Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2012

Coûts de l'adaptation au changement climatique dans les pays en développement

Une étude récente de l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED) a pour objectif d'estimer le coût de l'adaptation au changement climatique (CC) des agricultures des pays en développement (principalement les petits producteurs et l'agriculture de subsistance). Elle s'appuie sur 5 études de cas au Bangladesh, Malawi, Népal, Rwanda et Tanzanie, correspondant à divers systèmes de production et à différentes échelles (village, district, pays).

Ce choix se démarque des méthodes utilisées dans de précédentes études, dans lesquelles les coûts du CC ou de l'adaptation sont chiffrés au niveau global. La limite de cette approche bottom up est qu'elle ne permet pas de comparaison des 5 cas sur la base de critères communs, ni d'extrapolation. L'intérêt est de mettre en évidence la diversité des objectifs de l'adaptation en agriculture : en fonction des systèmes de production, des localités, etc. , les objectifs sont tantôt directement liés à la production agricole, tantôt orientés vers le lien aux marchés. Par conséquent les stratégies varient, ainsi que leurs coûts (voir le tableau, cliquer pour agrandir).

moz-screenshot-1.png


Ces résultats permettent d'observer que les coûts de l'adaptation augmentent d'autant plus que l'échelle d'application des actions est large (du village au pays). D'autre part, ils permettent de faire le lien avec les montants disponibles via les fonds internationaux pour l'adaptation (50 milliards de dollars par an d'ici 2020, que l'agriculture devra partager avec les autres secteurs).

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

10:38 Publié dans 4. Politiques publiques, Climat, Développement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/01/2012

Première bouteille de vin en papier

La société britannique GreenBottle avait déjà lancé une bouteille de lait fabriquée à partir de papier. Elle vient de mettre au point un conditionnement similaire pour du vin. Elles sont fabriquées à partir de papier, moulées ensuite en forme de bouteille, puis entourées d’une mince couche de plastique. Lorsque la bouteille est vide, le consommateur déchire le film plastique, et la bouteille peut ainsi être recyclée et compostée.

greenbottle.jpg


Elle ne pèse que 55g, soit 10 fois moins qu'une bouteille en verre, ce qui permet de réduire le bilan carbone lors du transport et de diminuer de 10% sur les émissions des gaz à effet de serre par rapport au verre. À l’heure actuelle, ces bouteilles sont produites en Turquie mais une usine devrait très prochainement être créée en Cornouailles. Reste à savoir si les consommateurs sont prêts à accepter cette évolution.

Source : TNS Sofres

10:50 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Alimentation et consommation, Climat, Energie, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : vin |  Imprimer | | | | |  Facebook

05/01/2012

Des tomates cultivées grâce à l'hydrogène

Au Japon, un partenariat entre l'université de Chiba et la compagnie Tokyo Gaz a donné naissance à un projet de production de tomates à partir du CO2 généré lors de la production d'hydrogène. Le CO2 produit par une station-service à hydrogène est liquéfié, puis transporté dans des cylindres de 160 kg vers les serres du département d'horticulture de l'université de Chiba, à 55 km de là. La récolte issue de ces serres est plus abondante que dans des conditions de culture habituelles : pour une production de 40 kg de tomates par m2 par an dans des conditions normales, l'apport de CO2 permet d'atteindre 50 kg de tomates par m2 par an.

Le projet débutera en décembre 2011, pour une durée d'un an, avec des récoltes trimestrielles.

Tokyo Gaz étudie maintenant la possibilité d'installer des serres à proximité de la station hydrogène.

Source : ADIT BE Japon

10:56 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Energie, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : japon, f&l |  Imprimer | | | | |  Facebook

04/01/2012

Commerce agricole et changement climatique

Cette note du Centre du commerce international (CCI, organe hybride entre l'OMC et l'ONU) aborde la question du changement climatique (CC) en agriculture sous un angle original : celui du commerce international des produits agricoles. En réponse aux enjeux posés dans les pays en développement (PED), le CCI prône la libéralisation des échanges : "déployer des efforts concertés pour libéraliser les échanges dans le cadre de règles contribuerait non seulement à réduire les émissions d’origine agricole, mais améliorerait aussi la sécurité alimentaire en lissant les disparités régionales en matière d’accès à l’alimentation".

Lire la suite

03/01/2012

Feuille de route de la Commission pour une économie décarbonnée en 2050

 D'après la feuille de route, l'agriculture a déjà réduit ses émissions depuis 1990 et devrait être en mesure de les réduire encore de 42% à 49 % par rapport à 1990. Après 2030, le taux de réduction des émissions agricole pourrait diminuer en partie à cause de la hausse de la production liée à l'augmentation de la population mondiale. D'ici 2050, l'agriculture devrait représenter un tiers des émissions totales de l'UE, soit 3 fois plus qu'aujourd'hui. Si elle ne réduit pas ses émissions, d'autres secteurs devront réduire d'autant leurs émissions, à des coûts plus élevés. L'insertion de l'agriculture dans les politiques climatiques va donc devenir cruciale.

 

Lire la suite

11:11 Publié dans 3. Prévision, Biomasse/Biocarburants, Climat, Energie, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/11/2011

Impacts du changement climatique sur le littoral métropolitain

Le littoral métropolitain français, représentant 7000 km, est constitué d'un ensemble de territoires à forts enjeux : attractivité et densité démographique, présence d'écosystèmes uniques, vulnérabilité face aux tempêtes, etc. Les acteurs du développement de ces territoires doivent également prendre en compte les effets incertains du changement climatique. Le CGDD (Commissariat général au développement  durable) a réalisé un état des lieux scientifique sur les risques naturels à venir, en lien avec le changement climatique. Ce document, volontairement très généraliste et non exhaustif sur les impacts (seuls les impacts négatifs sont abordés), résume ce qui doit être retenu des travaux du GIEC et de Météo France pour les zones littorales. Il se veut une incitation pour les responsables et acteurs locaux à mener des prospectives territoriales du risque climatique.

Il est organisé en trois chapitres : le premier rappelle les principaux paramètres physiques du changement climatique (températures, précipitations, tempêtes, stratification des océans), le deuxième porte sur les effets physiques induits (niveau des mers, courants marins, vagues) et le troisième est consacré aux effets sur les milieux et les activités humaines. Dans chacun des chapitres, des fiches techniques précisent les constats (monde et France), les projections futures et les impacts sur les milieux et activités humaines (tourisme, l'agriculture, la pêche) ou l'aménagement du territoire.

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

15:44 Publié dans Climat, Territoires | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/11/2011

Empreinte carbone des viandes : le point sur la question

Une étude de l'Institut de l’Elevage apporte une évaluation des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d'énergie en élevage bovin et ovin, fondée sur le fonctionnement des élevages français. La première partie présente une analyse bibliographique tandis que dans la deuxième, une méthode de calcul des émissions appelée GES'TIM est proposée.

Les évaluations conduites sur les systèmes bovins viande mettent en évidence une empreinte carbone moyenne nette (incluant le stockage de carbone) comprise entre 7,6 kg et 8,5 CO2/kg de viande. En systèmes spécialisés ovins viande, l’empreinte carbone moyenne nette est comprise entre 6,7 et 6,9 kg CO2/kg. La prise en compte du stockage de carbone par les prairies représente un atout considérable pour les filières herbivores. Selon la part de prairie dans le système de production, le stockage de carbone permet de compenser de 15% à 100% des émissions totales de GES de l'élevage.

11:19 Publié dans Climat, Filières agricoles | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/11/2011

Les forêts de plaine plus vulnérables au changement climatique

Les espèces végétales des forêts de plaine seraient peu réactives face au réchauffement climatique, ce qui les rendrait particulièrement vulnérables dans les prochaines décennies. C'est ce que révèle une étude publiée dans la revue Nature par des chercheurs d'AgroParisTech, de l'Inra, de l'Université d'Aarhus (Danemark), du CNRS, de l'Université de Strasbourg, et de l'Inventaire Forestier National.

L'étude, qui a bénéficié du soutien financier de l'ADEME et de la Région Lorraine, a porté sur les communautés végétales (groupes d'espèces vivant ensemble) présentes dans les forêts de la France métropolitaine. Les chercheurs ont analysé les changements progressifs d'espèces dans ces communautés entre 1965 et 2008, et les ont confrontés à l'évolution de la température au cours de la même période. L'étude s'est concentrée sur les espèces herbacées, a priori plus réactives face aux changements environnementaux que les arbres et donc plus révélatrices de l'impact du réchauffement climatique sur les forêts.

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

16:02 Publié dans Climat, Forêts Bois | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/11/2011

Des crédits carbone pour la restauration des pâturages

La FAO, en partenariat avec l'Académie chinoise de sciences agronomiques, l'Académie chinoise des sciences, le Centre mondial de l'agro-foresterie et la contribution financière de l'Agence française de développement, vient de mettre au point une nouvelle méthodologie pour mesurer la quantité des gaz à effet de serre évités (carbone piégé dans les sols et réduction des émissions de méthane entérique) par la restauration de prairies et la gestion durable des pâturages. Cette méthode combine des prélèvements de sols et de la modélisation sur la base des types de sols et des activités entreprises. La validation par un organisme chargé de la vérification et de l'émission des crédits carbone sur les marchés d'émissions est en cours. Une fois l'accréditation validée, il sera possible de convertir les quantités de carbone piégé en crédits carbone équivalents, échangeables sur les marchés d'échange de droits d'émissions. Les éleveurs pourront émettre des crédits pendant 10 ans au cours desquels le prix sera censé diminuer pour tenir compte de la dynamique de stockage des sols. Au terme des 10 ans, la vente des crédits sera donc moins intéressante, mais "les terres auront récupéré leur pleine productivité et les systèmes d'élevage seront passés à un modèle durable capable de soutenir les moyens d'existence de générations d'éleveurs". La vente des crédits constitue donc un complément de revenu temporaire "essentiel pour surmonter les obstacles à l'adoption par les éleveurs de pratiques de restauration des écosystèmes".

Un projet pilote est en cours en Chine. D'après la FAO, il pourrait être reproduit tel quel ailleurs. Cette étape marque une nette avancée dans la prise en compte de l'agriculture dans les politiques et mécanismes d'atténuation du changement climatique.

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

10:36 Publié dans Climat | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/10/2011

Scénarios canadiens d'adaptation au changement climatique

Le ministère de l'agriculture canadien, dans le cadre du programme Cultivons l'avenir, a réuni un groupe multidisciplinaire de 60 participants représentant l'ensemble du secteur pour réfléchir à  la question de la résilience du système agricole canadien au changement climatique.

Quatre scénarios ont été élaborés sur la base de deux incertitudes : les répercussions du changement climatique seront-elles graduelles ou perturbatrices ? La géopolitique fonctionnera-t-elle de façon fragmentée ou de façon intégrée ?

scénarios

Étant donné l'horizon temporel, les hypothèses climatiques sont peu contrastées et dans les quatre scénarios, le climat devient plus chaud et plus sec.

Voir un résumé des scénarios :

Lire la suite

11:34 Publié dans 1. Prospective, Climat | Lien permanent | Tags : scénarios |  Imprimer | | | | |  Facebook

08/10/2011

Des crédits carbone pour les légumineuses

Les légumineuses ne nécessitent pas d’apport d’azote pour croître. Elles émettent moins de gaz à effet de serre que les autres cultures. L’accroissement des surfaces de légumineuses contribue donc à la lutte contre le changement climatique. C'est pourquoi 11 coopératives agricoles vont proposer à leurs agriculteurs adhérents de semer des légumineuses, et bénéficieront à ce titre de crédits carbone, selon une méthodologie agréée par le ministère de l'Ecologie le 29 juillet, et développée par InVivo AgroSolutions, le CDC climat et le Citepa.
Le montant s'élèvera à quelques euros par hectare, que toucheront les coopératives et non l'exploitant. Certaines pourront rétribuer l'agriculteur ou bien investir dans des projets de soutien de la filière légumineuse.

