Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2011

Les chiffres de la consommation responsable

 Le guide en ligne de la consommation responsable mescoursespourlaplanete.com a lancé la 4ème édition de son rapport sur les chiffres de la Consommation Responsable en 2010. Le rapport mesure le passage à l'acte des consommateurs, compile les données et analyse les tendances et perspectives.

Il relève notamment, parmi les tendances récentes, l'engouement des consommateurs pour les produits locaux, ou encore l'émergence du commerce équitable français.

L'essor du bio se confirme : les produits alimentaires bios ont rapporté 3,3 milliards d'euros en 2010, soit 10% de plus qu'en 2009, et les produits cosmétiques bios 270 millions en 2009.

La collecte de lait biologique a augmenté de 5% en 2010, soit 232 millions de litres. Les fabrications de produits à base de lait bio connaissent une progression encore plus forte : + 22,7% pour les yaourts et laits fermentés et +15,3% pour les fromages.

Par ailleurs, en 2010, 50 000 foyers adhéraient à des AMAP (qui organisent des ventes directes du producteur au consommateur), et celles-ci ont réalisé 36 millions d'euros de chiffre d'affaires.

En dehors de l'alimentaire, on observe les mêmes tendances : 8,6 millions de roses équitables ont été vendues en France en 2009 (7,1 millions de plus qu’en 2006), le chiffre d’affaires des vêtements en coton équitable a atteint 45 millions d’euros en 2009.

Au total, entre 2008 et 2010, 1595 nouveaux produits alimentaires et boissons ont été lancés en France avec un argument environnemental et éthique, soit cinq fois plus que sur la période 2005-2007.

12:23 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Laits "made in" régions

 Pour répondre à la demande de traçabilité et de proximité des consommateurs, Candia va lancer le 1er mai 2011 la marque «Le lait de ma région» dans quatre zones : les Pays de la Loire, les Pyrénées, les Plaines du Nord et Rhône-Alpes.

candia.jpg


Ce lait sera collecté, conditionné et commercialisé dans ces régions. Le prix serait compris dans une fourchette de 0,70 à 0,85 €/l, soit entre ceux des marques de distributeurs et ceux des marques nationales. Candia prévoit des ventes d’environ deux millions de litres la première année.

Voir aussi : Les 2 vaches veulent restructurer la filière laitière bio normande, Label bio Aquitaine

11:59 Publié dans Alimentation et consommation, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/03/2011

Des saumons végétariens

 Des scientifiques du projet AQUAMAX («Sustainable aquafeeds to maximise the health benefits of farmed fish for consumers»), mené par l'institut national norvégien de nutrition et de recherche sur les produits de la mer (NIFES), sont parvenus à remplacer une partie de l'alimentation de saumons et truites de mer d'élevage par des légumes, tout en préservant les bénéfices nutritionnels de ces produits.

Les partenaires du projet AQUAMAX expliquent que les ingrédients végétaux peuvent remplacer jusqu'à 70% de l'huile de poisson et 80% des protéines marines contenues dans l'alimentation traditionnelle destinée aux poissons, sans qu'il n'y ait aucun impact négatif sur la santé des poissons. Le saumon semble même conserver sa valeur en tant que source d'acides gras sains pour l'homme.

Cela permettrait de réduire la dépendance aux ressources marines tout en réduisant la consommation de polluants.

Le consortium AQUAMAX a rassemblé des partenaires de 33 pays et est soutenu à hauteur de 10,5 millions d'euros au titre du domaine thématique «Qualité et sécurité alimentaires» du sixième programme-cadre européen.

Source : Cordis

Les 2 Vaches veulent structurer la filière laitière bio normande

 La marque « Les 2 Vaches », appartenant à une filiale de Danone, veut faire de la Basse-Normandie une région pilote de la production et de la transformation laitière biologique.

Déjà en 2008, pendant la crise du lait, la marque s’était engagée à aider financièrement les producteurs de sa zone de collecte à se convertir au bio.

Le projet baptisé « Reine Mathilde », lancé en février 2011 pour une durée de cinq ans, est plus ambitueux : avec l'Institut de l'élevage, la Chambre d'agriculture de Normandie et le Groupement de recherche en agriculture biologique, la marque souhaite accompagner toute la filière régionale dans cette conversion, depuis l'enseignement en lycée agricole jusqu'à la revente des vaches de réforme en viande labellisée « AB », en passant par les vétérinaires et les partenaires économiques.

Ce projet, qui vise environ 150 conversions à l’agriculture biologique en Basse-Normandie d’ici à cinq ans, est financé par le Fonds Danone pour l'Ecosystème.

14:41 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Environnement, IAA | Lien permanent | Tags : bio |  Imprimer | | | | |  Facebook

Empreinte écologique du gaspillage

En 2009, le WRAP (Waste & Resources Action Programme) britannique estimait que 8,3 millions de tonnes de nourriture et de boissons étaient gaspillés chaque année au Royaume-Uni, ce qui correspondait à 12 milliards de livres sterling. Mais le gaspillage alimentaire n'est pas qu'une source de perte économique. Une nouvelle étude du WRAP et du WWF présente cette fois une estimation de l’empreinte écologique de ces gaspillages alimentaires. En effet, la production et l'emballage des aliments non consommés génèrent des gaz à effet de serre qui auraient pu être évités (14 millions de tonnes de CO2, soit 3% des émissions de CO2).

L’empreinte «eau» du gaspillage alimentaire s’élève quant à elle à 280 litres par personne et par jour, soit près de deux fois la consommation moyenne d'eau des ménages anglais.

Le Royaume-Uni mène une campagne active pour réduire ces gaspillages.

10:03 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent | Tags : gaspillage |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/03/2011

Démographie, climat et alimentation mondiale

L'Académie des Sciences publie un rapport intitulé "Démographie, climat et alimentation mondiale". Fruit des travaux d'un groupe d'une quarantaine de membres dont Michel Griffon, animé par Henri Leridon et Ghislain de Marsily, ce rapport rappelle d’abord ces contraintes démographiques, climatiques et environnementales qui pèseront sur la disponibilité de ressources à l’horizon 2050, et traite ensuite des facteurs d’évolution de la demande alimentaire, des moyens techniques et économiques d’y faire face, et enfin des conditions d’un équilibre possible.


Lire la suite

08/03/2011

Label bio Aquitaine

Face à la profusion de produits bio importés dans les rayons, la région Aquitaine a annoncé pour la fin de l'année la création d'un label bio régional.

Avec Midi-Pyrénées, l'Aquitaine est devenue la première région française de conversion des exploitations agricoles en agriculture biologique.

Un cahier des charges, encore à l'étude, établira les règles à respecter pour garantir aux consommateurs que les produits seront bien fabriqués à l'échelle locale. Il reste encore de nombreux points à définir, comme leur mode de distribution. Alain Rousset, président PS de la région Aquitaine, précise que les prix des produits labellisés ne devrait pas dépasser ceux des produits biologiques actuels.  

10:54 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/03/2011

Repas pris à l'extérieur et obésité

Une étude de l'USDA semble vérifier la relation de cause à effet entre la nourriture consommée hors du foyer et la dégradation du régime alimentaire des moins de 18 ans, ainsi que l'augmentation des taux d'obésité aux Etats-Unis.
Comparée à la nourriture préparée à la maison, la nourriture préparée et consommée hors de la maison ("food away from home") est associé à une consommation calorique  excessive et une mauvaise qualité de régime, particulièrement parmi les 13-18 ans : les repas pris hors de la maison sont de 108 calories supérieurs aux repas pris à la maison, et de 145 calories pour les repas pris à la cantine.

Un focus sur les boissons sucrées indique qu'environ 35 % des calories supplémentaires consommées par les moins de 18 mangeant hors de chez eux proviennent des boissons sucrées.

Les adolescents, qui ont plus de liberté pour sortir déjeuner ou boire un verre, sont,  selon cette étude, une population à cibler par les politiques publiques.

Mélanie Gambino, CEP

18:13 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : etats-unis, obésité |  Imprimer | | | | |  Facebook

04/03/2011

Une stratégie pour le secteur agroalimentaire canadien

Le secteur agroalimentaire canadien est en train de perdre est de perdre en rentabilité et en qualité, selon une étude du think tank CAPI (Canadian Agri-Food Policy Institute). En effet, le Canada est passé de la troisième place mondiale pour les exportations agroalimentaires à la 7e, et ses importations ont augmenté de 50% par rapport à 2000.

Pour reprendre le leadership, le CAPI définit trois objectifs que le pays devrait atteindre d'ici 2025 :

- l'objectif "75 pour 25", qui vise à accroître la valeur des exportations agroalimentaires du Canada, de 38,8 milliards de dollars US à 75 milliards de dollars US en 2025;

- le. deuxième objectif est que les biomatériaux et les biocarburants représentent 75% du secteur agroalimentaire en 2025;

- enfin, le groupe de réflexion fixe au Canada l'objectif de produire 75% de son alimentation d'ici 2050, contre 68% actuellement. Il recommande les produits locaux.

capa.jpg

 Pour réaliser ces trois objectifs, le Canada doit modifier la façon dont il pense à l'industrie alimentaire, oubliant les secteurs, les chaînes de valeur et les lignes de produits, et se concentrer plutôt sur "les systèmes alimentaires » en faisant collaborer tous les acteurs concernés, a déclaré le CAPI. Il suggère également de passer de la stratégie à 5 ans actuelle à une vision à plus long terme (15 ans).

