Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2017

Transition nutritionnelle et demande alimentaire mondiale : une projection à l'horizon 2050

Publiée en mars dernier, une étude du CEPII quantifie, avec une approche novatrice, l'évolution de la demande mondiale de produits alimentaires, sur la période 2010-2050. Les travaux précédents considéraient généralement les produits alimentaires de manière agrégée, masquant ainsi la forte hétérogénéité de la demande et les possibilités de ré-allocations entre produits. La nouveauté de cet article est de modéliser le phénomène de transition nutritionnelle, caractérisé par une augmentation concomitante du revenu et de la demande en calories, puis par une croissance des produits d'origine animale, des graisses et des produits riches en sucre dans le régime alimentaire des ménages.

À partir des données ICP (International Comparaison Group) de la Banque mondiale, les auteurs ont estimé une fonction de demande qui reproduit de manière « réaliste » la relation entre la structure de la demande et le revenu des ménages, pour neuf groupes de produits alimentaires. Le type de fonction choisi (dite MAIDADS - Modified Implicitly Directly Additive Demand System) est suffisamment flexible pour rendre compte du phénomène de transition nutritionnelle (non linéarité de la croissance de la demande selon le niveau de revenu, ré-allocations entre produits, etc.). Le modèle ainsi estimé a ensuite été utilisé pour projeter la demande alimentaire mondiale à l'horizon 2050 selon six scénarios : un scénario tendanciel et cinq scénarios d'évolutions sociétales futures.

Les résultats pour le scénario tendanciel prévoient une augmentation de 46 % de la demande mondiale de produits alimentaires, soit une croissance deux fois inférieure à celle observée au cours des quarante dernières années. Cette augmentation sera essentiellement tirée par la demande des pays en développement car, dans les pays industrialisés, la consommation par tête est déjà élevée et la croissance de la population au cours des prochaines années sera faible. La structure de la demande est amenée à évoluer avec une augmentation de 95 % pour les calories animales et une croissance très inférieure pour les féculents (18 %). L'analyse souligne également qu'un niveau important d’incertitude existe pour ces projections, la croissance de la demande pour les calories animales et végétales pouvant évoluer respectivement de 78 à 109 % et de 20 à 42 % selon les scénarios considérés (voir figure ci-dessous).

Évolution de la demande alimentaire sur la période 2010-2050, selon cinq scénarios d'évolutions sociétales

CEPII.jpg

Source : CEPII

Raphaël Beaujeu, Centre d'études et de prospective

Source : CEPII

11:17 Publié dans 1. Prospective | Lien permanent | Tags : cepii, transition nutritionnelle, demande alimentaire |  Imprimer | | | | |  Facebook

16/05/2016

Des scénarios pour répondre à la demande globale alimentaire en 2050 sans déforestation

Six chercheurs de l'Institute of Social Ecology et de I'Institut de recherche en agriculture biologique à Vienne ont passé au crible 500 scénarios de production et demande alimentaires, avec comme contrainte initiale l'absence de déforestation à l'horizon 2050. Les principales variations entre ces scénarios tiennent au niveau des rendements, au pourcentage d'expansion des zones cultivées (0 à +70 %) en particulier sur les prairies très productives, à la composition du régime alimentaire des animaux d'élevage, à l'origine de la viande dans l'alimentation humaine (parts des ruminants, des monogastriques) et aux régimes alimentaires humains. Sont distingués les régimes suivants : VEGAN avec uniquement une base végétale (2 636 kcal/pers/jour), VEGETARIAN sans viande mais avec des œufs et du lait (2 636 kcal/pers/jour), MEAT (2 648 kcal/pers/jour), BAU en ligne avec les projections de la FAO en 2050 et RICH où le régime alimentaire nord-américain de 2000 domine (3 546 kcal/pers/jour). Tous ces régimes, sauf BAU, supposent une convergence mondiale des quantités ingérées per capita. La figure ci-dessous présente l'ensemble des scénarios, des hypothèses sous-jacentes et les résultats en termes de faisabilité. Cette dernière correspond à l'adéquation entre l'offre et la demande alimentaires. Si la demande est supérieure à l'offre de 5 % (cropland-limited) et/ou si les seuils écologiques de pâturage sont dépassés (grazing-land limited), le scénario est considéré comme non réalisable.

Scénarios et hypothèses sous-jacentes (régimes alimentaires en colonne, modes de production en ligne). Les zones en vert foncé correspondent aux scénarios considérés comme faisables, en vert clair comme probablement faisables. Les autres couleurs indiquent les raisons de la non faisabilité.

scenarios5.jpg

Source : Nature Communications

D'après le jeu d'hypothèses retenu, un peu moins de 60 % des scénarios sont jugés réalisables. Les hypothèses en termes de régimes alimentaires jouent un rôle important en comparaison avec celles touchant aux rendements ou à l'expansion des cultures. Tous les scénarios avec le régime VEGAN et 94 % dans le cas VEGETARIAN seraient réalisables, contre 2/3 en BAU et 15 % pour le régime MEAT. Par ailleurs, l'exercice de modélisation réalisé montre que la convergence des régimes alimentaires diminue l'autosuffisance des pays en développement. Néanmoins, cette étude ne tient pas compte des effets du changement climatique et n'intègre pas des considérations autres que biophysique (ex : flux de biomasse non contraint par des dimensions économiques ou des barrières à l'échange).

Élise Delgoulet, Centre d'études et de prospective

Source : Nature Communications