles (maladies cardiovasculaires, diabètes, etc.) et, parmi les engagements pris par les États dans le European Food and Nutrition Action Plan 2015-2020 pour promouvoir une alimentation saine, figure la mise en place de politiques de prix.

rapport-oms.jpg

Dans un premier temps, est présentée une revue détaillée de la littérature sur les politiques de prix (taxes et subventions). Plusieurs points sont ainsi mis en avant, notamment l’influence de ces politiques sur les achats, les effets potentiels sur des produits et/ou nutriments non visés initialement, ou encore l’intérêt de recourir à des outils ciblés. Dans un second temps, des exemples d’actions dans la zone Europe sont détaillés. Sont ainsi présentés des cas de taxation suffisamment élevée pour avoir un impact sur les comportements : Danemark, Finlande, Hongrie et France. Le programme de l’Union européenne (fruits à l’école), les changements de TVA, les interventions dans la chaîne d’approvisionnement et l’exemple de Singapour (diminution des graisses saturées dans les huiles de cuisson) complètent cette partie.

Pour finir, plusieurs enseignements pour le développement de telles politiques sont tirés, notamment en termes d’objectifs à plus ou moins long terme, centrés sur les achats ou les comportements (plutôt que sur une évolution du poids corporel ou des maladies, nécessairement multi-factoriels), et de population visée. Le processus d’identification des produits et/ou nutriments objets de la taxe ou de la subvention doit faire l’objet d’une attention particulière, et la prise en compte des réponses des acteurs de la chaîne d’approvisionnement (taille des portions, reformulation des produits notamment) est également d’importance. Enfin, le rapport insiste sur la nécessaire évaluation de ces politiques.

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Source : OMS

 

25/05/2015

Le quinoa. Les enjeux d’une conquête. Didier Bazile

Bazile.jpg

Le processus de globalisation touche tous les aspects de la vie en société, et donc aussi les denrées et systèmes alimentaires. Didier Bazile, chercheur au CIRAD, actuellement en poste à la FAO, nous en donne un bon exemple avec cet excellent essai consacré à la mondialisation du quinoa. Quelles sont les causes de cette soudaine diffusion d’une plante si longtemps confinée à la zone andine ? Les exportations croissantes permettent-elles de nourrir les producteurs autochtones ? Comment le quinoa s’adapte-t-il à de nouveaux milieux de culture ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles l’auteur répond de façon claire et documentée, en croisant les regards de l’agronome et du géographe.

Les premiers chapitres sont consacrés à l’histoire du quinoa, à ses principaux écotypes ainsi qu’à sa grande biodiversité et ses systèmes traditionnels de culture. L’auteur s’attarde sur la plasticité écologique du quinoa. Il insiste aussi sur sa contribution à l’expression de l’identité des peuples andins et sur la fragilité de leurs pratiques agroécologiques ancestrales face à la pression croissante des marchés internationaux. Le passage à une agriculture d’exportation a d’ores et déjà diverses conséquences : mécanisation et intensification des pratiques, imposition de normes internationales, élévation des prix, faible variété des espèces commercialisées.

Le cœur de l’ouvrage est consacré aux questions de ressources génétiques, de diffusion et d’adaptation du quinoa. Les États-Unis se sont intéressés à cette plante dès la fin des années 1940, puis sa culture a essaimé sur tous les continents dans les années 1980. Ces nouvelles mises en culture se sont faites via le développement de variétés protégées, à partir de collections ex situ, et sans recourir à l’extrême richesse in situ des pays andins. Cette expansion s’inscrit dans le cadre international de régulation des semences et le nombre des certificats d’obtention végétale (COV) ne cesse de croître, renforçant le pouvoir des obtenteurs sur les producteurs.

Les derniers chapitres sont consacrés aux apports du quinoa, en termes nutritionnels comme en termes de revenus. Pour D. Bazile, au Pérou, et surtout en Bolivie, le « boom du quinoa » a nettement fait augmenter les surfaces cultivées et les exportations, sans pour autant avoir des effets négatifs sur la sécurité alimentaire des populations locales. Bénéficiant souvent d'une double certification, écologique et équitable, cette culture a garanti une meilleure rémunération des producteurs et contribué à diminuer la pauvreté en soutenant l'agriculture familiale. Le quinoa demeure globalement un produit de niche, mais la demande mondiale continue de croître, et si la Bolivie entend rester le premier producteur en privilégiant des politiques publiques qui soutiennent l’extension des surfaces cultivées, le Pérou fait le choix de programmes agricoles plus différenciés selon les zones géographiques et les types d’agriculture.

