Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2012

Des salades de proximité qui poussent sur le parking des restaurants

Une société japonaise a conçu un dispositif permettant de produire en ville des salades en grande quantité. L'« agri-cube » utilise des technologies de pointe en matière d'hydroponie, d'éclairage et de contrôle du milieu. Selon les concepteurs, l'appareil qui occupe une surface de 10 m², permettrait de produire 10 000 laitues par an, pour un coût de production de 0,35€ par pièce, principalement dû aux dépenses énergétiques (lumière, température) et d'engrais. Il n'intègre pas l'investissement initial qui est considérable : plus de 50 000€.

agricube3.jpg

 

 L'appareil est conçu pour la culture de divers légumes à feuilles, et de certains légumes à racine tels que les radis. Ces espèces sont en effet adaptées à la production en masse et de manière automatisée, l'objectif poursuivi étant qu'aucune qualification ne soit requise pour gérer la production. Les promoteurs de cette technologie considèrent qu'elle intéresse particulièrement les restaurants et les établissements tels que les hôpitaux.

 Aux États-Unis plusieurs entreprises fonctionnent déjà sur un modèle similaire d'agriculture urbaine. La société Podponics, par exemple, a reçu cette année un prix de l'innovation de l'État de Géorgie. Cette start-up, qui produit des salades en ville et les distribue aux restaurants du quartier, a été récompensée pour le caractère innovant de son système, qui permet de produire tout au long de l'année, à une densité beaucoup plus élevée qu'en plein champ, et en supprimant les risques liés aux aléas climatiques et sanitaires.

 Sur son site, la société met en avant l'intérêt environnemental de ce modèle. À une « agriculture traditionnelle », qu'elle décrit comme dépendante des pesticides, avec une grande distance entre producteur et consommateur, et source de gaspillages, elle oppose une « agriculture du futur » de proximité (la production se fait là où se trouve le consommateur), moins polluante (sans pesticides, maîtrise de la consommation d'eau et d'engrais), et qui n'utilise pas de surfaces arables. Principale ombre au tableau : la consommation énergétique que ce système exige.

 Alexandre Martin, Centre d'études et de prospective

 Sources (et vidéo de démonstration) : Civilisations 2.0 , Podponics 

 

15:19 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Production et marchés | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/09/2012

Supermarchés virtuels, dans le métro ou à la maison

Après l'avoir testé dans le métro de Séoul, le distributeur Tesco a inauguré en août 2012 la première épicerie virtuelledu Royaume-Uni, à l'aéroport de Gatwick. Pendant deux semaines, 10 écrans ont été installés en salle d'embarquement, présentant les photos des produits que les clients pouvaient scanner afin de se faire livrer chez eux, à leur retour.

supermarche virtuel.jpg

 

 Peapod, distributeur en ligne en partenariat entre plusieurs entreprises de distribution américaines, met également à la disposition des habitants de Chicago et Philadelphie les moyens de passer leur commande en ligne dans les stations de métro et train. De la même façon, en Espagne, Sorli Discau a ouvert son magasin virtuel dans le métro de Barcelone. Enfin, tout récemment, Carrefour a testé un dispositif similaire en gare de Lyon-Part-Dieu et gare du Nord à Paris.

 Parallèlement, Tesco a annoncé le lancement d’un magasin virtuel immersif en 3D qui s’appuie sur deux technologies : la TV connectée et la Kinect de Microsoft. Le consommateur pourra, de chez lui, se promener dans des rayons virtuels (et personnalisés) et sélectionner les produits pour qu’ils s’ajoutent automatiquement au panier d’achats.

 Un avant projet a été dévoilé par Keytree en vidéo.

 Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

 Sources : Guardian , PRNewswire, Challenges

 

 


 

15:16 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/09/2012

Une première variété de lin pour la fabrication de matériaux composites

La coopérative Terre de lin a déposé à l'inscription au catalogue européen des semences, une première variété de lin pour la fabrication de matériaux composites (fibres et matières thermoplastiques). Terre de lin, la plus grande coopérative européenne spécialisée en lin textile, voit en effet dans le marché des matériaux composites un marché prometteur.

Grâce à leurs propriétés de légèreté, solidité et souplesse, les mélanges de fibres et de matières thermoplastiques pourraient en effet être incorporés dans divers objets de la vie quotidienne (ex : tableaux de bord des voitures).

La conduite agronomique de ce nouveau type de variétés devra néanmoins être adaptée : densité de semis, date de récolte et temps de rouissage notamment.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : AgraPresse n°3356, semaine du 25 juin 2012

11:31 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/09/2012

Valorex souhaite remplacer l'importation de tourteaux de soja par une production française de protéines végétales

Valorex, fabricant d'aliments du bétail et spécialiste de la thermo-extrusion des graines oléo-protéagineuses, souhaite totalement supprimer les importations de soja, et les remplacer par des protéines végétales produites en France. Pour cette entreprise basée en Bretagne, il s'agirait, à l'horizon 2022, de renoncer à 14 600 tonnes de tourteaux de soja importés et de produire l'équivalent des 6 716 tonnes de protéines via des cultures protéagineuses telles que le lupin et la féverole. Pour cela, il sera nécessaire de multiplier par 2,6 le tonnage en protéines issues de ces cultures, ce qui revient à multiplier par 3,3 les surfaces de cultures protéagineuses en 10 ans, d'après le directeur général de Valorex.

Pour inciter les agriculteurs à accroître leurs surfaces en lupin et en féverole, Valorex envisage d'étendre la logique contractuelle qu'elle a déjà mise en place pour la culture de lin riche en omégas 3. Elle souhaite proposer des contrats de 2 ans aux agriculteurs, avec un prix minimum garanti pour le producteur, le prix de vente étant « indexé aux prix du colza et du pois, pour les prémunir de la volatilité des cours et les inciter à s'engager dans ces productions » précise le responsable des achats pour Valorex.

Ce projet correspond à la volonté de l'entreprise de contribuer à l'amélioration de l'autonomie protéique de la France (aujourd'hui la France importe 4,7 millions de tonnes de soja, soit 2,19 millions de tonnes de protéines). Valorex affiche aussi la volonté de promouvoir les légumineuses et les cultures de diversification à bas niveaux d'intrants, et d'améliorer son bilan carbone. L'approvisionnement en protéines produites localement pourrait en effet engendrer une économie estimée par Valorex à 2 352 tonnes d'équivalent carbone.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : Valorex

11:18 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/09/2012

« Vinbovin », le bovin français élevé au vin rouge

Le Conseil général de l'Hérault, la FDSEA et une association de défense du vin se sont lancés dans une expérimentation consistant à nourrir des bovins avec du vin rouge. L'initiative française s'inspire du bœuf de Kobé (Japon) nourri à la bière, et à plusieurs expérimentations au Canada et en Espagne.

 Trois bovins ont donc été nourris en 2011 pendant quatre mois avec du foin, de l'orge aplatie et du marc de raisin, puis du vin languedocien. « L'alcool ingéré doit représenter l'équivalent de la consommation recommandée par les autorités de santé pour un homme », précisent les responsables de l'opération. Pour un bovin, cela représente environ 1,5 litre de vin par jour.

 Les bovins ont été « dégustés » et la viande s'est révélée « à la texture très spéciale, belle, persillée, fondante » d'après M. Pourcel, chef étoilé au Michelin. Cette viande serait en effet destinée aux tables de luxe, d'autant que le coût de l'alimentation est multiplié par trois par le surcoût dû au vin rouge. Une seconde expérimentation devrait démarrer à la fin de l'année 2012.

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

Source : Conseil général de l'Hérault

 

 

11:11 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/07/2012

La culture de viande in vitro à partir de cellules souche : défis et perspectives

Un article du Meat Science journal fait la synthèse de différentes alternatives à la viande, en mettant l'accent sur la viande in vitro, également nommée « steak artificiel ». La production de muscle artificiel à partir de cellules souches de bovins est possible depuis environ 15 ans, mais n'a encore jamais été utilisée aux fins de production de viande.

Le recours à de la viande in vitro est considéré par certains comme une alternative susceptible de pallier les inconvénients liés à l'impact environnemental, de prendre en compte le bien-être animal ou certains risques de santé publique pouvant être associés à la consommation de viande. L'équipe du Dr Post (université de Maastricht) effectue des travaux visant à synthétiser, pour le mois d'octobre 2012, un steak artificiel. Un investisseur privé a financé ces recherches à hauteur de 250 000 euros.

Toutefois, l’INRA estime aujourd’hui qu’il est possible, tout au plus, de produire en faible quantité un agglomérat de cellules musculaires qui ne ressemble ni tout à fait à du muscle ni à un steak. En plus des handicaps financiers et techniques de cette synthèse, il faudra également, pour envisager un jour la commercialisation de ce produit, pallier son absence de qualité gustative et améliorer son image auprès des consommateurs. Il conviendra aussi d'évaluer les aspects environnementaux et le bilan énergétique de la production in vitro par rapport à la production naturelle.

 Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

 Source : Post, M.J., « Cultured meat from stem cells: Challenges and prospects », Meat Science (2012) « Viande in vitro : entre faux espoirs et vraies solutions, comment gérer les pénuries
alimentaires ? »,  Atlantico, 8 mars 2012

16:45 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : viande |  Imprimer | | | | |  Facebook

Droits carbone pour reboiser l'Aquitaine

La région Aquitaine a signé, jeudi 7 juin 2012, son premier achat de droits aux crédits carbone à deux sylviculteurs de la région, via l'association Aquitaine Carbon, dont l'ambition est de contribuer au reboisement de 220 000 ha de forêt sinistrée en 2009 par la tempête Klaus.

Partie prenante du programme régional lancé après cette tempête, l’association crée pour l’Aquitaine des crédits carbone, achetés aux sylviculteurs puis revendus aux collectivités, particuliers ou entreprises souhaitant compenser leurs émissions de gaz à effets de serre. Le financement dégagé pour les sylviculteurs leur permettra de mettre en œuvre ou d’accentuer leurs efforts de reboisement.

L’Aquitaine est la première région forestière française et elle possède la plus grande forêt cultivée d’Europe (1,8 million ha). Sa production annuelle est de 8,5 millions de m3, soit le quart de la production française, et la filière forêt-bois-papier représente dans la région 34.000 emplois directs et plus de 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

 

Source : Communiqué de presse du Conseil régional d'Aquitaine

 


14:52 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Forêts Bois | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/06/2012

Grand projet de ferme urbaine à New-York

D'après Transrural Initiatives, la société privée Bright Farms a le projet de construire à New York, dans le quartier de Brooklyn, une grande ferme urbaine sur le toit d'anciens entrepôts. Une serre hydroponique qui réutiliserait l'eau de pluie occuperait 9000 m2.

Un autre projet serait à l'étude dans le Bronx et dans la ville de St Paul. Depuis la nouvelle règlementation sur la construction baptisée Zone Green, en application depuis avril 2012, les installations de serres ou autres plantations sur les toits ont en effet été rendues plus faciles.

Source : Transrural Initiatives, n°416, mai 2012, site Internet de Bright Farms

14:34 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Agronomie | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/06/2012

Vers un retour du cheval de trait en viticulture ?

Depuis quelques années, de plus en plus de viticulteurs font le choix de réintroduire le cheval comme outil de travail dans leur exploitation. On ne peut pas quantifier précisément le phénomène mais il prend de l'ampleur et concerne des surfaces non négligeables. Certains lycées agricoles commencent même à proposer des formations en attelage de chevaux. En Bourgogne, plus d'une dizaine de prestataires en traction animale sont installés au service des viticulteurs et plus de 200 ha y sont labourés à cheval. Plusieurs vignobles prestigieux ont fait le choix du cheval, sans pour autant communiquer sur cette pratique.

Le cheval peut être utilisé pour une diversité d'opérations (labour, désherbage, binage, épandage du fumier) ou encore pour transporter le raisin lors des vendanges. D'après ses partisans, il évite le tassement des sols. Dans les exploitations en agriculture biologique en particulier, où les passages sont très nombreux, la traction animale améliore l'aération du sol et l'accès à l'eau par les racines de la vigne. Elle offre également la possibilité d'accéder à des parcelles très pentues ou plantées en rangs très serrées, où le passage du tracteur est difficile. Elle peut aussi réduire le bilan carbone de l'exploitation.

En termes de performances économiques, les coûts de production en traction animale semblent légèrement supérieurs, en raison du besoin accru en main-d'œuvre et d'une vitesse de travail inférieure. En Bourgogne, les viticulteurs ont estimé que le surcoût dû à la traction animale correspondait « au prix d'un bouchon supplémentaire par bouteille de vin ».

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

Sources : Aujourd'hui en France, 13 juin 2012, La Nouvelle République, 20 janvier 2012

14:31 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Agronomie, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

23/06/2012

Bientôt des emballages comestibles ?

Pour réduire la quantité de déchets liés au suremballage, la start-up franco-américaine Wikicells déclare avoir mis au point des emballages comestibles. Réalisés, soit sous forme de boîte classique ou de coqueà partir de bagasse (pulpe de canne à sucre), soit sous forme de membrane fabriquée à partir d'aliments variés (ex : chocolat, tomate), ils peuvent recouvrir tous les types d'aliments. Ces emballages étant comestibles, il faut les passer sous l'eau avant de les consommer et ils auront une date de péremption. « Il faudra éduquer le consommateur à ce nouveau type de produits », a déclaré le fondateur de la start-up, professeur à Harvard. Les premiers produits seront mis en vente cet automne au Laboratoire, un lieu d'exposition installé à Paris.

 

Source : RIA, La revue de l'industrie agroalimentaire


14:30 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/06/2012

Des distributeurs automatiques proposant des produits « sains »

Selon le site agro-media.fr, la Chambre Syndicale Nationale de la Distribution Automatique (NAVSA) propose de découvrir en avant-première les distributeurs automatiques labellisés « feelGood. De la variété dans votre distributeur® » sur le site www.dafeelgood.fr. Ce label distingue les distributeurs automatiques proposant des produits variés sur le plan nutritionnel autour de 4 familles d’aliments :

- les fruits et légumes (ex : fruits ou légumes à croquer, jus de fruits, compotes sans sucres ajoutés, soupes et gaspachos, smoothies) ;

- les boissons rafraîchissantes sans alcool (ex : eaux plates et gazeuses, natures ou aromatisées, sodas light, thés glacés sans sucres ajoutés) ;

- les produits céréaliers (ex : barres de céréales complètes, flocons de céréales allégés en sucres, biscuits) ;

- les produits laitiers (ex : yaourts à boire, portions de fromages pré-emballées, briques de lait aromatisé).

Le label est attribué en fonction d’un cahier des charges précis, élaboré avec l’appui de nutritionnistes. Un organisme indépendant sera chargé d'effectuer des contrôles réguliers.

Source : agro-media.fr

14:28 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/06/2012

Des universités américaines organisent la vente directe des agriculteurs sur leur campus

Aux États-Unis, la vente directe sur des marchés par les agriculteurs, tout en restant un phénomène de niche, se développe sur les campus universitaires, selon le site Best colleges on line, qui a établi la liste des 10 marchés universitaires les plus importants.

En effet, des universités et des associations d'étudiants s'associent de plus en plus à des agriculteurs pour organiser des marchés de producteurs sur les campus. Les buts affichés sont de favoriser l'économie locale, d'améliorer la nutrition des étudiants et de recréer un lien entre alimentation et sa provenance agricole.

 

Jo Cadilhon, Centre d'études et de prospective

16:22 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

04/06/2012

Essor de l'industrie agroalimentaire africaine

De nombreux éléments ont déjà annoncé le développement de l'agriculture et des agro-industries sur le continent africain : terres cultivables disponibles, investissements étrangers de grande échelle dans l'agriculture et l'agro-industrie, attention renouvelée par les bailleurs de fonds et les décideurs politiques, échanges d'expériences avec les autres pays en voie de développement, etc.

Selon un article paru dans l'hebdomadaire Jeune Afrique, les premiers résultats de ce développement agro-industriel sur le continent africain apparaissent enfin.

 C'est ainsi que la société sénégalaise Patisen est devenue leader du marché régional d'Afrique de l'Ouest des pâtes à tartiner chocolatées et des bouillons cubes. Ses marques locales sont conçues pour répondre aux demandes des consommateurs locaux. Patisen est un concurrent direct de Nestlé, pourtant fort d'une présence séculaire et ancien leader du marché. La société investit à présent en Afrique Centrale et élargit sa gamme de produits et services pour approvisionner la grande distribution et la restauration hors domicile, secteurs émergents sur le continent.

 

Jo Cadilhon, Centre d'études et de prospective

 


16:17 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/06/2012

Evian généralise la vente directe au consommateur

D'après le site http://www.evianchezvous.com/, Evian, la marque d'eau minérale du groupe Danone, lance un service de livraison de packs d’eau à domicile dans la région parisienne.

A partir de 2013, la commande pourra se faire par l'intermédiaire d’un boitier en forme de goutte d’eau, le Smart Drop, collé au frigo et relié à internet en Wifi, qui permettra de préciser les quantités souhaitées ainsi que le jour et l’heure de livraison.

L'objectif est de reconquérir une clientèle urbaine, de moins en moins motorisée, qui n'achète pas ou plus d'eau minérale en bouteilles. Le service est testé par Evian depuis quelques mois déjà dans le XVe arrondissement de Paris puis a été étendu depuis mars à l’ensemble de la capitale et quelques villes voisines de l’ouest parisien. Danone pourrait le lancer au niveau national, concurrençant ainsi la grande distribution.

 

evian-smart-drop-objet-connecte-tech.jpg

16:16 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/06/2012

Open Food Facts, l'information alimentaire ouverte

Selon le site collaboratif Open food facts, à l’instar de l’encyclopédie Wikipedia, ce site s'appuie sur les internautes pour recenser l'ensemble des produits alimentaires et leur composition. Ceux-ci sont invités à « partir en mission » dans les rayons afin de prendre en photo les étiquettes des aliments et remplir leurs fiches de composition nutritionnelle sur le site.

 

mission-releveur-d-empreintes.png


Open Food Facts a trois objectifs principaux :

 

  • aider les consommateurs à décrypter les étiquettes (pour identifier et éviter les additifs alimentaires, comparer les produits et trouver des produits similaires plus sains, trouver des produits qui ne contiennent pas (ou moins) certaines substances que l'on veut éviter : graisses, sels, additifs, allergènes etc.) ;

  • inciter les industriels à proposer des produits plus sains, en notant les produits et en publiant des comparatifs de composition nutritionnelle ou en vérifiant les allégations du type "25% de sucre/sel/gras en moins par rapport aux autres produits de la catégorie" ;

  • aider la recherche (en croisant les données avec celles d'autres études).

 

Plus de 1000 produits ont déjà été répertoriés dans la base, grâce à une soixantaine de contributeurs.

 

Céline Laisney, centre d'études et de prospective

16:13 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, IAA | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook