Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2011

Agriculture de montagne et avenir de la PAC

Les montagnes représentent près d'un tiers du territoire européen. Pourtant, elles ne bénéficient pas de la part de l'Union européenne d'une politique dédiée et tenant compte de leurs spécificités naturelles, économiques et sociales. Néanmoins, elles occupent une place originale dans les programmes européens.

Ce rapport d'information du Sénat montre comment la montagne, zone à handicap permanent, est appréhendée par l'Union européenne et notamment la place particulière qu'occupe l'agriculture de montagne au sein du deuxième pilier de la PAC. Il analyse les résultats et les limites des mesures qui, bien que ne visant pas expressément la montagne, ont contribué à façonner nos massifs au fil des ans.

Après l'adoption du traité de Lisbonne qui a consacré l'objectif de cohésion territoriale, l'Europe des 27 vient d'engager un processus de négociations pour dessiner ses grandes orientations politiques pour la période 2014-2020. Ce rapport formule une série de propositions afin de permettre à la montagne de conserver sa place au sein des deux grandes politiques européennes que sont la politique agricole commune et la politique de cohésion à l'horizon 2020.

10:02 Publié dans 4. Politiques publiques, PAC, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/05/2011

Vivre en milieu rural

Depuis plus de trois décennies, les campagnes attirent nombre de citadins en mal de nature et de tranquillité, tant et si bien que certains ont parlé de renaissance rurale. Il s’agit d’un nouvel espace rural désormais décrit comme ouvert et dynamique, d’un monde qui a su évoluer tout en restant attaché à ses valeurs et à son terroir. De fait, les recompositions sociales des campagnes ont conduit à rassembler une population de souche et de « nouveaux habitants ». Toutefois, parallèlement, le milieu rural est également présenté comme un lieu de sous-équipement en services, publics ou privés, en commerces, en infrastructures… mais porté par de réelles solidarités.

 

infos sociales.gif


Ce numéro d’Informations sociales, revue de la Caisse nationale des allocations familiales, souhaite analyser le monde rural en termes d’espaces de vie, qu’il s’agisse de la mobilité résidentielle, des familles résidantes, de la cohésion sociale locale. Une première partie est ainsi consacrée à l’hétérogénéité du monde rural pour montrer la diversité des formes d’inscription dans cet espace au regard de la cohabitation entre résidants « traditionnels » et « nouveaux arrivants ». Une deuxième partie relate les histoires de familles, de la mise en couple, des séparations et l’orientation scolaire des jeunes. Enfin une troisième partie est, quant à elle, axée sur la question des solidarités locales : exclusion sociale, pauvreté, aides sociales mais également l’accueil de la petite enfance et les sociabilités à travers le monde associatif.

09:50 Publié dans Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

28/04/2011

Scénarios sur les grandes cultures en Midi‐Pyrénées en 2030

La filière "Grande Culture" en Midi‐Pyrénées est confrontée à de fortes évolutions du contexte global économique et sociétal (forte variabilité des prix, modifications profondes du système de soutien de la PAC, apparition de nouveaux débouchés, enjeux liés à l’environnement et à la multifonctionnalité). A l’échelle de la région, l’urbanisation croissante accentue les pressions sur le foncier dans un contexte de diminution du poids démographique, économique et politique de l’agriculture en milieu rural. Ces évolutions suscitent de nombreuses interrogations pour les différents acteurs régionaux des filières agricoles, notamment de grande culture.

Le projet « PROUESSES » (PRospective et OUtils d’Evaluation de Scénarios d’évolution du SEcteur de grandes cultures en Midi‐PyrénéeS), animé par l'INRA Toulouse, se base sur une combinaison originale de méthodes.

Il a aboutit à trois scénarios contrastés d’évolution de la filière grande culture à horizon 2030 :

Lire la suite

17:37 Publié dans 1. Prospective, Filières agricoles, Territoires | Lien permanent | Tags : grandes cultures |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/04/2011

L'usage des sols en Europe

 L'artificialisation des terres, qui signifie essentiellement conversion des terres agricoles en espaces bâtis ou en infrastructures, se poursuit en Europe, selon un rapport de l'Agence européenne de l'environnement. Elle a concerné 600 000 hectares de terres entre 2000 et 2006, tandis que les terres arables ont diminué de 0,2% et les pâturages de 0,3%. La superficie forrestière européenne augmente légèrement (0,1%).

image.gif


Le rythme du changement d'affectation des sols ralentit par rapport à la décennie 1990-2000, mais les projections montrent que la tendance va encore se poursuivre.

Les conversions sont plus importantes dans les zones péri-urbaines, particulièrement en République tchèque, au Portugal et en Irlande.

L'AEE estime que des politiques intégrées sont nécessaires pour prévenir les conflits d'usage des terres.

15:53 Publié dans Environnement, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/04/2011

Laits "made in" régions

 Pour répondre à la demande de traçabilité et de proximité des consommateurs, Candia va lancer le 1er mai 2011 la marque «Le lait de ma région» dans quatre zones : les Pays de la Loire, les Pyrénées, les Plaines du Nord et Rhône-Alpes.

candia.jpg


Ce lait sera collecté, conditionné et commercialisé dans ces régions. Le prix serait compris dans une fourchette de 0,70 à 0,85 €/l, soit entre ceux des marques de distributeurs et ceux des marques nationales. Candia prévoit des ventes d’environ deux millions de litres la première année.

Voir aussi : Les 2 vaches veulent restructurer la filière laitière bio normande, Label bio Aquitaine

11:59 Publié dans Alimentation et consommation, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/04/2011

Le paysage, fil conducteur du développement durable des territoires

Les actes du colloque « Le paysage, fil conducteur du développement durable des territoires » viennent d'être publiés. En plus des débats, ces actes présentent des démarches paysagères exemplaires en termes de développement durable des territoires. L'approche paysagère y est présentée comme une solution pour gérer des espaces ruraux sous pression urbaine. Les démarches paysagères vont d’une relecture spatiale de l’exploitation agricole à des projets d’aménagement à l’échelle d’un pays ou d’un département. Elles sont détaillées sous formes de fiches pour permettre une capitalisation des expériences. Elles explicitent en effet les conditions d’émergence des projets et donnent des idées pour sensibiliser les acteurs locaux à ces démarches. Elle montrent également les différentes échelles de territoires (comme les pays, communautés de communes) qui facilitent la réalisation de projets d'aménagement visant à éviter la banalisation des paysages et la consommation effrénée d’espaces agricoles et naturels par l’urbanisation.

Mélanie Gambino, CEP

18:19 Publié dans Environnement, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/03/2011

Les agriculteurs et le RSA

Le RSA est entré en vigueur en Juin 2009. Alors que le nombre d'allocataires de minimas sociaux connaît une hausse forte hausse ces deux dernières années, la montée en charge du RSA est en retrait par rapport à celle attendue.

Dans le domaine agricole, le nombre de bénéficiaire est resté en deçà des estimations (10 000 environ contre 20 000 attendus). Pourtant, le contexte économique, les aléas sanitaires ou climatiques et la pauvreté rurale sont autant d'éléments qui peuvent générer des demandeurs dans le monde agricole. Le rapport CGAAER / IGAS sur l'accès des non-salariés agricoles au RSA est très utile pour comprendre pourquoi ce dispositif est peu sollicité par les non-salariés agricoles.

Lire la suite

10:22 Publié dans Territoires, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/01/2011

Italie: l'origine des produits alimentaires obligatoire

L'Italie vient de voter une loi rendant obligatoire l'inscription sur l'étiquette du pays d'origine pour les produits non transformés, ou du pays où a eu lieu la dernière transformation importante et dont proviennent les ingrédients pour les produits transformés.

Cette loi devra toutefois encore être validée par la Commission Européenne, mais le ministre de l'Agriculture, Giancarlo Galan, a formé l'espoir qu'elle puisse « servir d'exemple en Europe ».

Les organisations d'agriculteurs et les associations de consommateurs ont salué l'adoption de cette loi qui défend le « made in Italy ».

11:10 Publié dans 4. Politiques publiques, Alimentation et consommation, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/01/2011

Le Japon incite les jeunes à s'installer

Le ministère japonais de l'agriculture a annoncé début janvier 2011 un programme pour réhabiliter l'agriculture, la forêt et la pêche : il propose d'offrir 1 million de yens (9200 euros) par an pendant 5 ans aux jeunes issus d'une famille agricole pour reprendre leur ferme familiale, ainsi qu'à des jeunes urbains quittant leur emploi pour devenir agriculteurs, pêcheurs ou sylviculteurs.

Le gouvernement espère convaincre ainsi 10 000 jeunes et prévoit un budget total de 50 milliards de yens. Des prêts seront également accordés pour les agriculteurs qui souhaitent se lancer dans le tourisme rural.

Il espère ainsi lutter contre les pénuries de main-d'oeuvre qui affectent le secteur, alors que l'âge moyen des agriculteurs japonais atteint 65 ans, et que l'autosuffisance alimentaire du pays est passée de 73% en 1965 à environ 40%.

Céline Laisney, CEP (Centre d'études et de prospective)

Source : Yomiuri Daily

14:01 Publié dans 4. Politiques publiques, Territoires, Travail et emploi | Lien permanent | Tags : japon, jeunes |  Imprimer | | | | |  Facebook

Le petit producteur crée un rayon "responsable"

La société le Petit Producteur lance un « rayon responsable » fruits et légumes dans la grande distribution. L'objectif est de mieux informer le consommateur et rémunérer davantage le producteur. Chaque produit comporte la photo du producteur, son nom et le lieu de culture. 

rayon.jpg


Quatre type de produits sont distingués par une couleur spécifique : le rouge pour les produits haut de gamme, le vert pour les produits de l'agriculture biologique, le jaune pour les producteurs en conversion à l'agriculture biologique, et le blanc pour les produits locaux, cultivés à moins de 100 kilomètres des points de vente. Tous ces produits sont rassemblés au sein du rayon « responsable », la société fournissant au magasin l'ensemble des outils de communication inhérents à la mise en place d'une telle démarche. Aux abords directs du rayon, les acheteurs ont en effet accès en libre service à des informations pratiques et des recettes données par les producteurs eux-mêmes afin de  mieux apprécier les qualités et les caractéristiques des produits proposés.

La société travaille actuellement avec 300 producteurs, quatre plateformes Leclerc, Monoprix et Systèmes U, et Carrefour. Elle ne commercialise encore que des fruits et légumes, mais est en train de mette en place une démarche comparable sur le lait.

Céline Laisney, CEP (Centre d'études et de prospective)

10:54 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement, Territoires | Lien permanent | Tags : bio, distribution |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/01/2011

Territoires 2040, 2e numéro

Le deuxième numéro de Territoires 2040, la revue de prospective et d’études de la DATAR, fait du périurbain son objet de questionnement principal. A quoi ressemblera l’espace périurbain en 2040 ? Quelles options stratégiques prendre pour orienter ou réguler son développement ?

Cinq scénarios ont été imaginés par un groupe de travail nommé « Futurs périurbains », piloté par Martin Vanier :

 Scénario 1 : l’urbain compact l’emporte, digère le périurbain en le densifiant, et la périurbanisation s’arrête, ou devient un phénomène secondaire. C’est le "triomphe de Grenelle".

 Scénario 2 : la dispersion généralisée s’impose, grâce aux solutions techniques rendant les faibles densités soutenables et l’accès au confort spatial désirable. C’est la "surprise de l’abondance".

 Scénario 3 : l’enjeu "agrinaturel" est central et struc­ture de nouveaux rapports villes-campagnes, et les espaces intermédiaires, jadis périurbains, deviennent des conservatoires périruraux. C’est la "revanche des périphéries".

 Scénario 4 : l’interterritorialité organise l’ancien périurbain, entre les métropoles et entre les territoires, par tous leurs sites et fonctions d’interface. C’est le scénario de la "nouvelle frontière".

 Scénario 5 : le périurbain est réquisitionné pour son intérêt écologique global par les villes qui dominent leur région et équilibrent ainsi leur empreinte, dans un contexte de très fortes contraintes environnemen­tales. C’est "l’après-catastrophe".

Ces scénarios sont mis en récit sous forme de fictions situées en 2028.

10:55 Publié dans 1. Prospective, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/01/2011

La pauvreté rurale persiste dans les pays en développement

Le Fonds international pour le développement de l´agriculture (Fida) a publié son Rapport sur la pauvreté rurale 2011.

Malgré les progrès de ces dix dernières années, qui ont permis de tirer plus de 350 millions de ruraux de l'extrême pauvreté, les auteurs soulignent que la pauvreté mondiale reste un phénomène de grande ampleur et essentiellement rural. Sur 1,4 milliard de personnes qui vivent dans les pays en développement et souffrent d'extrême pauvreté, 70% résident en zone rurale.

Le Fida fait état d'une hausse alarmante du nombre de personnes extrêmement pauvres vivant dans les zones rurales de l'Afrique subsaharienne. Il met également en évidence la persistance de la pauvreté rurale sur le sous-continent sud-asiatique estimée à 1 milliard de personnes.

La pauvreté rurale est ainsi issue essentiellement du manque de capitaux, d'opportunités économiques limitées et d'un manque de "capacités" au sens d'Amartya Sen (capital humain et éducation). Elle est également fondamentalement liée aux inégalités et frappe ainsi davantage les femmes, les jeunes et les minorités. Il existe une certaine mobilité de la pauvreté, les gens en sortent et y entrent, le plus souvent suite à un choc (santé, mauvaise récolte, conflit...).

Ainsi, la première série de recommandation insiste sur l'appui à la prévention et la gestion du risque. En effet, les plus pauvres sont souvent moins résilients aux chocs qui augmentent encore plus leur vulnérabilité et diminuent leur chance de s'en sortir. Or, les risques sont multiples et tendent à augmenter avec le changement climatique, la pression sur les ressources naturelles et la volatilité des prix.
Deux autres pistes visent à améliorer le secteur agricole, qui reste essentiel et une des premières sources de réduction de la pauvreté et de croissance. Il s'agit notamment d'aider la petite agriculture familiale à s'intégrer aux marchés et à pratiquer une intensification durable qui utilise une approche systémique, adaptée au contexte, liant intensification traditionnelle et agro-écologie, savoirs paysans et formels. Pour cela, il est indispensable d'améliorer l'environnement rural (infrastructures), diminuer l'exposition au risque (prévention et mitigation), améliorer l'accès à l'éducation et favoriser l'organisation collective.
Enfin, il est également indispensable d'appuyer également les opportunités rurales non agricoles.

Marie-Aude Even, CEP (Centre d'études et de prospective)

14:27 Publié dans Développement, Mondialisation et international, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

29/10/2010

Danone se lance dans le microcrédit en France

Après avoir développé des activités de microcrédit au Bangladesh ou au Sénégal, afin de réduire la malnutrition et développer l'emploi local, Danone en fait de même en France, au travers du fonds dédié Danone Communities.

L'opération est destinée à aider des agriculteurs en situation précaire, en les assistant dans la création de petites unités de transformation de leurs produits. Le fonds, baptisé «Isomir», alimenté par Danone mais aussi la Caisse des Dépôts, le Crédit coopératif ou la FNCuma, dispose aujourd'hui d'un capital de 400.000 euros. Il doit permettre de créer une trentaine d'ateliers dans des zones rurales de faible densité.

11:42 Publié dans Alimentation et consommation, Territoires, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/09/2010

Territoires 2040

Ce premier numéro de la revue Territoires 2040 présente la démarche de prospective du même nom lancée en octobre 2009, et qui doit s’achever au début de l’année 2011. Cette démarche s’inscrit dans la tradition de la DATAR qui, depuis sa création en 1963, a réalisé de grands travaux de prospective pour imaginer les avenirs possibles de la France et de ses territoires et concevoir les politiques d’aménagement correspondant à des enjeux de société.

Stéphane Cordobes décrit les 7 « systèmes spatiaux » retenus :

- le réseau des métropoles françaises dans l’économie monde ;

 - les systèmes métropolitains intégrés, leviers de développement territorial ;

- les portes d’entrée de la France dans les systèmes territoriaux des flux ;

- les territoires industriels français ;

- les villes intermédiaires et leurs espaces de proximité ;

- les territoires à base économique résidentielle et touristique ;

- les espaces de faible densité, des territoires multifonctionnels entre dépendance et attractivité.

 Un huitième système spatial est à l’étude qui comprend les territoires d’outre-mer.

Chacun de ces espaces est confronté à des enjeux propres, mais ils se trouvent tous à la confluence de grands facteurs de changement : vieillissement démographique et territoires, flux migratoires internationaux, mobilités interrégionales, variabilité climatique, énergies,  besoins alimentaires, mondialisation, avancées technologiques, temporalités professionnelles et sociales, etc.

TerritoireReseau_21.jpg

 Des « foyers de controverses » ont également été identifiés, comme les tensions entre une logique de prédation et une logique de production, ou encore entre une logique d’équité et une logique de performance.

 Plus qu’un scénario tendanciel accompagné de scénario « noir » et d’un scénario « souhaitable », la prospective Territoires 2040 consistera à imaginer la façon dont chaque espace va affronter demain ces tendances lourdes, et les transformer à son tour. Elle insiste donc sur le rôle des acteurs, explique Martin Vanier.

 Ce premier numéro comporte également des articles issus des premières « controverses prospectives » portant sur la prétendue ingouvernabilité des villes, la délocalisation des centres de R&D dans les pays émergents, la rupture du lien historique entre la localisation des ménages et celle des emplois,  l’émergence d’un modèle « postfordiste » ou de la nature comme « partenaire » des politiques d’aménagement.

16:36 Publié dans 1. Prospective, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/06/2010

Le Conseil d'Etat préconise une taxe nitrate

Le Conseil d'Etat a présenté le 4 juin 2010 un rapport public consacré à L'eau et son droit, qui montre que l'État français doit repenser sa gestion de l'eau, en intégrant mieux les problématiques environnementales et notamment l'impact du changement climatique.

Le rapport se montre critique envers les collectivités locales, estimant qu'elle ne s'investissent pas suffisamment dans l'entretien des réseaux d'eau et méconnaissent le droit communautaire à ce sujet. D'après le Conseil d'Etat, il est en effet difficile d'imposer aux collectivités d'appliquer les nouvelles normes européennes pour la protection de la ressource et de la qualité de l'eau.

Par conséquent, il propose à la fois que le mécanisme des taxes générales sur les activités polluantes soit appliqué aux nitrates, et que la justice puisse introduire une action en coresponsabilité de l'Etat et des collectivités territoriales lorsque les directives européennes sur les eaux résiduaires urbaines auront été mal appliquées.

Concernant la pollution des eaux liée à l'activité agricole, le Conseil d'Etat recommande de renforcer le régime d'assurance récolte pour compenser les baisses de revenus des agriculteurs en cas d'aléas climatiques et ainsi, les dissuader de « surdoser » les pesticides pour se protéger contre ce risque.

Le rapport du Conseil d'Etat

 

 

11:06 Publié dans 4. Politiques publiques, Environnement, Exploitations agricoles, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook