Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2010

Food 2030, la vision du DEFRA

Le DEFRA a sorti sa Vision Food 2030, annoncé par la note de veille publiée par le Centre d'études et de prospective en septembre 2009.

Cette vision, qui résulte d'un dialogue de plusieurs mois avec les acteurs ainsi que d'une consultation Internet, est résumée ainsi :

En 2030, les consommateurs sont informés, peuvent choisir et s'offrir une nourriture saine et durable. Cette demande est satisfaite par une agriculture et une pêche rentables, compétitives, hautement qualifiées et adaptables, soutenues par une recherche et développement de premier ordre.

Les aliments sont produits, transformés et distribués pour nourrir une population mondiale croissante de manière à:

- Utiliser les ressources naturelles au niveau mondial de façon durable,

- Continuer à fournir des services environnementaux,

- Promouvoir des normes élevées de santé et de bien-être animal,

- Protéger la sécurité alimentaire,

- Apporter une contribution significative aux communautés rurales,

- Donner au Royaume-Uni un leadership mondial en matière de durabilité alimentaire.

Pour compléter ce tableau, le Royaume-Uni a un système faible teneur en carbone et les déchets sont réutilisés, recyclés ou utilisés pour la production d'énergie.

Au total, le rapport reconnaît l'importance de l'agriculture et parle d'augmenter la production, mais il ne présente pas vraiment de moyens (ni législatifs ni financiers) nouveaux. Il est surtout intéressant pour la forme : chaque chapitre présente les objectifs, des études de cas sur ce qui est déjà entrepris, les actions à entreprendre avec un tableau récapitulant les responsabilités de chaque acteur (Ministère, IAA, associations, consommateurs, etc), et les résultats attendus, ainsi que des indicateurs pour évaluer les progrès dans la direction donnée par cette vision.

Le rapport (84 pages)

La synthèse (24 pages)

 

14:00 Publié dans 1. Prospective, 4. Politiques publiques, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/01/2010

La consommation de viande à l'horizon 2030

La consommation de viande a considérablement augmenté ces dernières décennies dans les pays développés, elle progresse également dans les pays émergents et la plupart des prévisions tablent sur une poursuite de cette tendance.

Cependant, les conséquences environnementales de cette consommation, en termes notamment d'émissions mais aussi de consommation d'eau et de terres, les arguments des défenseurs du bien-être animal qui commencent à se faire entendre peuvent la remettre en cause.

L'avenir n'est pas toujours écrit, c'est pourquoi des chercheurs du Finland Futures Research Centre ont réalisé deux enquêtes Delphi sur l'avenir de la consommation de viande à l'horizon 2030 en Finlande, complétées d'un sondage auprès des consommateurs de ce pays. Les experts comme les consommateurs ont dû affecter à chaque facteur de changement un degré de probabilité (et de « souhaitabilité ») sous la forme d'une note de 1 à 10. L'analyse des réponses a permis aux chercheurs de distinguer 5 « images du futur » :

- Traditional Approach Society

Cette image regroupe les consommateurs et experts peu sensibles au bien-être animal, opposés à la croissance des importations de viande, et qui estiment que les facteurs vont dans le sens d'une augmentation de la consommation ;

- Business as usual

personnes qui pronostiquent une légère baisse des prix de la viande conjuguée à une hausse des revenus, l'ensemble compensant la légère montée du végétarisme ;

- Human first Society

individus opposés à la culture de la viande en laboratoire, pour la prise en compte de critères éthiques et la limitation de l'impact environnemental, mais soucieux des conséquences pour la santé de la montée du végétarisme ;

- Wellness Society

consommateurs (plus nombreux que les experts dans ce groupe) pour lesquels des efforts seront réalisés pour créer des produits plus sains (moins gras, etc), et qui estiment que la consommation de viande augmentera, de même que les importations (considérées positivement) ;

- Vegetarian Society

personnes en faveur de la croissance du végétarisme, pour les alternatives à la viande (soja, farines protéinées), et opposées aux importations.

L'image la plus partagée est Business as usual, mais le message-clé de l'exercice est qu'à l'avenir, les profils de consommateurs seront plus variés et plus contrastés.

Source : Markus Vinnari, Petri Tapio. "Futures images of meat consumlptions in 2030", Futures, n°41, 2009.

L'article (10 p.)


 

11:58 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/12/2009

Quels élevages de porcs en 2020 pour la Bretagne ?

Organisée par les Chambres d'agriculture de Bretagne, la 10e édition de la journée régionale porcine de Loudéac était cette année orientée vers l'avenir de la filière. Les Chambres d'agriculture de Bretagne y ont présenté leur étude prospective sur la filière porcine : la production des exploitations bretonne permettra-t-elle de couvrir les besoins de la filière en 2020 ? Pour y répondre, deux scénarios d'évolution de la production ont été comparés.

Le premier scénario, scénario « besoin des marchés », vise à appréhender l'impact du niveau d'activité des opérateurs de l'aval sur la production bretonne. Pour ce scénario, des hypothèses d'évolution tendancielle de la consommation de viande porcine (+ 6% compte tenu de la démographie et de la consommation moyenne observée sur dix ans) et des échanges français ont été retenues (stagnation des exportations du fait de la compétitivité croissante du Brésil, des USA et du Canada et importation de 37% de la consommation française en 2020 sur la base du rythme de croissance actuel des importations). Ces hypothèses impliqueraient une diminution de la production française et bretonne de 7% entre 2007 et 2020.

Le second scénario, scénario « production des exploitations », analyse les principaux facteurs influant le potentiel de production des élevages bretons. Il est supposé que les solutions techniques permettront de répondre aux contraintes sanitaires et environnementales, que la rentabilité des exploitations sera préservée, et que la productivité des exploitations sera croissante (augmentation du nombre de porcs produits par truie). En revanche, les normes liées au bien être pourraient engendrer une poursuite de la diminution du cheptel de près de 20% entre 2007 et 2020. La production baisserait alors de 6 % sur la période.

Bien que le croisement de ces deux scénarios aboutisse à des conclusions optimistes quant à la capacité de la production bretonne à répondre aux besoins du marché, les baisses de production envisagées soulignent la nécessité d'activer des leviers d'action pour éviter cette évolution.

 

Source : Atout Porc Bretagne, Loudéac 25 novembre 2009, pp 16-19

 

17:07 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/12/2009

L'agriculture urbaine en 2030

Si la ville est aujourd'hui un acteur de l'agriculture, les activités agricoles dans l'économie générale des espaces urbains reste encore à établir. Cette étude met en évidence les enjeux spécifiques à l'agriculture urbaine (coût du foncier, difficultés de recrutement de la main-d'œuvre, risques de contamination) et souligne la nécessité de politiques publiques fortes pour passer d'un rapport de mitoyenneté à une véritable intégration de l'agriculture dans la ville.

En s'appuyant sur des exemples innovants d'agriculture urbaine issus d'Europe et des USA, une analyse prospective réalisée par des étudiants de l'AgroParisTech établit, à partir du cas francilien, cinq scénarios à l'horizon 2030 :

- Évolution tendancielle de l'agriculture urbain

- L'agriculture disparaît des villes

- Paupérisation de la population et agriculture urbaine vivrière

- Contractualisation de l'agriculture urbaine

- L'agriculture urbaine paysagère et récréative

et propose des objectifs long terme de valorisation et de gouvernance.

Le compte-rendu par Mélanie Gambino (3 p.)

Le document (60 p).

17:15 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/11/2009

Le système alimentaire à l'horizon 2050

La Mission Agrobioscience a publié sur son site l'intervention de l'économiste et ingénieur agronome Jean-Louis Rastoin aux Controverses de Marciac (15ème Université d'Eté de l'Innovation Rurale) d'août 2009. Il s'agit d'un "essai de prospective" qui présente un état des lieux du système alimentaire mondial suivi de deux scénarios à l'horizon 2050 : un scénario tendanciel, qualifié de modèle agro-industriel tertiarisé, et un scénario de la rupture, intitulé modèle alimentaire de proximité. Selon l'auteur, "l'évolution la plus probable du système alimentaire est une cohabitation entre les deux scénarios présentés". Il appelle à une véritable politique alimentaire.

Le compte-rendu (1 page)

Le document (11 pages)

 

Pénuries d'eau en 2030

40 % des besoins en eau dans le monde risquent d'être insatisfaits en 2030, selon une étude publiée par le cabinet de conseil en stratégie McKinsey.

En effet, la demande annuelle mondiale, aujourd'hui de 4500 milliards de mètres cubes (dont 3100 pour l'agriculture), devrait atteindre 6900 milliards de mètres cubes en 2030. Or le volume d'eau accessible, durable (dont le prélèvement ne met pas en danger l'écosystème) et fiable (disponible de 90 % à 95 % du temps) ne représente que 4200 milliards de mètres cubes. Pour un tiers de la population mondiale, cet écart entre demande et offre sera même supérieur à 50 %.

L'étude se concentre sur quatre pays (Brésil, Chine, Inde et Afrique du Sud) aux problématiques très distinctes et qui représentent près de la moitié de la demande mondiale.

 

mckinseyeau.jpg

 

Elle montre que, sous réserve de surmonter quelques barrières de taille (politiques, culturelles, éducationnelles), il existe suffisamment de leviers techniques pour combler l'écart : réduction de la surrigation, bon dosage des engrais, introduction du goutte-à-goutte... Chaque levier est représenté en fonction de son potentiel et de son coût. Leur mise en œuvre coûterait de 40 à 50 milliards de dollars par an d'ici à 2030.

L'excutive summary (32 p)

 

16:50 Publié dans 1. Prospective, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/11/2009

CUMA 2020

Suite au Congrès de Granville de 2002 et au travail sur CUMA 2015, la FNCUMA a réorganisé son réseau autour de cinq pôles de coordination appui (PCA). Forte de cette expérience, et afin de se redonner de réelles perspectives, elle a voulu se réorienter vers une réflexion prospective.

De Novembre 2008 à Mars 2009, un groupe de travail « CUMA 2020 » s'est donc réuni régulièrement pour exprimer sa vision sur les CUMA de demain et dessiner peu à peu des scénarios possibles pour l'avenir.

Huit scénarios ont été esquissés :

La CUMA « business », la CUMA « ange gardien », la CUMA « fermes en commun », la CUMA « territoire », la CUMA « spécialisée », la CUMA « couteau suisse », la CUMA de la CUMA et la CUMA « Alter Eco ».

Les CUMA peuvent se retrouver dans un ou plusieurs de ces scénarios en même temps. Ceux-ci ne vont pas tous se développer avec la même intensité c'est pourquoi, afin de suivre l'évolution de chaque scénario, la FNCUMA va mettre en place un système de veille, alimenté par un réseau d'acteurs.

La plaquette de présentation

16:09 Publié dans 1. Prospective, Organisations agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/11/2009

Le monde en 2025

Après un an de travail, les experts européens réunis dans le groupe de travail « le Monde en 2025 », mis en place par la Commission européenne, ont rendu leur rapport. Il s'agissait, tout d'abord, de mettre en évidence les grandes tendances à venir en termes de population, de développement économique, de technologie, de commerce international ou de pauvreté. Il s'agissait aussi d'élucider les tensions découlant des modes de développement, de l'utilisation des ressources naturelles (alimentation, énergie, eau potable), des migrations ou de l'urbanisation. Enfin, il s'agissait de tracer des pistes des transitions vers un nouveau modèle de production et de consommation, vers un nouvel aménagement du territoire, vers un nouvel équilibre entre générations ou entre genres.

Le compte-rendu (1 page)

La synthèse (32 pages)


 

14:31 Publié dans 1. Prospective | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/11/2009

Le vin dans le monde à l'horizon 2050

Dans son rapport Les vins dans le monde à l'horizon 2050 datant de septembre 2009, la commission de conseillers du commerce extérieur de la France pour les vins et spiritueux établi les enjeux du marché du vin à venir.

Du fait de la nature même de la vigne, les changements applicables au vin et à sa commercialisation doivent être envisagés sur de longues périodes. Le rapport part de plusieurs constats. La consommation mondiale de vin est dans un courant durablement ascendant mais touchée par des préoccupations de santé, avec des contraintes de santé publique qui devraient converger entre pays traditionnels et non-traditionnels. Le centre de la demande mondiale devrait se déplacer et s'élargir. Enfin, le changement climatique conduira à un déplacement des zones de production, et probablement à une modification de l'encépagement et des méthodes de production.

Afin de s'adapter au réchauffement, certains pays ne manqueront pas d'utiliser de nouvelles techniques de culture et de nouvelles technologies, la filière vin entrera dans un processus de concentration avec de grandes marques internationales, un processus qui devrait toucher au trois grandes zones de production, l'Europe, le "Nouveau Monde" et le "Nouveau Nouveau Monde".

Plusieurs enjeux semblent se présenter : la stabilité de la nouvelle  Organisation Commune de Marché (OCM) adoptée par les pays de l'union Européenne en 2009, du modèle des appellations d'origine et des indications géographiques, les effets du marketing dans les pays innovants du "Nouveau Monde", l'émergence de nouveaux lieux de production au Brésil, en Chine et en Inde.

Le rapport

09:48 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/10/2009

La filière avicole française à l'horizon 2025

La filière avicole occupe une place importante puisque la production mondiale de volailles atteint 30% de la production mondiale de viande, se plaçant au second rang derrière la viande de porc, et loin devant la viande bovine.

 

20_octobre_prospective_avicole_inra_article_full.png



En France également la production de viande de volaille occupe la deuxième place derrière le porc et devant la viande bovine. Cependant, cette filière est soumise à une forte évolution : réduction du volume de production, diminution de la production de volailles sous Label Rouge, augmentation de la vente de produits élaborés, importance croissante du critère de durabilité...L'INRA et l'ITAVI ont donc conduit une prospective afin de définir un certain nombre de scénarios d'évolution possible à l'horizon 2025.

Ce projet, mené sur une durée de deux ans, s'est appuyé sur un groupe de travail composé d'experts des filières avicoles et de leur environnement. Les résultats ont présentés dans le cadre d'un colloque le 20 octobre 2009 qui a présenté les principaux scénarios d'évolution de la filière avicole.

Le compte-rendu par Marie-Sophie Dedieu (SDPE)

Le rapport (90 pages)

16:36 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

17/09/2009

Futur noir ou vert pour l'agriculture du Luxembourg belge

Une étude dresse le bilan de l'agriculture de la province belge du Luxembourg (située en Région wallonne) et élabore des scénarios d'avenir assez radicaux.

La démarche a été lancée par le député provincial luxembourgeois à l'Economie et à l'Agriculture, René Collin, et plusieurs institutions y ont été associées : le Département et le Centré d'économie rurale, le Centre wallon de recherches agronomiques, le Service provincial d'information, de gestion et de vulgarisation agricole, ainsi que le département Sciences et gestion de l'environnement de l'Université de Liège (ULg).

Cette province est essentiellement une terre d'élevage et la crise frappe ce secteur de plein fouet. En 30 ans, le nombre d'agriculteurs y a diminué de 64%.

Sans tabou, la démarche a osé poser des questions comme : pourquoi pas une alimentation sans agriculture européenne d'ici 10 ans et même une alimentation sans agriculture d'ici 50 ans?

Les visions d'avenir ont été confrontées lors d'une série de débats parmi trois publics cibles : l'encadrement agricole, de jeunes agriculteurs, les mandataires communaux.

Deux scénarios ont été imaginés :

  • le premier, "noir", avec la persistance de la libéralisation et l'évolution négative de l'agriculture en Europe, ainsi que la quasi disparition de l'élevage en Luxembourg ;

  • le second, "vert", qui verrait l'inversion de la libéralisation et le renforcement du secteur agricole au Luxembourg.

"Ce qu'il faut, c'est un équilibre entre les deux", note Marc Mormont, de l'ULg. D'où l'idée d'un autre scénario, "vache", un "projet volontariste d'élevage en Luxembourg, qui s'appuie sur les atouts du territoire et rencontre l'exigence à l'échelle mondiale d'un équilibre et d'une équité dans l'alimentation des hommes, tout en impliquant des changements profonds sur le cheptel".

Ces débats ont permis de dessiner six pistes d'actions concrètes. D'abord, imaginer de nouvelles formes d'installation. Puis activer les divers leviers communaux d'action et adopter un comportement actif d'anticipation face au changement. Suivent l'importance de l'innovation; la mise en valeur de la relation agriculture/environnement et enfin une réelle valorisation de la production locale par des activités locales de transformation et de commercialisation qui épargnerait au secteur agricole d'être pieds et poings liés face au monde de la distribution.

Source : La Libre Belgique.

 

12:26 Publié dans 1. Prospective | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/07/2009

Le secteur agricole aux Pays-Bas à l'horizon 2020

Le ministre de l'agriculture, de la nature et de la qualité alimentaire néerlandais a passé commande au LEI, de l'université de Wageningen, d'un rapport sur les perspectives (opportunités et incertitudes) du secteur agricole à l'horizon 2020, celui-ci étant entendu au sens large (industries agroalimentaires et commerce compris).

Après avoir décrit la situation actuelle, les auteurs on repéré les facteurs de changement (croissance de la demande mondiale, tirée par les pays en développement, évolution de celle des pays développés) et élaboré un scénario tendanciel, dans lequel le nombre d'exploitations diminue, ainsi que celui des agriculteurs, le secteur devenant encore plus concentré et concurrentiel.

Des variantes explorent les conséquences de l'absence d'accord à l'OMC ou encore d'un prix du baril de pétrole à 150 dollars.

Le compte-rendu

Le rapport (en néerlandais, résumé en anglais)

 

10:42 Publié dans 1. Prospective | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

16/06/2009

Etude prospective offre-demande alimentaire à l'horizon 2020. Impacts sur les activités et les métiers

Observia, l'observatoire prospectif des métiers et des qualifications des industries alimentaires qui dépend de l'ANIA, a engagé, avec l'aide de Futuribles, une réflexion prospective sur l'avenir des activités des industries agroalimentaires. Pour cela, la méthode des scénarios a été utilisée afin de construire les futurs possibles de l'offre et de la demande alimentaire à l'horizon 2020, pour en déduire ensuite les évolutions en termes d'activités donc de compétences pour les IAA.

Quatre scénarios ont ainsi été élaborés :

Scénario 1 « Le monde nous nourrit » (spécialisation)

Scénario 2 « Industrie locale » (relocalisation de produits élaborés et fonctionnels)

Scénario 2bis « Sur-mesure de masse »

Scénario 3 « Assemblage alimentaire »

Scénario 4 « Biotech et hyperchoix »

Lire le compte-rendu

L'étude

15:40 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/05/2009

Quatre scénarios pour le futur des politiques publiques de l’alimentation dans un contexte de crise

Cinq ans après, le directeur de la Mission Agrobiosciences, Jean-Claude Flamant, revisite les quatre scénarios qu'il avait lui-même proposés lors du Colloque final des Etats Généraux de l'Alimentation qui s'était tenu à La Défense le 13 décembre 2000.
Le premier scénario, « Les crises à répétition », se caractérise par une confiance perdue, l'angoisse du consommateur et finalement la déstabilisation de l'appareil alimentaire français.

Le deuxième est un scénario, « les vertus de l'information et de la prévention », est un scénario d'apaisement à travers l'information et l'éducation et la création d'un Observatoire de l'Alimentation qui analyse les incidents et les réactions. Ce scénario aboutit à la responsabilité des professionnels de manière contractuelle avec la population.

Un troisième scénario, « le salut par la science et la technologie », met en valeur les « nouveaux horizons » ouverts par la science et la technologie qui peuvent permettre de « contourner les crises », voire de les effacer.

Le quatrième et dernier scénario, « les bienfaits de la proximité », décrit une situation dans laquelle l'opinion, redoutant que se reproduisent les crises (et avec de bonnes raisons justifiées par la poursuite du Scénario 1 et les limites des scénarios 2 et 3) ne fait pas confiance aux actions d'information et de prévention mises en œuvre par les pouvoirs publics, et ne croit pas que la science qui a été à l'origine de tant de problèmes puisse apporter des solutions aux maux d'aujourd'hui : les pesticides dans l'eau et l'alimentation, la pollution de l'air, le changement climatique, la destruction des forêts tropicales, etc. Ce scénario met en avant l'intérêt des ventes par les circuits courts (qui minimisent les dépenses énergétiques et sont susceptibles de participer à la réduction des émissions de CO2), par les rapports de proximité où les risques sanitaires sont limités, aux pratiques agricoles du type « agriculture biologique ».

A lire sur le site d'Agrobiosciences

 

16:10 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/05/2009

Agrimonde. Agriculture et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable

L'opération prospective « Agricultures et alimentations du monde en 2050 » a été conduite de juin 2006 à décembre 2008, par l'INRA et le CIRAD au sein de l'IFRAI (Initiative Française pour la Recherche Agronomique Internationale). Elle a pour objectif de fournir à l'INRA et au CIRAD les moyens d'anticiper et de préparer l'avenir en termes de dispositif et d'orientation de la recherche publique, comme en termes de positionnement stratégique au niveau international.

Agrimonde se base sur les scénarios du Millenium Ecosystem Assessment (MEA), présentés par l'ONU (Organisation des Nations unies) en 2005 et qui étudient les liens entre les écosystèmes et l'homme à l'horizon 2050. Après avoir analysé les conséquences de ces scénarios, un scénario de rupture a été élaboré, Agrimonde I, qui suppose de profonds changements dans l'organisation de l'agriculture mondiale, afin qu'elle prenne en compte les enjeux du développement durable.

Lire le compte-rendu

Le rapport

15:49 Publié dans 1. Prospective, Alimentation et consommation, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook