Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/06/2015

Au-delà des abeilles, l’importance d’autres groupes d’insectes pollinisateurs

L’étude du déclin des pollinisateurs en agriculture s’est jusqu’à présent principalement focalisée sur l’abeille domestique, ainsi que sur les papillons et les syrphes (un type de mouche). Un article publié récemment dans la revue Proceedings of the Royal Society B s’intéresse également à l’ensemble des autres insectes pollinisateurs, peu étudiés jusqu’alors. Si les résultats montrent que l’abeille transporte plus de pollen que les autres pollinisateurs, l’abondance de ces derniers est relativement importante. Ainsi, favoriser la diversité et le maintien de ces populations pourrait contribuer à la stabilité du « service » de pollinisation, indispensable à la production de 35 % des cultures dans le monde, comme le rappellent les chercheurs.

Source : Proceedings of the Royal Society B

 

08:53 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : pollinisateurs, abeilles |  Imprimer | | | | |  Facebook

27/05/2015

Première évaluation précise de la mortalité des colonies d’abeilles en Europe

La Commission européenne a publié, le 5 mai dernier, les résultats d’un programme de surveillance épidémiologique des colonies d’abeilles mené en 2012 et 2013 dans 17 États membres (EPILOBEE). Chaque pays a mis en place un protocole de collecte de données, harmonisé par le laboratoire européen de référence pour la santé des abeilles, dépendant de l’Agence de sécurité sanitaire française (Anses).

Le protocole consistait en une série de trois visites des colonies, à l’hiver 2012, au printemps et à l’automne 2013. En tout, plus de trente mille colonies ont fait l’objet d’une surveillance. Le taux de mortalité hivernale, compris entre 3,5 % et 33,6 %, est bien plus élevé dans le nord de l’Europe (28,8 % au Royaume-Uni, 28,7 % en Suède, 33,6 % en Belgique, etc.) que sur le pourtour méditerranéen (9,5 % en Espagne, 5,3 % en Italie, 6,6 % en Grèce, etc.). Un taux de mortalité hivernale (voir carte ci-dessous) inférieur à 10 % est généralement admis comme acceptable. S’il est intermédiaire en France (14,1 %), le taux de mortalité durant la saison apicole est le plus élevé d’Europe (13,6 % alors qu’il ne dépasse pas 10 % dans aucun autre pays).

Mortalité hivernale dans les pays de l’Union européenne

EPILOBEE.jpg

Source : EPILOBEE 2012-2013

Conduits sur deux ans, ces travaux nécessitent d’être prolongés pour s’affranchir notamment des variations annuelles du climat. Les auteurs soulignent en effet que l’hiver 2012-2013 particulièrement froid explique sans doute, en partie, la surmortalité observée dans les pays d’Europe du Nord.

Le protocole ainsi établi apparaît comme prometteur selon les auteurs et pourrait pallier l’absence de dispositif de surveillance des abeilles pointé du doigt par l’Agence européenne de sécurité sanitaire (EFSA) en 2009. Toutefois, alors qu’un moratoire sur l’utilisation de quatre pesticides néocotinoïdes est en vigueur depuis décembre 2013 et que son extension à l’ensemble des produits de cette famille est évoquée, plusieurs scientifiques ont déploré l’absence de la prise en compte de l’effet des pesticides dans le programme EPILOBEE.

Clément Villien, Centre d’études et de prospective

Source : Commission européenne

 

09:33 Publié dans 2. Evaluation, Environnement | Lien permanent | Tags : abeilles |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/12/2014

La santé des abeilles : la surveillance aujourd’hui, les perspectives pour demain

Un colloque organisé le 9 décembre par l’ANSES a fait un bilan sur la santé des abeilles et ses conséquences environnementales.

Lors de ce colloque, un point d'actualité (cf. dossier du participant) a été présenté sur le programme européen EPILOBEE, programme de surveillance des mortalités d'abeille mis en œuvre dans 17 États membres, et surle programme MUST-B de l'EFSA, chargé de l'évaluation du risque des facteurs de stress multiples vis-à-vis des abeilles, ces deux programmes étant articulés.

Par ailleurs, un temps a été consacré à un nouveau danger qui menace les colonies d'abeilles européennes. Franco Mutinelli, de l'Institut expérimental zooprophylactique de Vénétie, a fait la chronologie de l'infestation de ruchers italiens par Aethina Tumida, le petit coléoptère de la ruche (small heeve beetle), depuis la première détection en Calabre le 5 septembre 2014. La progression du parasite atteint depuis novembre la Sicile. Les territoires touchés ont été mis sous surveillance sanitaire et le commerce d'abeilles, bourdons ou produits de la ruche non transformés est interdit.

 Zones touchées en Italie par Aethina Tumida, au 01/12/2014

italie.jpg

Source : Anses

Le coléoptère Aethina Tumida peut se multiplier abondamment dans les colonies infestées où il se nourrit du couvain, du miel et du pain d'abeille. Dans certains cas, l'infestation peut conduire à la destruction des cadres. Les excréments du coléoptère entraînent la dégradation et la fermentation du miel. Ainsi, des infestations importantes peuvent entraîner la mort de la colonie ou la désertion des abeilles. Aux États-Unis, l'arrivée du petit coléoptère des ruches a occasionné des pertes de production importantes. En Europe, il y avait déjà eu un cas en 2004 au Portugal, rapidement circonscrit.

Madeleine Lesage, Centre d’études et de prospective

Lien : Anses

 

14:42 Publié dans Protection des végétaux et des animaux | Lien permanent | Tags : abeilles |  Imprimer | | | | |  Facebook