 L'Institut attend désormais le retour et les propositions de l'industrie, du gouvernement et des autres parties prenantes sur les moyens de mettre en place les stratégies pour atteindre ces objectifs, qui permettra une mise à jour du rapport en mai 2011.

01/03/2011

McDonald's lance un hamburger 100% viande charolaise

McDonald's France a lancé dans ses 1196 restaurants, un hamburger fait uniquement de viande charolaise d'origine française, "Le Charolais".

ptitplaisirscharolais1.gif


Ce sandwich nécessitera 1500 tonnes de viande par an, dont 30 % issus de Bourgogne. Son prix est de 1,95 euros, soit 15% à 20 % plus cher qu’un hamburger classique.

Sur les 50.377 tonnes de viande de boeuf achetées par McDonald's France chaque année, 52% est d'origine française, le reste provient de l'Union européenne. La viande de charolaise entrait déjà dans la composition de ses steaks hachés, mais elle était mélangée à des viandes d'autres races.

McDonald's souhaite contractualiser avec la filière bovine pour garantir ses approvisionnements.

Pour les éleveurs, cet engagement du géant américain est un signe encourageant, mais pas encore déterminant. À terme, ils espèrent que cette nouvelle commande aura des répercussions positives sur les prix de leur production.

10:55 Publié dans Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Changement climatique et agriculture : scénario noir

Un réchauffement d’au moins 2,4 degrés de la température du globe d’ici 2020 combiné à un important accroissement de la population risque de créer des pénuries mondiales dans la production des principales cultures, selon un rapport d’experts privés publié par l’Universal Ecological Fund, une organisation non gouvernementale argentine.

La production mondiale de blé subirait un déficit de 14% par rapport à la demande d’ici dix ans. Ce chiffre serait de 11% pour le riz et de 9% pour le maïs. Le soja est la seule culture majeure qui connaîtrait une augmentation de sa production, permettant un excédent de 5% sur la demande, selon cette projection.

L’Inde, second producteur mondial de riz et de blé, pourrait subir une diminution de jusqu’à 30% de ces deux récoltes. En revanche, la Chine, plus grand producteur de riz et de blé et second de maïs devrait accroître ces productions de 20%.

En Europe, les pays du Nord, comme la Suède ou la Norvège, bénéficieront du réchauffement pour voir leurs rendements de blé grimper de 3 à 4% d’ici 2020, selon ce rapport.

Mais les pays européens du bassin méditerranéen dont l’Italie, l’Espagne et la France subiraient une baisse de 10% de l’ensemble de leurs récoltes, surtout des raisins dont ils représentent ensemble aujourd’hui 30% de la production mondiale.

L’Amérique latine et les Caraïbes devraient voir leurs récoltes de blé, de riz, de maïs et de soja diminuer de 2,5 à 5% d’ici dix ans, mais le Brésil et l’Argentine devraient pouvoir accroître leur production de soja de 21 et 42% respectivement.

En Amérique du Nord, une baisse des précipitations va surtout toucher les Etats-Unis, notamment l’ouest, posant des problèmes d’irrigation et affectant diverses productions. Si les auteurs prévoient une certaine augmentation des rendements de blé dans les Grandes Plaines, ils prédisent une réduction des récoltes de maïs et de soja dans la « Corn belt ».

Enfin l’Afrique devrait voir les deux tiers de ses terres arables disparaître d’ici 2025 en raison de la sécheresse.

Cette étude a été jugée erronée et alarmiste par des experts du climat. Certains jugent en effet qu'il faudrait en effet non pas 9 ans mais « plusieurs décennies » pour que les moyennes augmentent de 2,4 degrés celsius, et que les rejets de CO2 ont une incidence non pas immédiate mais perceptible des dizaines d’années après. Les auteurs de l'étude ont rétorqué qu'ils s'étaient basés sur l’augmentation de l’ensemble des gaz à effet de serre calculée par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) dans son bulletin de novembre 2009. 

10:52 Publié dans Alimentation et consommation, Climat, Environnement, Production et marchés | Lien permanent | Tags : climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

Perspectives de la consommation mondiale de viande

La consommation mondiale de viande, toutes productions animales confondues, a atteint 286,2 millions de tonnes en 2010. Elle a progressé au rythme de 2,3% par an au cours de ces dix dernières années.

La consommation de viande par habitant dans le monde atteint désormais 41,8 kg par habitant ,avec des disparités importantes : 81 kg/h pays développés contre 31 kg/h dans les pays en développement. L’Asie consomme, à elle seule, près de la moitié des volumes produits dans le monde, la Chine comptant pour 28% du total mondial (cliquer pour élagir) :

carte conso mondiale viande.jpg

Cette synthèse de FranceAgrimer tente, dans un premier temps, de faire un état des lieux de la consommation de viande dans le monde, ensuite de décrire les évolutions au cours des dernières décennies et, enfin d’envisager les perspectives pour les prochaines années..