Fabienne Portet, Centre d'études et de prospective

09:50 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/09/2011

Impacts des changements climatiques sur la croissance végétale

Une équipe de scientifiques danois du consortium CLIMAITE («Climate change effects on biological processes in terrestrial ecosystems»), dont l'objectif est d'étudier la façon dont les fluctuations climatiques affectent les processus biologiques et les écosystèmes naturels, a publié ses résultats dans la revue Global Change Biology.

Ils montrent que, malgré une augmentation prévue en termes de croissance végétale due à la quantité accrue de CO2 dans l'atmosphère, lorsque l'on ajoute à cette équation la hausse de températures et la sécheresse estivale, la croissance végétale s'en trouve limitée.

Ainsi, ces résultats sont en contraste avec les découvertes scientifiques précédentes montrant que les taux élevés de CO2 dans l'atmosphère favoriseraient la croissance végétale.

Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques du consortium CLIMAITE ont mené une expérience sur le terrain au Danemark. Les résultats de l'article couvrent les années 2006-2007, et l'expérience se poursuivra jusqu'en 2014.

Source : Cordis

15:41 Publié dans Climat, Enseignement et recherche | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/09/2011

Les "points chauds" du changement climatique

Le CGIAR (Consultative Group on International Agricultural Research) a produit une étude localisant les «points chauds -hotspots- du changement climatique et de l’insécurité alimentaire» futurs.

Rédigée par une équipe de scientifiques dans le cadre du programme de recherche du CGIAR sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), l'étude croise en effet les endroits susceptibles d'être les plus impactés par le changement climatique avec ceux qui souffrent d'ores et déjà de pénuries alimentaires chroniques.

En analysant plusieurs modèles climatiques et des indicateurs d'insécurité alimentaire, les chercheurs ont identifié des zones de grande vulnérabilité et créé une série de cartes détaillées (cliquer pour agrandir).

hotspots.png


L’une de ces cartes montre ainsi quelles régions du monde risquent de franchir un « seuil climatique » – comme des températures trop élevées pour la culture du maïs et du haricot – qui pourrait affecter la production agricole des quarante prochaines années.

Ces « hotspots » sont principalement situés en Afrique et en Asie du Sud, mais la Chine et l’Amérique latine pourraient également être concernées. Dans moins de 40 ans, la saison agricole de ces régions sera plus courte, plus chaude et plus sèche, mettant en danger des centaines de millions de personnes déjà très démunies.

Cette étude répond à un besoin urgent de concentrer les efforts d’adaptation au changement climatique sur les populations et les régions dont la production agricole et la sécurité alimentaire sont particulièrement menacées par l'évolution du climat.

10:25 Publié dans Climat, Sécurité alimentaire | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

31/08/2011

Projet Climsec : ressources en eau passées et futures

Le projet CLIMSEC dirigé par Météo France apporte de nouvelles connaissances sur les ressources en eau en France métropolitaine et sur leur évolution possible. Ces travaux montrent que la prise en compte des précipitations comme seule variable explicative des sècheresses ne suffit pas pour décrire l’évolution des déficits hydriques. L'analyse de paramètres physiques des sols est nécessaire pour mieux connaître la disponibilité en eau, car la hausse de l’évaporation liée au changement climatique contribuera à l'assèchement des sols au cours du XXIe siècle. L'étude se découpe en deux parties, une partie rétrospective et une partie prospective.

Lire la suite

16:56 Publié dans Climat, Environnement | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/08/2011

Australie : crédits carbone pour l'agriculture

Après une consultation publique, le Sénat australien a voté le 23 août 2011 la Carbon Farming Initiative (CFI), qui prévoit que des pratiques agricoles limitant les émissions et les projets de reforestation donnent droit à des crédits. Cette mesure sera opérationnelle en décembre 2011.

Le gouvernement espère qu'elle permettra de réduire ou d'éviter l'émission de 460 millions de tonnes de carbone d'ici 2050.

11:02 Publié dans 4. Politiques publiques, Climat | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook