Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2013

Bien-être animal et grande distribution

 Monoprix a annoncé que les oeufs vendus sous sa marque propre ne seraient plus que des oeufs issus de poules élevées en plein air à partir d'avril 2013. La démarche avait déjà été engagée depuis septembre 2012 dans 30 magasins. L’association L214, qui a fait pression sur Monoprix dans ce sens, se réjouit que l’enseigne soit la première « à exclure un produit de sa marque du fait des souffrances animales générées ».

Source : Monoprix

10:53 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

24/01/2013

Des poules pour réduire les déchets ménagers

 La communauté de communes de Podensac en Gironde offre aux habitants 300 poules afin d'économiser sur la collecte des déchets (une poule consomme en moyenne 150 kg de déchets végétaux par an). Dans le Val-de-Marne, c'est le syndicat intercommunal en charge de la collecte et du traitement des déchets qui va offrir à 30 familles témoins deux poules ainsi qu'un poulailler à monter et une balance pour peser les restes distribués aux animaux. L'objectif de l'opération, financée par l'ADEME, est de mesurer la quantité de déchets évités et de montrer l'exemple.

Source : Le Parisien, 14/01/2013

10:48 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

23/01/2013

Auchan lance un portail internet alimentation-santé

Le site Mieux vivre par Auchan, qui s'adresse aux personnes sujettes aux allergies alimentaires ou encore au diabète, propose à l'internaute de créer son profil nutritionnel pour gérer ses préférences. Une e-boutique permet d'acheter des produits compatibles avec ces contraintes.

10:47 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

22/01/2013

Terrena lance sa marque Nouvelle Agriculture®

 La coopérative Terrena a présenté, le 19 février, sa marque « Nouvelle agriculture ». Le cahier des charges, contrôlé par un bureau indépendant, garantit une alimentation sans OGM, avec de la luzerne et des graines de lin (en partenariat avec la filière Bleu blanc cœur), et sans antibiotiques. L'offre concerne pour l'instant la viande de lapin, mais devrait s'étendre à d'autres viandes. Terrena vise l’engagement de 1000 agriculteurs d’ici à 2015.

 Source : Terrena

 


 

10:46 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

21/01/2013

Farm datings pour trouver un associé

 Les farm datings organisés par des chambres d'agriculture sur le modèle des speed datings de rencontre, se multiplient depuis peu dans l'Ouest de la France, pour permettre aux exploitants ayant un associé sur le point de partir à la retraite de trouver un jeune pour le remplacer.

 Source : Nouvel Observateur, 10/02/2013

 

10:45 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Agriculteurs, Travail et emploi | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

18/01/2013

Rayons Made in France chez Leclerc

 Le distributeur Leclerc a inauguré dans plusieurs de ses magasins des rayons Made in France, indiqués par de larges bandeaux bleu-blanc-rouge.

 Jusqu'ici, les distributeurs avaient plutôt favorisé l'affichage de produits locaux ou régionaux Système U (« U de… »), Casino (« Le meilleur d’ici. ») ou Carrefour (« Reflets de France »). Leclerc se donne un an pour « optimiser » le concept.

 

10:45 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/01/2013

Le mouvement des « Incroyables comestibles », des légumes à partager

Venu du Royaume-Uni, le mouvement des « incroyables comestibles » (incredible edible) rassemble des personnes qui cultivent un potager et en mettent la récolte en libre disposition pour ceux qui en ont besoin. Lancé en 2008 à Todmorden, cité industrielle du nord de l'Angleterre frappée par la crise, le mouvement s'est développé en Alsace, puis un peu partout en France, stimulé notamment par les nouvelles technologies (page Facebook). Des groupes régionaux se sont structurés pour échanger conseils et graines. Le mouvement essaime dans le monde entier (voir la carte).

S'il s'agit au départ d'une initiative citoyenne spontanée, des municipalités accompagnent ou encouragent le mouvement, comme la ville de Muttersholtz, dans le Haut-Rhin, qui a intégré la démarche dans son schéma urbanistique. De même, la mairie de Moriani, près de Bastia, apporte son aide pour cultiver des terres-pleins devant des immeubles de logements sociaux. La ville de Paris a, quant à elle, relayé l’information sur son site Internet, lançant un appel à participer au mouvement.

