Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2010

Agriculture intelligente vis-à-vis du climat

Au moment où démarre la conférence de Cancun, la FAO forge un concept nouveau : l'« agriculture intelligente vis-à-vis du climat » (climate-smart agriculture), qui doit être capable de relever le triple objectif de la sécurité alimentaire, de l'adaptation au changement climatique et de l'atténuation des émissions de GES.

climate-smart-agriculture1.jpg


Deux messages forts se dégagent du rapport :

- D'une part, les options techniques disponibles sont de natures multiples. L'agriculture devra doser de manière intelligente, c'est à dire en fonction des ressources et des contraintes locales et pour mieux gérer l'utilisation des ressources, différents types d'approches : pratiques agricoles basées sur les écosystèmes (agriculture de conservation, agro-foresterie), recherche de gains de productivité (améliorations variétales, sélection génétique), nouveaux modes d'organisation (diversification des productions et des activités incluant la production d'énergies renouvelables, agricultures urbaine et péri-urbaine).

- D'autre part, le manque de transfert entre les connaissances climatiques et leurs applications en agriculture freinent ce processus de transition vers une « agriculture intelligente ». Les institutions internationales devraient améliorer ces transferts dans le cadre de politiques climatiques et agricoles intégrées impulsées par les États. Mais surtout, cette transition nécessite des moyens financiers importants. Les États devraient orienter leurs investissements vers des modèles d' « agriculture intelligente », par exemple en utilisant les revenus de l'atténuation (30 milliards US$/an selon le GIEC) comme leviers dans les pays en développement. La finance carbone permettrait d'assurer la transition en compensant les coûts et le manque à gagner sur les revenus liés à un changement de pratique agricole. Concernant les modalités de mise en œuvre, la FAO ne tranche pas entre les mécanismes financiers existants ou la création d'un fonds climat, actuellement en discussion.

 La FAO met en outre à la disposition des acteurs une série d'outils permettant d'analyser les effets sur les productions (Crop monitoring and yield forecasting for early warning systems, climate impact assessement tollbox, Farm adaptative dynamic optimization, Local climate estimate, etc.)

 

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

12:18 Publié dans Climat, Energie, Environnement, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

17/09/2010

Sécurité alimentaire mondiale à l'horizon 2050

Dans le cadre du projet Global Food and Farming Futures, lancé en novembre 2008 par le programme intergouvernemental de prospective britannique Foresight, la revue de la Royal Society publie un numéro spécial sur l'avenir du système alimentaire mondial à l'horizon 2050.

 Plusieurs articles se penchent sur les facteurs affectant la demande (croissance démographique, changements de comportements alimentaires, urbanisation, inégalités de revenus) tandis qu'une deuxième série d'articles examine ceux touchant à l'offre (céréales, élevage, pêche et aquaculture, espèces sauvages). Un troisième lot s'attache aux facteurs externes (changement climatique, compétition pour la ressource en eau, énergie, terres disponibles, écosystèmes). Enfin certains articles abordent des questions transversales : gaspillage, productivité, volatilité des prix, mondialisation.

La conclusion qui se dégage est que des progrès très importants devront être faits sur les rendements (pour réduire notamment les écarts de productivité qui existent entre régions du monde) et la réduction du gaspillage et des pertes, car les terres cultivables ne pourront pas être considérablement étendues. L'accent est mis sur l'importance de l'investissement dans l'agriculture et de la recherche-développement.

15:22 Publié dans Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : royaume-uni |  Imprimer | | | | |  Facebook

La Banque mondiale veut encadrer les investissements fonciers étrangers

Dans un rapport sur "L'intérêt croissant pour les terres agricoles", la Banque mondiale étudie les avantages et les inconvénients des investissements fonciers étrangers. Ceux-ci peuvent être un moyen de corriger la faiblesse des moyens financiers des pays visés, d'apporter des transferts de technologie, d'améliorer la productivité de leur agriculture et de réduire la pauvreté. Mais ils peuvent aussi être source de conflits sérieux, voire d'opérations purement et simplement frauduleuses. Les acquisitions se font alors au détriment des populations locales, en particulier celles qui sont les plus vulnérables, sans leur apporter les compensations appropriées.

Les études de cas réalisées par la Banque mondiale dans 14 pays (Brésil, Cambodge, Congo, Éthiopie, Indonésie, Liberia, Laos, Mexique, Mozambique, Nigeria, Pérou, Soudan, Ukraine, Zambie) montrent bien la diversité des situations : en Afrique, en particulier, les promesses sont rarement tenues, contrairement au Pérou, au Brésil, au Mexique où les règles du jeu concernant les acquisitions de terres sont clairement définies.

Le rapport présente des données sur les terres disponibles et les rendements dans chaque pays, et ces informations peuvent être utilisées pour simuler l'impact de différents investissements.

Enfin, la Banque mondiale préconise d'encadrer ces investissements par un code de bonne conduite qui repose sur quelques principes clés : le respect des droits et des ressources locales, l'assurance de la sécurité alimentaire pour les populations, la transparence et la bonne gouvernance, la consultation et la participation des acteurs locaux, le respect de l'environnement.

14:53 Publié dans Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Le miracle brésilien

Le magazine The Economist consacre un article spécial à la révolution de l'agriculture brésilienne et au miracle du cerrado. Passé d'importateur net de produits alimentaires à puissance exportatrice de produits agricoles en à peine 30 ans, ce succès provient de la mise en place d'un ensemble d'éléments qui ont constitué un système agricole extrêmement performant et qui pourrait être reproduit dans d'autres pays de la zone tropicale sèche.

 Le Brésil est naturellement doté de vastes terres arables (potentiel de 450 millions d'hectares sans même toucher à la forêt amazonienne) et de précipitations plutôt régulières. Mais c'est le système agricole développé par l'Embrapa (société publique de recherche agronomique brésilienne) qui a véritablement permis de mettre en culture les vastes étendues de prairie sèche du cerrado :

  • Investissement conséquent en recherche et développement agricole ;

  • Amendements pour alcaliniser les sols naturellement acides du cerrado ;

  • Introduction, amélioration et adaptation de fourrages et bovins aux conditions agroécologiques locales ;

  • Adaptation du soja au climat tropical et réduction de sa période végétative permettant une double récolte annuelle ;

  • Coupe haute des grains pour laisser les pailles sur pieds, puis semis direct ;

  • Modèle d'exploitation gigantesque (milliers ou dizaines de milliers d'hectares en moyenne) à mécanisation moderne pour les grandes cultures et plantations afin d'employer les populations rurales et optimiser la productivité du travail ;

  • Modèle agroforestier pour le système d'élevage bovin ;

  • Peu de subventions directes aux agriculteurs.

 Ayant encore un potentiel de croissance énorme, l'agriculture brésilienne contribuera certainement à nourrir le monde. Mais sa contribution pourrait, selon ce dossier, être encore plus marquante dans le développement de systèmes agricoles adaptés aux zones tropicales sèches de l'Afrique où le problème de la faim reste encore prépondérant.

Source : The Economist

 (voir aussi les analyses d'impact environnemental de cette révolution dans les commentaires des lecteurs en bas de l'article).

Jo Cadilhon, Centre d'études et de prospective

09:22 Publié dans Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : brésil |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/08/2010

Perspectives des biocarburants en Afrique

Une nouvelle étude révèle que la production de bioénergie peut augmenter en Afrique et fournir des revenus et de l’énergie aux agriculteurs sans supplanter les produits alimentaires.

Selon un rapport produit par le Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA), l’Imperial College London et CAMCO International, il y aurait en Afrique suffisamment de terres cultivables disponibles pour augmenter significativement les cultures bioénergétiques telles la canne à sucre, le sorgho et le jatropha sans pour autant prendre la place des cultures alimentaires.

Les conclusions de ce rapport, Mapping Food and Bioenergy in Africa, sont tirées de l’examen d’une recherche et d’études de cas déjà effectuées sur la production et la politique en matière de biocarburant dans six pays, à savoir le Sénégal, le Mali, la Tanzanie, le Kenya, la Zambie et le Mozambique.

10:40 Publié dans Energie, Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : biocarburants |  Imprimer | | | | |  Facebook

L'Algérie veut réduire sa dépendance alimentaire

Dans les dix prochaines années, l’Algérie veut multiplier par dix ses exportations agroalimentaires. «La nouvelle politique de renouveau agricole et rural à l’horizon 2025 vise à accroître la sécurité alimentaire et à réduire la facture des importations», explique Laurent Damasse, conseiller Export à la Mission économique – Ubifrance à Alger.

La dépendance alimentaire de l’Algérie est forte pour certains produits : 57% pour le lait, 70% pour les céréales, 95% pour l’huile, 100% pour le sucre.

La France est sont premier fournisseur, avec 15,7 % du marché des biens alimentaires algérien.

Source : MOCI

11/08/2010

Pénurie alimentaire : tendances, défis et solutions

Les analystes de IRD Dexia Asset Management ont réalisé une étude intitulée « Pénurie alimentaire : tendances, défis et solutions ». Ils passent en revue les causes de la pénurie alimentaire, les évolutions futures de la demande et de l'offre, les conséquences du changement climatique et son impact sur la sécurité alimentaire...

Ils listent ensuite les actions possibles et identifient les opportunités pour les entreprises, notamment dans le domaine des technologies agricoles (irrigation, biotechnologies, fertilisants et pesticides, etc).

L'étude (24 p.)

12:13 Publié dans Climat, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/07/2010

Le retour de la question alimentaire en Inde

Le 19 juin 2010, lors d’un discours prononcé à l’occasion du cinquantenaire de l’université d’agriculture et de technologie G. B. Pant, le Premier ministre indien Manmohan Singh a réaffirmé le rôle primordial de l’agriculture pour son pays.

 Selon lui, le taux de croissance actuel de la production agricole indienne, évalué à près de 2%, devrait être doublé. La possibilité d’étendre la superficie des terres cultivées et irriguées ayant atteint ses limites, la solution réside dans l'amélioration des rendements, qui sont encore très inférieurs à ceux de la Chine ou du Vietnam pour le riz.

 Le Premier ministre, qui a souligné que, depuis la révolution verte, les technologies agricoles n’avaient pas connu de percée décisive, a appelé les centres de recherche à relever le défi.

 L’Inde doit nourrir environ 17% de la population mondiale avec 2,3% de la superficie des terres émergées et 4% des ressources en eau douce.

16:56 Publié dans Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent | Tags : inde |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/07/2010

Cessions d’actifs agricoles à des investisseurs étrangers

Le CAS (Centre d'analyse stratégique) a rendu public son rapport sur les cessions d’actifs agricoles à des investisseurs étrangers dans les pays en développement.

Après une première partie de diagnostic, qui montre que les cessions d'actifs agricoles devraient s'amplifier dans le futur et que ces investissements, s’ils sont mal préparés et mal conduits, peuvent entraîner de graves dommages sociaux et environnementaux, la seconde partie présente des pistes de régulation de ce phénomène.

Cette régulation pourrait s’appuyer sur deux principes :

- Un apport de capital massif dans les filières agricoles des pays du Sud

- Une «responsabilisation» de ces investissements, qui pourrait passer par la création d’un label «Agro Investissement Responsable». Elle devrait également s’appuyer sur les institutions internationales qui réfléchissent activement sur ce sujet, et sur une action déterminée de l’Union européenne et de la France pour aider les pays hôtes à négocier avec les investisseurs.

Le dossier de presse (18 p.)

Le rapport (102 p.)

Voir aussi le rapport récent de l'IIED

10:54 Publié dans Développement, Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

16/06/2010

Programme américain Feed the future

Les Etats-Unis ont présenté leur futur plan de soutien aux programmes alimentaires dans le monde, intitulé Feed the future. Le gouvernement américain s'est engagé à investir 3,5 milliards de dollars sur trois ans afin de faire reculer le nombre de personnes en sous-alimentation et de garantir la stabilité géopolitique des pays en voie de développement.

Les efforts seront concentrés sur une vingtaine de pays : douze en Afrique sub-saharienne, quatre en Amérique centrale et quatre en Asie. Les programmes structurels porteront autant sur les infrastructures et la formation que sur l'amélioration des performances agronomiques. Près de 10 % des fonds financeront des programmes de recherche appliquée.

Selon le directeur de l'USAID, l'Agence américaine pour le développement international, le programme Feed the Future permettra une augmentation sensible des revenus de 40 millions de personnes pour la décennie à venir. Les investissements visent particulièrement les femmes. En effet, des études montrent qu'une meilleure place des femmes dans l'agriculture fait croître le chiffre d'affaires de 10 %, grâce à une utilisation plus raisonnée des bénéfices, vers les besoins familiaux et l'achat de nouveaux intrants agricoles.

 

ftfguide_large.jpg

 

Guide de présentation de Food the Future (41 p.)

 

19/03/2010

L'Indonésie veut devenir un géant agricole

 

L'Indonésie peut devenir autosuffisante dans les 5 ans, puis commencer à nourrir le monde, selon le gouvernement indonésien. Le pays entend en effet devenir, d'ici à 2030, un grand producteur de riz, de maïs, de sucre, de café, de crevettes, de viande et d'huile de palme.

Le quatrième pays le plus peuplé au monde, avec 235 millions d'habitants, il est déjà bien placé pour le riz, pour lequel il est auto-suffisant depuis 2008, et surtout pour l'huile de palme, dont il est le premier producteur mondial. En revanche, il n'assure pas encore ses besoins en maïs, sucre ou soja. « Si tout se passe bien, l'Indonésie pourra être auto-suffisante dans cinq an, et commencer alors à alimenter les marchés étrangers selon un expert agricole de l'université Satya Wacana.

Pour ce faire, Jakarta veut attirer les investisseurs dans l'extrême-est de la Papouasie, afin d'y développer un immense domaine agricole qui pourrait atteindre 1,6 million d'hectares et créer des centaines de milliers d'emplois, selon les estimations officielles. Cette région faiblement peuplée bénéficie de conditions propices à la culture du riz, de la canne à sucre ou du soja ainsi qu'à l'élevage.

En revanche, l'absence quasi-totale d'infrastructures (routes, électricité...) nécessitera d'énormes investissements, estimés à plus de cinq milliards de dollars, notamment pour construire un grand port. Le syndicat des Fermiers indonésiens s'inquiète d'un contrôle de la production alimentaire par des grands groupes. A cela s'ajoute des craintes pour l'environnement, la Papouasie étant jusqu'à présent l'une des régions les mieux préservées de la déforestation.

Source : Commodity Online

 

01/03/2010

Essor de l'élevage

Le secteur de l'élevage contribue à hauteur de 40% de la valeur totale de la production agricole et assure les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de près d'un milliard de personnes, selon ce rapport de la FAO. Au sein de l'économie agricole, c'est un des segments qui connaît la croissance la plus rapide, du fait d'une demande en explosion, stimulée par la hausse des revenus, la croissance démographique et l'urbanisation.

Ainsi, depuis le début des années 1960, la consommation de lait par habitant dans les pays en développement a presque doublé, la consommation de viande a plus que triplé et la consommation d'œufs a quintuplé.

sofa_cover-fr.png

Cette croissance de la demande devrait se poursuivre, créant des opportunités considérables pour les paysans du monde entier, mais également de fortes pressions sur l'environnement. Le rapport fait le point sur ces questions, avant de dresser, comme chaque année, un état des lieux de la sécurité alimentaire mondiale.

Le compte-rendu (1 page)

Le rapport (202 p.)


 

27/11/2009

Le système alimentaire à l'horizon 2050

La Mission Agrobioscience a publié sur son site l'intervention de l'économiste et ingénieur agronome Jean-Louis Rastoin aux Controverses de Marciac (15ème Université d'Eté de l'Innovation Rurale) d'août 2009. Il s'agit d'un "essai de prospective" qui présente un état des lieux du système alimentaire mondial suivi de deux scénarios à l'horizon 2050 : un scénario tendanciel, qualifié de modèle agro-industriel tertiarisé, et un scénario de la rupture, intitulé modèle alimentaire de proximité. Selon l'auteur, "l'évolution la plus probable du système alimentaire est une cohabitation entre les deux scénarios présentés". Il appelle à une véritable politique alimentaire.

Le compte-rendu (1 page)

Le document (11 pages)

 

25/11/2009

Le Brésil, futur ferme du monde arabe ?

Sébastien Abis et Jessica Nardone retracent dans cet article de Futuribles l'essor du Brésil dans le domaine agricole. Ils montrent en particulier comment ce pays se positionne de plus en plus comme leader de la coopération Sud-Sud, avec une pénétration de plus en plus forte au sein du monde arabe. Comme en témoignent les évolutions récentes des échanges entre le Brésil et les pays du sud de la Méditerranée, le géant sudaméricain pourrait en effet rapidement devenir l'une des fermes du monde arabe, au détriment notamment de l'Europe.

À cet égard, les auteurs esquissent, en fin d'article, trois scénarios d'avenir possibles selon lesquels, à moins d'un réel effort européen en direction des pays du sud du Bassin méditerranéen, la convergence arabo-brésilienne irait croissant dans le domaine agricole voire aboutirait à une véritable coopération politique dépassant ce secteur.

L'article (18 pages)

 

15:00 Publié dans Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/11/2009

Agriculture et géopolitique

Dans ce dossier de l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques), les liens entre agriculture et géopolitique, de plus en plus prégnants, sont explorés. En effet, le caractère stratégique et la dimension géopolitique de l'agriculture, s'ils furent quelque peu oubliés à la fin du XXe siècle, reviennent actuellement avec force sur le devant de la scène internationale. La crise alimentaire mondiale observée au printemps 2008 en constitue à ce titre une piqûre de rappel douloureuse.

Le compte-rendu (1 page)

Le dossier (24 pages)

16:00 Publié dans Développement, Mondialisation et international, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook