Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2021

Marine de Francqueville, Celle qui nous colle aux bottes, 2021, Éditions Rue de l’échiquier, 200 pages

ouvrage amandine.jpg

Dans cette bande-dessinée, Marine de Francqueville, étudiante à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, rejoint la ferme familiale qu’elle a choisi comme support de son projet de fin d’étude. En montant dans la voiture de Monsieur de Francqueville, le père de l'auteure, le lecteur suit la conversation qu'il entame avec sa fille au sujet de l’exode rural, de l’étalement urbain, de la baisse de la population active agricole et de l’agrandissement des exploitations. En écho aux travaux d’A. Blondel et de L. Sully-Jaulmes, le passager observe la recomposition des paysages de banlieue. Arrivé à la ferme, il découvre le parcours personnel de Monsieur de Francqueville et la trajectoire de son exploitation, avant un « tour de plaine » qui lui enseignera ou lui rappellera le rôle agronomique des rotations, de la fumure, de l’entretien des sols. Puis il apprendra la fonction et l'impact des remembrements, tandis qu'un problème mécanique sera l’occasion d’aborder certaines des difficultés auxquelles l’agriculture est confrontée : conditions climatiques, volatilité des prix.

Au cours de cette aventure qui va la mener jusqu’en Angleterre, Marine de Francqueville, en jeune urbaine sensibilisée à l’écologie, s’interroge sur ce qui empêche son père, et d’autres agriculteurs, d’adopter des modèles plus vertueux à ses yeux. Elle questionne sa dépendance aux fournisseurs d’intrants, évoque l’incompréhension qu’elle observe parfois entre agriculteurs conventionnels et citoyens. À son retour de voyage, la tournée des fermes voisines réalisée avec son père la conduit à interroger les pratiques de ce dernier, et celles des professionnels rencontrés : agriculture biologique, agriculture de conservation, agroforesterie. L’accès à l’alimentation et la transmission des exploitations sont également évoqués, dans cette confrontation entre père et fille, qui lie les grandes controverses actuelles à l’histoire familiale et aux convictions personnelles. L’ouvrage, très documenté, s’appuie sur des données statistiques et de nombreuses publications.

Amandine Hourt, Centre d'études et de prospective

Lien : Éditions Rue de l’échiquier

08/03/2021

« Je mange donc je suis », quatre épisodes de l'émission Les chemins de la philosophie

Fin janvier, A. Van Reeth proposait de s'installer « à la table des philosophes » lors de quatre épisodes de l'émission Les chemins de la philosophie. Le premier était consacré à Barthes, qui a envisagé tout au long de son œuvre les objets culinaires (notamment dans Mythologies, 1957). Le deuxième épisode s'intéressait à Brillat-Savarin et proposait une analyse fine de sa Physiologie du goût (1825). Le troisième traitait des liens entre littérature et gastronomie dans les écrits de Dumas, Proust, Rabelais et Platon. Enfin, le dernier portait sur Rousseau. S'il n'a pas consacré de traité à la question alimentaire, celle-ci tient une place intéressante dans ses réflexions. Ainsi, il distinguait les besoins, l'appétit et le goût, l'appétit étant une variable sur laquelle l'être humain a prise et qui lui permet d'agir sur ses besoins. Rousseau remettait également en question les dimensions politiques et inégalitaires attachées, selon lui, à la « grande cuisine » et aux régimes trop carnés.

Source : France Culture

10:52 Publié dans Alimentation et consommation, Société | Lien permanent | Tags : philosophie, france culture, littérature, gastronomie |  Imprimer | | | | |  Facebook