Ce phénomène est encore très marginal et encore loin de pouvoir faire de l'ombre aux maraîchers. Il vise surtout à opérer un changement de regard sur la production locale (un sondage réalisé auprès des habitants de Todmorden, la « ville pilote », montre que 83% d'entre eux privilégient désormais les produits locaux dans leurs achats). L'objectif est également de recréer du lien social, rejoignant ainsi d'autres initiatives comme celle de l'association Lien ElémenTerre, née à saint-Nazaire et qui commence à essaimer à travers la France : celle-ci propose la mise en relation entre des habitants disposant d’un jardin mais ne pouvant pas ou plus s’en occuper (souvent des personnes âgées) et des personnes désirant jardiner mais sans terrain, dans le cadre d'un échange gratuit.

D'une manière générale, les jardins partagés, dans les friches industrielles ou sur les toits des immeubles, se multiplient ces dernières années dans les villes.

 

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

 

Source : Incroyables comestibles

16:03 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Agronomie | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/01/2013

Des eucalyptus OGM pour produire des biocarburants ?

La société israélienne FuturaGene développe des eucalyptus génétiquement modifiés et poussant 40% plus vite que la normale (27 mètres de haut au bout de cinq ans et demi; 104 mètres cubes de bois par hectare et par an), et dont le bois pourrait servir à fabriquer du papier, du carburant ou des granulés pour centrales électriques. La croissance rapide des arbres permettrait une réduction importante des prix. Plusieurs centaines de parcelles d'expérimentation existent aujourd'hui, surtout aux États-Unis, mais l'Europe et les États-Unis refusent d'autoriser l'exploitation commerciale de ces arbres. La société est actuellement en attente d'une autorisation d'exploitation commerciale au Brésil, à partir de 2015. La culture de ces arbres génétiquement modifiés comporte néanmoins des risques environnementaux, reconnus par la société FuturaGene et dénoncés par les associations de défense de l'environnement (diminution des ressources en eau, prolifération incontrôlée, baisse de la biodiversité, etc.).

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : Courrier International

16:01 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Biomasse/Biocarburants, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/01/2013

Lancement d'un « Food tank »

 Ellen Gustafson et Danielle Nierenberg, chercheuses en agriculture durable, ont lancé le 10 Janvier 2013 FoodTank, un Think Tank sur le système alimentaire mondial.

 L'objectif est d'informer et de relayer les innovations mises en œuvre avec succès sur le terrain (comme celles recensées dans le rapport 2011 du Worldwatch Institute, publié en français aux éditions de La Martinière), de rédiger rapports et études sur la sécurité alimentaire, et de préparer un sommet mondial.

 

Source : Food Tank

 

16:00 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/11/2012

Des insectes comme aliment d'élevage

Selon une étude de l'université de Wageningen, réalisée avec le financement du ministère néerlandais de l'économie, de l'agriculture et de l'innovation, les insectes seraient une alternative durable pour nourrir les poulets et les porcs.

Toutefois, une production à grande échelle serait confrontée à des obstacles réglementaires : considérés comme « protéines animales », ils ne sont pas autorisés pour l'alimentation animale du fait de la législation européenne actuelle relative à l'ESB. La certification GMP+ (Good Manufacturing Practices) International, ensemble de référentiels basés sur l'analyse de risques (HACCP Hazard Analysis Critical Control Point), dans le domaine de la nutrition animale, devrait être également adaptée.

L'étude de faisabilité montre enfin que la production devrait changer d'échelle pour être rentable. Aux Pays-Bas, environ une vingtaine de sociétés produisent déjà des insectes à destination des zoos et animaleries.

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Source : Wageningen

16:37 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/11/2012

Inauguration d'une usine de méthanisation à base de déchets alimentaires

Le groupe Saria, spécialisé dans la valorisation de la biomasse, vient d'ouvrir en Loire-Atlantique une usine de méthanisation à base de déchets alimentaires. Le méthaniseur doit convertir 58 000 tonnes de déchets par an en 17 500 MWh d'électricité et 19 000 MWh de chaleur, soit la consommation de 2500 foyers. Les déchets proviennent de l'industrie agroalimentaire, des invendus de la grande distribution (dont les emballages sont retirés mécaniquement sur place) et de la restauration. L'usine a bénéficié de financements du groupe Terrena, de l'Ademe et de l'Union européenne.

 Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 Source : Les Echos, 24/10/2012

16:36 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Biomasse/Biocarburants | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/10/2012

Recrudescence de la maladie de West Nile chez les chevaux aux États-Unis

Un article paru le 10 octobre 2012 dans le revue américaine Horse Com révèle que le service de l'inspection de santé animale et végétale (APHIS) de l'USDA (United States Department Agriculture) a recensé en 2012 plus de 400 cas de maladie de West Nile chez les chevaux sur le territoire des États-Unis. À titre indicatif, le nombre de cas en 2011 était de 87, ce qui représente une augmentation 372 %.

De plus, selon la vétérinaire d'État du Nord Dakota, ce chiffre est probablement sous-estimé car de nombreux chevaux sont soignés de manière symptomatique, sans faire l'objet d'un test. Il y a également de nombreux chevaux porteurs de la maladie et dont les symptômes sont inexistants et passent inaperçus.

La maladie de West Nile est une maladie vectorielle transmise par piqûre de moustique et qui peut atteindre en bout de chaîne l'homme ou le cheval, les oiseaux jouant le rôle de réservoir. En Floride, selon une professeure du collège de médecine vétérinaire, le nombre de cas humains semble avoir été supérieur au nombre de cas équins.

Cette augmentation du nombre de cas aux États-Unis peut s'expliquer, d'une part, par une résistance accrue de la population aviaire qui peut provoquer une mutation virale, et d'autre part par les conditions météorologiques. On peut s'attendre à ce que la maladie de West Nile se manifeste par des épidémies cycliques, liées au réchauffement climatique.

La maladie de West Nile, auparavant localisée en Afrique et dans certains pays du pourtour méditerranéen, gagne ainsi de plus en plus les pays tempérés. La première apparition sur le continent américain date de 1999, dans l'État de New York. En France, le virus est signalé au cours des années 1990 après une apparition unique en Camargue au début des années 1960. La maladie fait l'objet d'un suivi chez les populations équine, aviaire et humaine, suivi renforcé pendant la saison chaude et dans les départements méditerranéens.

Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

Source : The Horse.com 

14:43 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/10/2012

Ouverture d'un « Drive fermier »

À l'initiative de la chambre d'agriculture, avec une vingtaine de producteurs, le premier « drive fermier » a ouvert Gironde sur la rocade bordelaise. Les consommateurs peuvent commander sur Internet (depuis le site www.drive-fermier.fr/33) des produits 100% girondins, dont certains labellisés agriculture biologique, et venir les chercher directement dans des hangars dédiés à cet effet. Au total, 200 produits sont proposés (300 références à terme). L'objectif est d'ouvrir une dizaine de drive fermiers d'ici la fin 2013, mais l’opération pourrait également s'étendre à d’autres régions de France.

 Source : Chambre d'agriculture de Gironde


14:35 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/10/2012

Union Bio Semences, la première coopérative de grandes cultures bio en Ile-de-France

Union Bio Semences a été inaugurée début octobre en région parisienne : il s'agit de la première coopérative dédiée aux grandes cultures bio pouvant fonctionner à grande échelle et stocker d'importantes quantités de grain. Cette usine collecte, trie et emballe diverses cultures (blé, maïs, lin, soja,etc.) cultivées en Ile-de-France, Bourgogne, Picardie et Normandie : de 2800 tonnes en 2011, la production devrait à terme passer à 26 000 tonnes.

Il s'agit d'une avancée importante pour la filière grandes cultures bio car cette usine améliorera les débouchés des agriculteurs. Sa construction a été soutenue par les régions Ile-de-France et Bourgogne, la régie municipale de l'eau de Paris et l'agence de l'eau Seine-Normandie, qui souhaitent en particulier promouvoir l'agriculture biologique dans les zones de captage d'eau potable.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 Source : Eau de Paris


 

14:32 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : bio, coopératives |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/10/2012

McDonald's va ouvrir son premier restaurant 100% végétarien en Inde

Le numéro un mondial du secteur prévoit d'ouvrir des fast food végétariens dans deux villes saintes d'Inde en 2013, afin de s'adapter aux traditions culinaires et religieuses. Ses premiers restaurants ouverts en 1996 ne proposaient déjà pas de viande de boeuf, animal sacré pour les hindouistes. La chaîne de sandwichs Subway ainsi que Domino's Pizza comptent déjà des points de vente uniquement végétariens dans le pays. Avec 271 restaurants seulement, sur 33 000 dans le monde, le marché indien est encore marginal pour Mc Donald's, mais la firme, qui envisage un potentiel important de développement du pays, le considère comme une priorité.

 Source : AFP