La consommation annuelle devrait atteindre 470 millions de tonnes en 2050, soit une moyenne mondiale de 52 kg/habitant. La consommation de viande de volailles et de porc devrait connaître les plus fortes croissances

Afin de répondre à cette demande mondiale plus forte, les principaux pays producteurs et excédentaires seront sollicités. Ce contexte devrait être favorable à une augmentation du commerce international des viandes, estimée entre 10 et 15% sur les 10 prochaines années, quelle que soit la viande considérée.

La croissance des volumes devra, selon FAM, passer par l’amélioration des performances zootechniques des troupeaux, la mobilisation de capitaux (publics et privés) permettant la réalisation d’investissements, et l’augmentation des capacités de production.

10:11 Publié dans 3. Prévision, Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/02/2011

Attitudes et comportements des Français en matière d’environnement

Dans une enquête réalisée à la demande de l’ADEME, le CREDOC fait le point sur les attitudes et comportements des Français en matière d’environnement. Cette enquête montre que le concept de développement durable fait son chemin dans l’opinion, les personnes en ont une idée de plus en plus précise et la notion s'élargit au-delà de l'environnement (33% des interviewés l’envisagent sous un jour économique et 18% y apposent une de ses implications sociales).

Les différentes facettes de la consommation durable pourraient être regroupées en deux grandes catégories : « consommer moins » qu’il s’agisse d’éviter le gaspillage, de consommer des produits plus robustes, de réduire sa consommation en général ou de louer et échanger des produits ; et « consommer mieux » des produits différents : plus respectueux de l’environnement, fabriqués localement, ou issus du commerce équitable. Il est intéressant de constater que ces deux visions de la consommation durable sont aussi présentes l’une que l’autre dans l’opinion (respectivement 77% et 76%).

Pour 46% des enquêtés, la consommation durable signifie avant tout d’éviter le gaspillage, 44% parlent de consommer des produits plus respectueux de l’environnement, et 38% évoquent la consommation de produits locaux (+10 points en un an).

Mais force est de constater que le grand public émet des doutes sur l’information délivrée sur les produits respectueux de l’environnement : seuls 31% pensent que l’information sur les produits respectueux de l’environnement est scientifiquement fondée et seuls 25% la jugent claire.

Les personnes interrogées semblent mitigées concernant la mise en place d’un affichage environnemental : 52% jugent cette information utile mais 46% pensent qu’il s’agira d’une étiquette de plus qu’ils ne regarderont pas. La principale attente d’étiquetage environnemental concerne les produits alimentaires, loin devant les produits d’entretien, d’hygiène et de beauté et les autres catégories de produits proposées.

L’alimentation fait ainsi office de porte d’entrée dans une consommation plus responsable, et cela d’autant plus que les actes d’achats alimentaires sont plus fréquents que les achats d’autres biens et services.

Voir aussi : scénarios du CAS sur la consommation durable à 2030.

11:16 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

Equitable made in france

 

Ethiquable, entreprise coopérative du Gers, spécialiste du commerce équitable, lance ce printemps une gamme à la fois équitable, bio et locale en collaboration avec des producteurs français. Cette gamme, baptisée « Paysans d'Ici », propose 16 produits (piment d'Espelette, jus de tomate de Marmande, crème de châtaigne de l'Aveyron…) développés avec neuf groupements de producteurs.

De son côté, Alter Eco, le spécialiste du commerce équitable habituellement tourné vers les pays du sud, a engagé un partenariat avec une coopérative agricole biologique de Poitou-Charentes. Il garantit une rémunération minimale aux 120 producteurs de cette coopérative. Le prix payé par Alter Eco pour la tonne de lentilles, haricots blancs ou de blé figurera sur l'étiquette des produits.

 

Sources : Ethiquable, Alter Eco.

10:12 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/02/2011

Gaspillage et compétitivité

Le Value Chain Management Centre (VCMC) canadien envisage la lutte contre le gaspillage comme un moyen d'améliorer la compétitivité du secteur agro-alimentaire, tout en préservant l'environnement.

Dans une étude, les auteurs estiment qu'à cause du gaspillage (entendu comme la différence entre ce qui est produit et ce qui est consommé), le Canada perd 20 milliards d'euros par an soit 40% de la production agricole et 2% du PIB.

Selon cette étude, les consommateurs finaux sont responsables de plus de 50% du gaspillage (cliquer pour agrandir) :

gaspillage canada graph.jpg



Le VCMC cite des exemples d'entreprises ayant réussi à réduire leurs coûts de 20% et à augmenter leurs ventes de 10% en améliorant l'organisation de leur chaîne de valeur.

09:53 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook