Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2011

3 scénarios pour la filière cunicole en 2025

Le CLIPP (Comité lapin interprofessionnel pour la promotion des produits) a présenté, lors de son assemblée générale à Paris, les résultats d'une étude prospective sur l'avenir de la filière en 2025.

Trois scénarios ont été élaborés, qui misent sur le développement de produits transformés, une diversification des systèmes d'élevage ou une compétitivité par les prix.

Quel que soit le scénario, la filière cunicole est amenée à se concentrer, à restructurer certains pans de son activité, conclut le CLIPP, avec une production au mieux maintenue dans le premier scénario et des réductions de 10% et de 27% dans le second et le troisième.

Source : La France agricole

11:16 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/06/2011

Evaluation monétaire de l'écosystème britannique

 Caroline Spelman, Secrétaire d'Etat à l'environnement au Royaume-Uni, a présenté la première évaluation de l'écosystème national britannique (UK National Ecosystem Assessment).

Cette évaluation, dirigée par Bob Watson, ancien président du Giec, a impliqué plus de 500 scientifiques, économistes et autres « parties prenantes » provenant des pouvoirs publics, des universités, des ONG et du secteur privé.

L'objectif était de mesurer les avantages économiques, sociaux et sanitaires des « services » rendus par la nature dans ce pays. Ainsi, selon ce rapport, les abeilles et autres insectes pollinisateurs apportent 430 millions de livres (487 millions d'euros) par an à l'agriculture britannique. Les zones humides sont valorisées à hauteur de 1,5 milliard de livres (1,6 milliard d'euros) pour leur impact sur la qualité de l'eau. Avoir une maison avec vue sur un espace vert est estimé à 300 livres (340 euros) par an et par personne en termes de bénéfice pour la santé.

L'évaluation prend également en compte les services environmentaux couverts par les importations d'aliments, de bois et de fibres textiles. Celles-ci utilisent 14 millions d'hectares, à comparer aux 20 millions d'hectares nécessaires à la production domestique.

Le rapport dresse un bilan des changements intervenus ces 60 dernières années dans les différents aspects de l'écosystème, avec des progrès et des déteriorations selon les cas (cliquer pour agrandir) :

uk


Il propose enfin des scénarios à l'horizon 2060, dont les impacts sur les différents services environmentaux ont ensuite été estimés en termes monétaires.

uk

 

Cette évaluation a servi de base à la rédaction du Livre blanc sur l'environnement que le DEFRA a présenté le 7 juin.

Céline Laisney, CEP (Centre détudes et de prospective)

 

Voir aussi :

L'étude TEEB (The Economics of Ecosystems and Biodiversity)

Le rapport du CAS Biodiversité : L'approche économique de la biodiversité et des services liés aux éco systèmes


 

 

13:29 Publié dans 1. Prospective, 4. Politiques publiques, Environnement | Lien permanent | Tags : uk |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/05/2011

Scénarios sur la production de viande bovine en Bretagne

 La Bretagne est la troisième région française productrice de viande bovine. Mais en 10 ans, elle a perdu près d’un tiers de la production. Dans des conjonctures de plus en plus fluctuantes et face à l’incertitude pesant sur le secteur laitier, quels sont les futurs possibles pour la production de viande dans cette région ?

Pour y répondre, un travail prospectif a été piloté par les chambres d’agriculture de Bretagne avec l’Institut de l’élevage. Un séminaire a réuni 40 représentants professionnels ou responsables administratifs, acteurs de la filière viande bovine bretonne.

Cinq scénarios d’évolution de la production de viande bovine ont été construits, en lien avec la dynamique de la filière laitière et les choix stratégiques de l’industrie de la viande bovine :

- un scénario intitulé «développement des ateliers de transformation et de découpe à la recherche d’une viande au moindre prix» ;

- un scénario dans lequel « les outils d’abattage sécurisent leurs approvisionnements » ;

- un scénario de « développement de la production laitière au détriment de la production allaitante » ;

- un scénario où « la hausse des effectifs des vaches laitières se ferait au détriment de la production de bovins mâles » ;

- enfin, un scénario impulsé par les décisions politiques qui favoriseraient « une production à l’herbe » ;

L’impact potentiel des scénarios a été chiffré grâce à un outil de prévision. Trois scénarios pourraient aboutir à une baisse de la production de viande en Bretagne comprise entre -5% à -13%.

Les répercussions sur la valeur ajoutée ont également été évaluées. Globalement, l’accent a été mis sur la nécessité pour les producteurs de cerner au mieux leurs coûts de production et de réfléchir aux moyens pour les diminuer.

 

Source : Revue Chambres d'agriculture février 2011, n°1000

11:50 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/05/2011

3e rapport du SCAR

 Le SCAR (Standing Committee on Agricultural Research), chargé de conseiller la Commission européenne et les Etats-membres sur la recherche en agriculture, a publié son troisième rapport de prospective, “Sustainable food consumption and production in a resource-constrained world”.

Ce rapport focalise sur les pénuries de ressources et souligne leur interdépendance, et donc la nécessité de prendre en compte les rétro-actions.Il présente deux "récits" (scénarios), ainsi que les implications pour la recherche.

Lire la suite

11:00 Publié dans 1. Prospective, Enseignement et recherche, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

30/04/2011

Quick en 2050

 L'exposition « Quick 2050 – Des écoles imaginent les scénarios du futur » s'inscrit dans le projet Quick Lab , un partenariat collaboratif entre le Groupe Quick et dix écoles d'architecture et de design, en France et en Belgique, coordonné par le VIA (Valorisation de l'innovation dans l'ameublement). Les étudiants ont imaginé l'avenir de l'entreprise, sous l'angle le plus large possible : architecture, identité visuelle, packaging, stylisme, nouveaux services, goût et design culinaire. Un exercice de prospective mené à l'occasion des 40 ans du Groupe Quick.

quick.jpg


Ainsi, prenant en compte les contraintes environnementales, un projet propose un menu exclusivement composé d’aliments ayant la capacité de se régénérer, performants sur le plan nutritif (pain fermenté, insectes cuits au miel, graines germées).

Un autre imagine que Quick développe des restaurants autosuffisants, où tout est produit et transformé sur place. Des robots qui assurent le service aux restaurants itinérants ou installés dans des wagons de tramway, des "bornes urbaines pour encas express" au recours aux i"mprimantes alimentaires", la science-fiction n'est pas loin.

Les étudiants en design culinaire imaginent des repas ludiques, personnalisables, où le contenant est consommable (zéro déchets), ou encore un sandwich dont les proportions sont déterminées par les cours de bourse des différents produits qui le composent.

16:49 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

29/04/2011

Capacités d'exportations de l'Ukraine en 2020 : trois scénarios

Même si l’Ukraine souffre de handicaps, liés soit à sa fragilité économique et politique soit à son climat continental, le pays devrait à l’avenir peser davantage sur les marchés céréaliers, sous réserve d’une amélioration de l’efficience de la logistique. C’est ce que montre une analyse prospective réalisée par ARVALIS-Institut du végétal qui s'appuie sur des enquêtes réalisées auprès d'acteurs locaux ainsi que sur des statistiques historiques. Trois scénarios d’évolution sont envisagés.

Lire la suite

Réflexion prospective sur l’alimentation durable duALIne

 Le 29 mars 2011 a eu lieu à Paris un colloque de mise en débat des résultats du projet duALIne - durabilité de l'alimentation face aux nouveaux enjeux. DuALIne consiste en un exercice de réflexion prospective sur l’alimentation durable que réalisent actuellement le Cirad et l’Inra.

L’objectif de cette réflexion était de faire un état des lieux des connaissances et d’identifier les leviers majeurs d’action sur les points critiques de l’alimentation. Il s'agissait notamment d'examiner la question de l'alimentation au regard de ses impacts sur l’environnement, la santé, l’économie et le social, dans les pays développés et en développement, en tenant compte des changements globaux. Parmi ces derniers, sont pris en compte la raréfaction des ressources (eau, énergie, etc.) et leur renchérissement, l’augmentation de la population mondiale et son urbanisation, le changement climatique, l’augmentation des inégalités dans les pays pauvres et riches.

L’objectif in fine de cette réflexion est de dégager les besoins de recherche dans ce contexte nouveau.

 

Programme et présentations à télécharger

11:28 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, Enseignement et recherche | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

28/04/2011

Scénarios sur les grandes cultures en Midi‐Pyrénées en 2030

La filière "Grande Culture" en Midi‐Pyrénées est confrontée à de fortes évolutions du contexte global économique et sociétal (forte variabilité des prix, modifications profondes du système de soutien de la PAC, apparition de nouveaux débouchés, enjeux liés à l’environnement et à la multifonctionnalité). A l’échelle de la région, l’urbanisation croissante accentue les pressions sur le foncier dans un contexte de diminution du poids démographique, économique et politique de l’agriculture en milieu rural. Ces évolutions suscitent de nombreuses interrogations pour les différents acteurs régionaux des filières agricoles, notamment de grande culture.

Le projet « PROUESSES » (PRospective et OUtils d’Evaluation de Scénarios d’évolution du SEcteur de grandes cultures en Midi‐PyrénéeS), animé par l'INRA Toulouse, se base sur une combinaison originale de méthodes.

Il a aboutit à trois scénarios contrastés d’évolution de la filière grande culture à horizon 2030 :

Lire la suite

17:37 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles, Territoires | Lien permanent | Tags : grandes cultures |  Imprimer | | | | |  Facebook

Food Web 2020, l'avenir du système alimentaire mondial

 L'Institute for the Future (IFTF), think tank californien, identifie dans le rapport Food Web 2020 les facteurs qui influencent le système alimentaire mondial : des goûts et des exigences de plus en plus variés, des peurs croissantes concernant la sécurité sanitaire des aliments, l'accent mis sur les effets de l'alimentation sur la santé, la volatilité des prix, les contraintes environnementales, la recherche de critères de durabilité et l'invention de nouveaux labels, la nécessité de passer à un système « neutre en carbone ».

Il passe ensuite en revue des exemples de réponses innovantes à ces changements, provenant d'individus, de communautés ou de pays, comme le site américain Find the Farmer, qui permet de renouer le lien entre le consommateur et le producteur à partir d'un code barre, des distributeurs automatiques de produits bio en Italie, ou encore l'agriculture urbaine à Detroit.

Enfin, cinq grands basculements sont évoqués, qui représentent à la fois des défis et des opportunités pour les producteurs et les distributeurs :

  • vers une plus grande transparence se traduisant par une labellisation et un étiquetage plus détaillé ;

  • vers une plus grande biodiversité par l'offre de produits locaux différenciés ;

  • vers une décentralisation de la production et de la distribution ;

  • vers une amélioration de l'impact environnemental de l'alimentation grâce à la prise en compte de l'ensemble du cycle de vie du produit ;

  • vers une collaboration pour améliorer la durabilité aux échelles locale et globale.

Le dernier chapitre, « comment utiliser ce rapport ? », propose des « exercices » à faire en groupe pour déterminer les impacts des tendances mises en évidence par le rapport sur une organisation donnée.

 

Enfin, une carte interactive présentant les principaux points du rapport peut être téléchargée sur le site.

foodweb carte.jpg


15:05 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : tendances |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/04/2011

Scénarios sur le potentiel agricole de la Chine

 Le projet CATSEI (Chinese Agricultural Transition: Trade, Social and Environmental Impacts), fondé par le 6e programme-cadre de la Commission européenne et qui rassemble 6 instituts de recherche internationaux*, conduit une analyse systémique sur les impacts potentiels du développement agricole de la Chine à l'horizon 2030.

Il a développé le modèle d'équilibre général Chinagro, dont les dernières simulations, basées sur un certain nombre d'hypothèses tendancielles et des variantes concernant les politiques adoptées, distingue 7 scénarios :

Lire la suite

12:30 Publié dans 1. Prospective, Mondialisation et international, Production et marchés | Lien permanent | Tags : chine |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/03/2011

Démographie, climat et alimentation mondiale

L'Académie des Sciences publie un rapport intitulé "Démographie, climat et alimentation mondiale". Fruit des travaux d'un groupe d'une quarantaine de membres dont Michel Griffon, animé par Henri Leridon et Ghislain de Marsily, ce rapport rappelle d’abord ces contraintes démographiques, climatiques et environnementales qui pèseront sur la disponibilité de ressources à l’horizon 2050, et traite ensuite des facteurs d’évolution de la demande alimentaire, des moyens techniques et économiques d’y faire face, et enfin des conditions d’un équilibre possible.


Lire la suite

02/03/2011

Quel élevage demain ?

Selon les projections de la FAO, la production de viande pourrait doubler pour atteindre 470 millions de tonnes d'ici 2050, et celle de lait passer de 580 actuellement à 1.043 millions de tonnes. Parallèlement, le changement climatique pourrait affecter la production et la sécurité alimentaires (conditions climatiques extrêmes plus fréquentes, prolifération de pathogènes émergents, développement de nouvelles maladies). Etant donné que l’augmentation de la production de viande aura surtout lieu dans des pays en développement (pays africains par exemple) ou à économie de transition (comme le Brésil), il sera nécessaire de mettre en place des stratégies pour réduire les émissions de GES sans provoquer des dommages sur le plan économique, social et environnemental. L’élevage est responsable actuellement de 37% des émissions de méthane, de 65% des émissions de dioxyde d’azote et de 9% des émissions de dioxyde de carbone.

 C’est pourquoi l’Inra, en association avec 25 partenaires, lance le projet européen AnimalChange (AN Integration of Mitigation and Adaptation options for sustainable Livestock production under climate CHANGE).

L’ambition de ce projet est de déterminer, en fonction de paramètres climatiques, économiques, énergétiques et liés à l’agriculture, les caractéristiques des systèmes d’élevage du futur. Concrètement, les partenaires d’AnimalChange développeront une série de scénarios, de modèles biophysiques et socio-économiques, qu’ils associeront à l'expérimentation. Ils pourront ainsi explorer des scénarios futurs pour le secteur de l'élevage ainsi que pour l’évolution du CO2 atmosphérique. Ils proposeront notamment des systèmes de développement durable de l’élevage en Europe, Afrique du nord et sub-saharienne et en Amérique latine.

 Les partenaires d’AnimalChange informeront par la suite les politiques publiques de développement et proposeront des actions de coopération avec les petits éleveurs des pays en voie de développement sélectionnés.

 AnimalChange réunit 25 partenaires publics et privés issus de 12 pays européens, du Sénégal, de Turquie, d’Afrique du Sud, du Brésil, du Kenya et de Nouvelle-Zélande.

Son budget global est de 12,8 millions d’euros dont 9 millions sont financés par la Commission Européenne dans le cadre du 7ème PCRD sur une durée de 4 ans (2011-2015).

 source : INRA

09:45 Publié dans 1. Prospective, Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/01/2011

Global Food and Farming Futures : rapport final

Le rapport final du programme Global Food and Farming Future du Foresight britannique vient d'être publié. Il a été réalisée avec la participation de 400 experts de 35 pays et de disciplines diverses. L'horizon de la prospective a été fixé délibérément à long terme (2030 et 2050).

gfff-cover-sml.jpg


Il s'agit essentiellement d'un état de la science sur de nombreux sujets, notamment les biotechnologies (dans les céréales, l'élevage, l'aquaculture), l'impact du changement climatique, mais aussi la valorisation financière des écosystèmes ou encore les mécanismes pour réduire la volatilité des prix.

Des focus par régions ou pays ont été réalisés (Chine, Afrique, Inde, Brésil, Europe de l'Est).

Dans sa synthèse, le rapport identifie cinq défis principaux pour l'avenir :

  1. équilibrer l'offre et la demande alimentaires futures de manière durable ;

  2. assurer une stabilité de l'offre et protéger les plus vulnérables de la volatilité ;

  3. permettre un accès généralisé à la nourriture et lutter contre la faim ;

  4. faire participer le système alimentaire à l'atténuation du changement climatique ;

  5. maintenir la biodiversité et les écosystèmes.

Parmi les messages principaux, les auteurs insistent sur l'importance de prendre en compte l'interconnexion des politiques : l'alimentation doit être considérée dans ses relations à l'énergie, les ressources en eau, l'usage des sols, la biodiversité... et comme un système, de la fourche à la fourchette.

L'augmentation de la production devra se faire, selon eux, sans mettre en culture beaucoup de nouvelles terres (afin d'éviter les changements d'affectation des sols qui génèrent des émissions de gaz à effet de serre). Ils estiment en outre que la productivité agricole peut encore être améliorée grâce aux technologies existantes, mais qu'il ne faut pas se priver des nouvelles technologies.

Ils recommandent par ailleurs d'investir de nouveau dans la recherche agronomique, de développer des infrastructures dans les pays en développement (routes, ports, irrigation, capacités de stockage, technologies de l'information et de la communication), de réduire le gaspillage ou encore d'orienter les comportements alimentaires.

Céline Laisney, CEP (Centre d'études et de prospective)

 

Voir aussi les notes plus anciennes : lancement de l'exercice article de Science

13/01/2011

Territoires 2040, 2e numéro

Le deuxième numéro de Territoires 2040, la revue de prospective et d’études de la DATAR, fait du périurbain son objet de questionnement principal. A quoi ressemblera l’espace périurbain en 2040 ? Quelles options stratégiques prendre pour orienter ou réguler son développement ?

Cinq scénarios ont été imaginés par un groupe de travail nommé « Futurs périurbains », piloté par Martin Vanier :

 Scénario 1 : l’urbain compact l’emporte, digère le périurbain en le densifiant, et la périurbanisation s’arrête, ou devient un phénomène secondaire. C’est le "triomphe de Grenelle".

 Scénario 2 : la dispersion généralisée s’impose, grâce aux solutions techniques rendant les faibles densités soutenables et l’accès au confort spatial désirable. C’est la "surprise de l’abondance".

 Scénario 3 : l’enjeu "agrinaturel" est central et struc­ture de nouveaux rapports villes-campagnes, et les espaces intermédiaires, jadis périurbains, deviennent des conservatoires périruraux. C’est la "revanche des périphéries".

 Scénario 4 : l’interterritorialité organise l’ancien périurbain, entre les métropoles et entre les territoires, par tous leurs sites et fonctions d’interface. C’est le scénario de la "nouvelle frontière".

 Scénario 5 : le périurbain est réquisitionné pour son intérêt écologique global par les villes qui dominent leur région et équilibrent ainsi leur empreinte, dans un contexte de très fortes contraintes environnemen­tales. C’est "l’après-catastrophe".

Ces scénarios sont mis en récit sous forme de fictions situées en 2028.

10:55 Publié dans 1. Prospective, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

17/12/2010

Sécurité alimentaire mondiale et changement climatique : scénarios à 2050

L'IFPRI (International Food Policy Research Institute) publie de nouveaux scénarios sur la sécurité alimentaire mondiale à l'horizon 2050 face au défi du changement climatique.

IFPRI-foodsecurity.jpg

Dans la lignée de son rapport de 2009 Climate Change: Impact on Agriculture and Costs of Adaptation, cet exercice ne repose plus sur un scénario tendanciel mais sur trois combinaisons d'hypothèses concernant l'évolution des revenus et de la population par grandes régions du monde (un scénario « moyen », un scénario pessimiste et un scénario optimiste).

Chacun de ces trois scénarios peut être soumis à quatre scénarios climatiques plausibles, plus un scénario « d'atténuation » climatique (soit la continuation du climat actuel).

La combinaison des deux sets de scénarios débouche donc sur 15 scénarios d'ensemble, caractérisés par trois grands indicateurs : les prix des principales céréales, le nombre moyen de calories consommées par jour et par habitant, le nombre d'enfants souffrant de malnutrition.

Le rapport indique que d'ici à 2050, les prix du maïs pourraient augmenter de 42 à 131%, ceux du riz de 11 à 78%, ceux du blé de 17 à 67%, selon le scénario considéré.

 Des cartes interactives permettent de visualiser l'évolution de plusieurs indicateurs par pays

 La synthèse (8 p.)

 L'étude (140 p.)