Bruno Hérault, Centre d’études et de prospective

Lien : QUAE

09:17 Publié dans Alimentation et consommation, Filières agricoles, Production et marchés | Lien permanent | Tags : quinoa |  Imprimer | | | | |  Facebook

22/05/2015

Le végétarisme et ses ennemis. Vingt-cinq siècles de débats. Renan Larue

larue.jpg

Manger ou ne pas manger de la viande ? Telle est la question qui traverse de nombreuses disputes philosophiques et religieuses, depuis l’Antiquité, et que l’on retrouve aujourd’hui dans les débats sur l’évolution des comportements alimentaires. Pour y répondre, l’auteur nous entraîne dans une très intéressante histoire des doctrines végétariennes et antivégétariennes, montrant bien ce que les arguments des uns et des autres ont d’immuable ou de changeant à travers le temps.

Par pitié pour les animaux ou par ascétisme, Hésiode, les pythagoriciens puis surtout Plutarque et Porphyre ont posé les premières bases du végétarisme. Leurs raisonnements, qui rompaient avec les sacrifices religieux de type alimentaire, ont suscité de fortes réactions philosophiques et politiques : Héraclide, Clodius et les stoïciens considéraient que les animaux ne sont là que pour satisfaire l’espèce humaine, et des lois de Tibère interdiront l’abstinence de viande.

Par réaction à la cacherout juive qui distinguait des denrées « pures » et « impures », les textes chrétiens prônent l’indifférence alimentaire. Ils célèbrent un Dieu omnivore et, de Saint Augustin à Thomas d’Aquin, sont largement défavorables au végétarisme. La diète des parfaits cathares est signe de leur hérésie et les jeûnes ne sont autorisés que s’ils sont réalisés par pénitence ou désir de se mortifier. Il faudra attendre le début du XVIIIe siècle pour que des chrétiens, sensibles à la douleur des animaux, osent contrarier la parole divine et vanter l’abstinence de viande.

La « renaissance végétarienne », au XIXe siècle, vient selon R. Larue de la conjonction de plusieurs tendances : essor de la physiologie et du raisonnement diététique, progrès des sensibilités, épuisement des présupposés spécistes, développement de l’athéisme et du matérialisme, anti-carnisme éthique des Lumières (Voltaire, Rousseau). C’est en Angleterre que l’on trouve les plus fortes manifestations de dégoût pour la viande, qui aboutiront à l’invention du terme vegetarian (1839) et à la création de la Vegetarian Society (1847). Mais les adeptes du régime carné seront toujours plus nombreux que les défenseurs des animaux, constamment accusés de sectarisme.

Au XXe siècle, l’industrialisation de l’élevage soulève de croissantes objections morales et c’est dans les années 1940 que Donald Watson forge le terme vegan et crée la Vegan Society. Ce mouvement a reçu le soutien d’universitaires de premier plan qui ont théorisé les « intérêts animaux » (Singer) ou les « sujets animaux » (Regan, Francione). En complément de ces éthiques animales, ce sont aujourd’hui des préoccupations de développement durable qui viennent légitimer le véganisme : effets néfastes de l’élevage sur l’environnement, épuisement des stocks de poisson, etc. Et si comme à toutes les époques les véganes ont leur détracteurs (Chanteur, Ferry, Digard), l’auteur termine son ouvrage par une réflexion prospective et considère que les conditions d’un passage massif à ce nouveau régime sont dorénavant réunies.

Bruno Hérault, Centre d’études et de prospective

Lien : Presses universitaires de France

09:15 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : végétarisme |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/05/2015

Guide international des labels de commerce équitable

Mis en ligne début avril, le Guide international des labels de commerce équitable est issu d’une collaboration entre quatre organisations : la Plate-Forme pour le Commerce Équitable, Fair World Project, FairNESS France et Royaume-Uni. Cette publication a été motivée par des changements récents dans ce secteur : évolution des labels et systèmes de garantie, et du cadre réglementaire et législatif (directives européennes sur les marchés publics de mars 2014), demande croissante (consommateurs et professionnels) de preuves concrètes des impacts, prolifération des labels de développement durable et manque de clarté quant à leurs exigences.

À vocation technique, ce guide est destiné notamment aux acheteurs publics et privés et rend visibles les différents labels et systèmes de garantie. Débutant par une présentation du rôle et des enjeux liés au développement de ces dispositifs, il se poursuit par l’analyse de huit labels et systèmes de garantie, puis par la comparaison des exigences du commerce équitable et des labels de développement durable. Il présente enfin une revue bibliographique des principaux travaux académiques sur les impacts de ces différents dispositifs.

Source : Plate-Forme pour le Commerce Équitable

09:09 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : commerce équitable, labels |  Imprimer | | | | |  Facebook