Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2013

Des eucalyptus OGM pour produire des biocarburants ?

La société israélienne FuturaGene développe des eucalyptus génétiquement modifiés et poussant 40% plus vite que la normale (27 mètres de haut au bout de cinq ans et demi; 104 mètres cubes de bois par hectare et par an), et dont le bois pourrait servir à fabriquer du papier, du carburant ou des granulés pour centrales électriques. La croissance rapide des arbres permettrait une réduction importante des prix. Plusieurs centaines de parcelles d'expérimentation existent aujourd'hui, surtout aux États-Unis, mais l'Europe et les États-Unis refusent d'autoriser l'exploitation commerciale de ces arbres. La société est actuellement en attente d'une autorisation d'exploitation commerciale au Brésil, à partir de 2015. La culture de ces arbres génétiquement modifiés comporte néanmoins des risques environnementaux, reconnus par la société FuturaGene et dénoncés par les associations de défense de l'environnement (diminution des ressources en eau, prolifération incontrôlée, baisse de la biodiversité, etc.).

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : Courrier International

16:01 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Biomasse/Biocarburants, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/01/2013

Lancement d'un « Food tank »

 Ellen Gustafson et Danielle Nierenberg, chercheuses en agriculture durable, ont lancé le 10 Janvier 2013 FoodTank, un Think Tank sur le système alimentaire mondial.

 L'objectif est d'informer et de relayer les innovations mises en œuvre avec succès sur le terrain (comme celles recensées dans le rapport 2011 du Worldwatch Institute, publié en français aux éditions de La Martinière), de rédiger rapports et études sur la sécurité alimentaire, et de préparer un sommet mondial.

 

Source : Food Tank

 

16:00 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/11/2012

Des insectes comme aliment d'élevage

Selon une étude de l'université de Wageningen, réalisée avec le financement du ministère néerlandais de l'économie, de l'agriculture et de l'innovation, les insectes seraient une alternative durable pour nourrir les poulets et les porcs.

Toutefois, une production à grande échelle serait confrontée à des obstacles réglementaires : considérés comme « protéines animales », ils ne sont pas autorisés pour l'alimentation animale du fait de la législation européenne actuelle relative à l'ESB. La certification GMP+ (Good Manufacturing Practices) International, ensemble de référentiels basés sur l'analyse de risques (HACCP Hazard Analysis Critical Control Point), dans le domaine de la nutrition animale, devrait être également adaptée.

L'étude de faisabilité montre enfin que la production devrait changer d'échelle pour être rentable. Aux Pays-Bas, environ une vingtaine de sociétés produisent déjà des insectes à destination des zoos et animaleries.

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Source : Wageningen

16:37 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/11/2012

Inauguration d'une usine de méthanisation à base de déchets alimentaires

Le groupe Saria, spécialisé dans la valorisation de la biomasse, vient d'ouvrir en Loire-Atlantique une usine de méthanisation à base de déchets alimentaires. Le méthaniseur doit convertir 58 000 tonnes de déchets par an en 17 500 MWh d'électricité et 19 000 MWh de chaleur, soit la consommation de 2500 foyers. Les déchets proviennent de l'industrie agroalimentaire, des invendus de la grande distribution (dont les emballages sont retirés mécaniquement sur place) et de la restauration. L'usine a bénéficié de financements du groupe Terrena, de l'Ademe et de l'Union européenne.

 Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 Source : Les Echos, 24/10/2012

16:36 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Biomasse/Biocarburants | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

13/10/2012

Recrudescence de la maladie de West Nile chez les chevaux aux États-Unis

Un article paru le 10 octobre 2012 dans le revue américaine Horse Com révèle que le service de l'inspection de santé animale et végétale (APHIS) de l'USDA (United States Department Agriculture) a recensé en 2012 plus de 400 cas de maladie de West Nile chez les chevaux sur le territoire des États-Unis. À titre indicatif, le nombre de cas en 2011 était de 87, ce qui représente une augmentation 372 %.

De plus, selon la vétérinaire d'État du Nord Dakota, ce chiffre est probablement sous-estimé car de nombreux chevaux sont soignés de manière symptomatique, sans faire l'objet d'un test. Il y a également de nombreux chevaux porteurs de la maladie et dont les symptômes sont inexistants et passent inaperçus.

La maladie de West Nile est une maladie vectorielle transmise par piqûre de moustique et qui peut atteindre en bout de chaîne l'homme ou le cheval, les oiseaux jouant le rôle de réservoir. En Floride, selon une professeure du collège de médecine vétérinaire, le nombre de cas humains semble avoir été supérieur au nombre de cas équins.

Cette augmentation du nombre de cas aux États-Unis peut s'expliquer, d'une part, par une résistance accrue de la population aviaire qui peut provoquer une mutation virale, et d'autre part par les conditions météorologiques. On peut s'attendre à ce que la maladie de West Nile se manifeste par des épidémies cycliques, liées au réchauffement climatique.

La maladie de West Nile, auparavant localisée en Afrique et dans certains pays du pourtour méditerranéen, gagne ainsi de plus en plus les pays tempérés. La première apparition sur le continent américain date de 1999, dans l'État de New York. En France, le virus est signalé au cours des années 1990 après une apparition unique en Camargue au début des années 1960. La maladie fait l'objet d'un suivi chez les populations équine, aviaire et humaine, suivi renforcé pendant la saison chaude et dans les départements méditerranéens.

Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

Source : The Horse.com 

14:43 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/10/2012

Ouverture d'un « Drive fermier »

À l'initiative de la chambre d'agriculture, avec une vingtaine de producteurs, le premier « drive fermier » a ouvert Gironde sur la rocade bordelaise. Les consommateurs peuvent commander sur Internet (depuis le site www.drive-fermier.fr/33) des produits 100% girondins, dont certains labellisés agriculture biologique, et venir les chercher directement dans des hangars dédiés à cet effet. Au total, 200 produits sont proposés (300 références à terme). L'objectif est d'ouvrir une dizaine de drive fermiers d'ici la fin 2013, mais l’opération pourrait également s'étendre à d’autres régions de France.

 Source : Chambre d'agriculture de Gironde


14:35 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/10/2012

Union Bio Semences, la première coopérative de grandes cultures bio en Ile-de-France

Union Bio Semences a été inaugurée début octobre en région parisienne : il s'agit de la première coopérative dédiée aux grandes cultures bio pouvant fonctionner à grande échelle et stocker d'importantes quantités de grain. Cette usine collecte, trie et emballe diverses cultures (blé, maïs, lin, soja,etc.) cultivées en Ile-de-France, Bourgogne, Picardie et Normandie : de 2800 tonnes en 2011, la production devrait à terme passer à 26 000 tonnes.

Il s'agit d'une avancée importante pour la filière grandes cultures bio car cette usine améliorera les débouchés des agriculteurs. Sa construction a été soutenue par les régions Ile-de-France et Bourgogne, la régie municipale de l'eau de Paris et l'agence de l'eau Seine-Normandie, qui souhaitent en particulier promouvoir l'agriculture biologique dans les zones de captage d'eau potable.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 Source : Eau de Paris


 

14:32 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : bio, coopératives |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/10/2012

McDonald's va ouvrir son premier restaurant 100% végétarien en Inde

Le numéro un mondial du secteur prévoit d'ouvrir des fast food végétariens dans deux villes saintes d'Inde en 2013, afin de s'adapter aux traditions culinaires et religieuses. Ses premiers restaurants ouverts en 1996 ne proposaient déjà pas de viande de boeuf, animal sacré pour les hindouistes. La chaîne de sandwichs Subway ainsi que Domino's Pizza comptent déjà des points de vente uniquement végétariens dans le pays. Avec 271 restaurants seulement, sur 33 000 dans le monde, le marché indien est encore marginal pour Mc Donald's, mais la firme, qui envisage un potentiel important de développement du pays, le considère comme une priorité.

 Source : AFP 

 

17/09/2012

Des salades de proximité qui poussent sur le parking des restaurants

Une société japonaise a conçu un dispositif permettant de produire en ville des salades en grande quantité. L'« agri-cube » utilise des technologies de pointe en matière d'hydroponie, d'éclairage et de contrôle du milieu. Selon les concepteurs, l'appareil qui occupe une surface de 10 m², permettrait de produire 10 000 laitues par an, pour un coût de production de 0,35€ par pièce, principalement dû aux dépenses énergétiques (lumière, température) et d'engrais. Il n'intègre pas l'investissement initial qui est considérable : plus de 50 000€.

agricube3.jpg

 

 L'appareil est conçu pour la culture de divers légumes à feuilles, et de certains légumes à racine tels que les radis. Ces espèces sont en effet adaptées à la production en masse et de manière automatisée, l'objectif poursuivi étant qu'aucune qualification ne soit requise pour gérer la production. Les promoteurs de cette technologie considèrent qu'elle intéresse particulièrement les restaurants et les établissements tels que les hôpitaux.

 Aux États-Unis plusieurs entreprises fonctionnent déjà sur un modèle similaire d'agriculture urbaine. La société Podponics, par exemple, a reçu cette année un prix de l'innovation de l'État de Géorgie. Cette start-up, qui produit des salades en ville et les distribue aux restaurants du quartier, a été récompensée pour le caractère innovant de son système, qui permet de produire tout au long de l'année, à une densité beaucoup plus élevée qu'en plein champ, et en supprimant les risques liés aux aléas climatiques et sanitaires.

 Sur son site, la société met en avant l'intérêt environnemental de ce modèle. À une « agriculture traditionnelle », qu'elle décrit comme dépendante des pesticides, avec une grande distance entre producteur et consommateur, et source de gaspillages, elle oppose une « agriculture du futur » de proximité (la production se fait là où se trouve le consommateur), moins polluante (sans pesticides, maîtrise de la consommation d'eau et d'engrais), et qui n'utilise pas de surfaces arables. Principale ombre au tableau : la consommation énergétique que ce système exige.

 Alexandre Martin, Centre d'études et de prospective

 Sources (et vidéo de démonstration) : Civilisations 2.0 , Podponics 

 

15:19 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Production et marchés | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/09/2012

Supermarchés virtuels, dans le métro ou à la maison

Après l'avoir testé dans le métro de Séoul, le distributeur Tesco a inauguré en août 2012 la première épicerie virtuelledu Royaume-Uni, à l'aéroport de Gatwick. Pendant deux semaines, 10 écrans ont été installés en salle d'embarquement, présentant les photos des produits que les clients pouvaient scanner afin de se faire livrer chez eux, à leur retour.

supermarche virtuel.jpg

 

 Peapod, distributeur en ligne en partenariat entre plusieurs entreprises de distribution américaines, met également à la disposition des habitants de Chicago et Philadelphie les moyens de passer leur commande en ligne dans les stations de métro et train. De la même façon, en Espagne, Sorli Discau a ouvert son magasin virtuel dans le métro de Barcelone. Enfin, tout récemment, Carrefour a testé un dispositif similaire en gare de Lyon-Part-Dieu et gare du Nord à Paris.

 Parallèlement, Tesco a annoncé le lancement d’un magasin virtuel immersif en 3D qui s’appuie sur deux technologies : la TV connectée et la Kinect de Microsoft. Le consommateur pourra, de chez lui, se promener dans des rayons virtuels (et personnalisés) et sélectionner les produits pour qu’ils s’ajoutent automatiquement au panier d’achats.

 Un avant projet a été dévoilé par Keytree en vidéo.

 Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

 Sources : Guardian , PRNewswire, Challenges

 

 


 

15:16 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/09/2012

Une première variété de lin pour la fabrication de matériaux composites

La coopérative Terre de lin a déposé à l'inscription au catalogue européen des semences, une première variété de lin pour la fabrication de matériaux composites (fibres et matières thermoplastiques). Terre de lin, la plus grande coopérative européenne spécialisée en lin textile, voit en effet dans le marché des matériaux composites un marché prometteur.

Grâce à leurs propriétés de légèreté, solidité et souplesse, les mélanges de fibres et de matières thermoplastiques pourraient en effet être incorporés dans divers objets de la vie quotidienne (ex : tableaux de bord des voitures).

La conduite agronomique de ce nouveau type de variétés devra néanmoins être adaptée : densité de semis, date de récolte et temps de rouissage notamment.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : AgraPresse n°3356, semaine du 25 juin 2012

11:31 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/09/2012

Valorex souhaite remplacer l'importation de tourteaux de soja par une production française de protéines végétales

Valorex, fabricant d'aliments du bétail et spécialiste de la thermo-extrusion des graines oléo-protéagineuses, souhaite totalement supprimer les importations de soja, et les remplacer par des protéines végétales produites en France. Pour cette entreprise basée en Bretagne, il s'agirait, à l'horizon 2022, de renoncer à 14 600 tonnes de tourteaux de soja importés et de produire l'équivalent des 6 716 tonnes de protéines via des cultures protéagineuses telles que le lupin et la féverole. Pour cela, il sera nécessaire de multiplier par 2,6 le tonnage en protéines issues de ces cultures, ce qui revient à multiplier par 3,3 les surfaces de cultures protéagineuses en 10 ans, d'après le directeur général de Valorex.

Pour inciter les agriculteurs à accroître leurs surfaces en lupin et en féverole, Valorex envisage d'étendre la logique contractuelle qu'elle a déjà mise en place pour la culture de lin riche en omégas 3. Elle souhaite proposer des contrats de 2 ans aux agriculteurs, avec un prix minimum garanti pour le producteur, le prix de vente étant « indexé aux prix du colza et du pois, pour les prémunir de la volatilité des cours et les inciter à s'engager dans ces productions » précise le responsable des achats pour Valorex.

Ce projet correspond à la volonté de l'entreprise de contribuer à l'amélioration de l'autonomie protéique de la France (aujourd'hui la France importe 4,7 millions de tonnes de soja, soit 2,19 millions de tonnes de protéines). Valorex affiche aussi la volonté de promouvoir les légumineuses et les cultures de diversification à bas niveaux d'intrants, et d'améliorer son bilan carbone. L'approvisionnement en protéines produites localement pourrait en effet engendrer une économie estimée par Valorex à 2 352 tonnes d'équivalent carbone.

 

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

 

Source : Valorex

11:18 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

01/09/2012

« Vinbovin », le bovin français élevé au vin rouge

Le Conseil général de l'Hérault, la FDSEA et une association de défense du vin se sont lancés dans une expérimentation consistant à nourrir des bovins avec du vin rouge. L'initiative française s'inspire du bœuf de Kobé (Japon) nourri à la bière, et à plusieurs expérimentations au Canada et en Espagne.

 Trois bovins ont donc été nourris en 2011 pendant quatre mois avec du foin, de l'orge aplatie et du marc de raisin, puis du vin languedocien. « L'alcool ingéré doit représenter l'équivalent de la consommation recommandée par les autorités de santé pour un homme », précisent les responsables de l'opération. Pour un bovin, cela représente environ 1,5 litre de vin par jour.

 Les bovins ont été « dégustés » et la viande s'est révélée « à la texture très spéciale, belle, persillée, fondante » d'après M. Pourcel, chef étoilé au Michelin. Cette viande serait en effet destinée aux tables de luxe, d'autant que le coût de l'alimentation est multiplié par trois par le surcoût dû au vin rouge. Une seconde expérimentation devrait démarrer à la fin de l'année 2012.

Noémie Schaller, Centre d'études et de prospective

Source : Conseil général de l'Hérault

 

 

11:11 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/07/2012

La culture de viande in vitro à partir de cellules souche : défis et perspectives

Un article du Meat Science journal fait la synthèse de différentes alternatives à la viande, en mettant l'accent sur la viande in vitro, également nommée « steak artificiel ». La production de muscle artificiel à partir de cellules souches de bovins est possible depuis environ 15 ans, mais n'a encore jamais été utilisée aux fins de production de viande.

Le recours à de la viande in vitro est considéré par certains comme une alternative susceptible de pallier les inconvénients liés à l'impact environnemental, de prendre en compte le bien-être animal ou certains risques de santé publique pouvant être associés à la consommation de viande. L'équipe du Dr Post (université de Maastricht) effectue des travaux visant à synthétiser, pour le mois d'octobre 2012, un steak artificiel. Un investisseur privé a financé ces recherches à hauteur de 250 000 euros.

Toutefois, l’INRA estime aujourd’hui qu’il est possible, tout au plus, de produire en faible quantité un agglomérat de cellules musculaires qui ne ressemble ni tout à fait à du muscle ni à un steak. En plus des handicaps financiers et techniques de cette synthèse, il faudra également, pour envisager un jour la commercialisation de ce produit, pallier son absence de qualité gustative et améliorer son image auprès des consommateurs. Il conviendra aussi d'évaluer les aspects environnementaux et le bilan énergétique de la production in vitro par rapport à la production naturelle.

 Madeleine Lesage, Centre d'études et de prospective

 Source : Post, M.J., « Cultured meat from stem cells: Challenges and prospects », Meat Science (2012) « Viande in vitro : entre faux espoirs et vraies solutions, comment gérer les pénuries
alimentaires ? »,  Atlantico, 8 mars 2012

16:45 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : viande |  Imprimer | | | | |  Facebook

Droits carbone pour reboiser l'Aquitaine

La région Aquitaine a signé, jeudi 7 juin 2012, son premier achat de droits aux crédits carbone à deux sylviculteurs de la région, via l'association Aquitaine Carbon, dont l'ambition est de contribuer au reboisement de 220 000 ha de forêt sinistrée en 2009 par la tempête Klaus.

Partie prenante du programme régional lancé après cette tempête, l’association crée pour l’Aquitaine des crédits carbone, achetés aux sylviculteurs puis revendus aux collectivités, particuliers ou entreprises souhaitant compenser leurs émissions de gaz à effets de serre. Le financement dégagé pour les sylviculteurs leur permettra de mettre en œuvre ou d’accentuer leurs efforts de reboisement.

L’Aquitaine est la première région forestière française et elle possède la plus grande forêt cultivée d’Europe (1,8 million ha). Sa production annuelle est de 8,5 millions de m3, soit le quart de la production française, et la filière forêt-bois-papier représente dans la région 34.000 emplois directs et plus de 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

 

Source : Communiqué de presse du Conseil régional d'Aquitaine

 


14:52 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Forêts Bois | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook