Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2017

Avancées dans la connaissance des mécanismes de l'obésité et des pathologies liées

Dans l'édition de mars 2017 de La Recherche, un article est consacré aux travaux de chercheurs français, récompensés par le prix La Recherche 2016 dans la catégorie santé-médecine, et portant sur les « relations entre l'inflammation, le remodelage du tissu adipeux et la régulation du métabolisme ». Ils ont ainsi identifié une protéine (IRF5), produite par les macrophages présents dans le tissu adipeux abdominal, lesquels deviennent pro-inflammatoires en situation d'obésité. Ce facteur de transcription représente ainsi le lien entre excès de poids et maladies métaboliques (diabète de type 2 notamment), et les mécanismes en jeu ont été mis en lumière. Ces travaux ouvrent des perspectives pour des applications thérapeutiques, par exemple dans l'optique d'inhiber la production d'IRF5.

Source : La Recherche

14/11/2016

Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire publie les premiers articles à partir de la cohorte Constances

Daté du 25 octobre 2016, le n°35-36 du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) comporte neuf articles consacrés à la cohorte Constances. Projet multi-partite, l'objectif de cette infrastructure est « l'établissement et l'utilisation d'une cohorte épidémiologique de très grande taille en population générale ». Composée d'un échantillon visant à être représentatif de la population française de 18 à 69 ans, elle compte à ce jour plus de 115 000 participants (pour un objectif total fixé à 200 000), consultants dans les Centres d'examens de santé de la Sécurité sociale. 85 % de la population française sont ainsi couverts, à l'exclusion des affiliés au régime agricole et des indépendants. Pour chaque personne sont recueillies, auprès de diverses sources, des données concernant la santé, les caractéristiques socio-professionnelles, le recours aux soins, des paramètres biologiques, physiologiques, physiques et cognitifs. Le dispositif est actuellement déployé dans 17 départements.

Constances.jpg

Parmi les analyses publiées dans le BEH, deux articles portent sur des problématiques en lien avec l'alimentation. L'un est consacré à la prévalence du surpoids, de l'obésité et des facteurs de risques cardio-métaboliques dans la cohorte. Menée sur un échantillon de près de 29 000 personnes de 30 à 69 ans, à partir de données mesurées (et non déclaratives), cette étude avait en particulier pour objectif « de fournir des estimations de la prévalence du surpoids et de l'obésité en France ». Les prévalences obtenues sont de 41 % chez les hommes et 25,3 % chez les femmes pour le surpoids ; de 15,8 % et 15,6 % respectivement pour l'obésité. Ces derniers pourcentages sont proches d'études précédentes (ObEpi en 2012, ENNS en 2006) ; il en est de même pour la « relation inverse entre obésité et revenu » et la variation géographique.

Un autre article s'intéresse aux habitudes alimentaires, l'étude menée ayant pour objectif « d'analyser les liens entre l'équilibre alimentaire perçu et le respect des recommandations nutritionnelles » (PNNS), à partir d'un échantillon de près de 40 000 personnes. Un score d'adéquation au PNNS a ainsi été construit. Parmi les résultats, il ressort une association significative entre équilibre perçu et adéquation aux recommandations nutritionnelles, ainsi qu'avec d'autres dimensions comme le fait de limiter la consommation de produits de grignotage et de plats préparés.

Julia Gassie, Centre d'études et de prospective

Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire

08/09/2016

Aux origines génétiques de l'obésité

Dans un article du dernier numéro de Pour la science, Richard Johnson (professeur de médecine à l'université du Colorado) et Peter Andrews (professeur d'anthropologie à l'University College de Londres), croisent leurs approches scientifiques pour mieux reposer la question, pendante, du lien entre génétique et obésité. En 1962, James Neel avait émis l'hypothèse de l'existence d'un "gène d'épargne", favorisant le stockage de graisse, et qui aurait permis aux hominidés de résister à des disettes sévères. Souvent discutée, mais jamais démontrée, cette conjecture a été réexaminée par Johnson et Andrews, à l'aune de recherches récentes, et ils pensent l'avoir enfin confirmée. Leurs travaux montrent qu'une alimentation riche en fructose actionne le déclencheur d'engraissement et l'absence d'uricase fonctionnelle, chez les grands singes et les humains, conduit à des niveaux élevés d'acide urique, qui amplifie à sont tour l'effet du fructose et la production d'acides gras. Il s'ensuit que le gène muté codant une uricase non fonctionnelle serait le "gène d'épargne" de Neel. Seule une série d'essais menés chez l'homme pourrait prouver cette théorie. Si tel était le cas, la prévention de l'obésité, du diabète et des maladies cardio-vasculaires nécessiterait avant tout d'abaisser les taux élevés d'acide urique, de cholestérol et de triglycérides.

Source : Pour la science

13:55 Publié dans Enseignement et recherche, Santé et risques sanitaires | Lien permanent | Tags : obésité, génétique, anthropologie |  Imprimer | | | | |  Facebook

09/10/2015

Aux États-Unis, régime alimentaire et activité physique n’expliquent pas à eux seuls l’augmentation de l’IMC

Mis en ligne récemment, un article publié dans la revue Obesity Research & Clinical Practice s’intéresse à l’évolution, aux États-Unis et sur une quarantaine d’années, de la relation entre consommations de calories et de macronutriments, activité physique de loisir et obésité. Utilisant les données nutritionnelles de plus de 36 000 adultes (National Health and Nutrition Survey), entre 1971 et 2008, et de fréquence d’activités physiques pour 14 400 d’entre eux, entre 1988 et 2006, les chercheurs se sont appuyés sur de la modélisation pour voir si la relation entre les éléments cités précédemment et l’Indice de Masse Corporelle (IMC) évoluait dans le temps.

De manière générale, il apparaît que l’IMC, les consommations d’énergie et de glucide et l’activité physique de loisir ont augmenté, alors que les consommations de lipides et protéines ont diminué. Toutefois, pour un niveau donné de consommation et d’activité physique, l’IMC prédit est supérieur de 2,3 kg/m² en 2006 par rapport à 1988. Les auteurs concluent sur l’existence d’autres facteurs à prendre en compte et sur la nécessité d’étudier plus avant la façon dont ils influencent le poids corporel indépendamment de déterminants de modes de vie.

Source : Obesity Research & Clinical Practice

 

11/09/2015

La lutte contre l’obésité entre stigmatisation et émancipation des classes populaires

Dans la lignée des fat studiesun champ d’étude consacré à la critique des stéréotypes associés à la forte corpulence -, Actes de la recherche en sciences sociales consacre un dossier à l’obésité comme problème public. Les implications politiques de la lutte contre le surpoids y apparaissent comme fondamentalement ambivalentes.

Menant une enquête sur la perception de soi et les représentations du corps idéal, D. Vandebroeck met en évidence « un consensus certain sur l’association entre une silhouette et une catégorie sociale donnée ». Il rappelle d’ailleurs l’apport des études épidémiologiques sur « l’existence d’une forte relation inverse entre masse corporelle et position sociale, particulièrement nette chez les femmes ».

Pour lui, les jugements sur la corpulence permettent de donner une forme acceptable, euphémisée par le vocabulaire de la responsabilité individuelle, à des intentions discriminatoires (racisme, misogynie, mépris de classe). « La dévalorisation symbolique de la corpulence – et du style de vie qui la produit » est en partie liée à « une intervention accrue de l’État dans la gestion du poids corporel des individus ». « Même s’il s’agit d’efforts tout à fait sincères de maîtrise des effets négatifs de l’obésité », l’action publique contribuerait « à la stigmatisation morale des plus démunis ».

En contrepoint de cette critique virulente, d’autres travaux montrent que les politiques de santé ne peuvent être réduites à l’imposition d’une norme corporelle propre aux classes dominantes. Dans l’étude de E. Martin-Criado sur le contrôle du poids chez les mères de famille des classes populaires en Andalousie, ces politiques jouent aussi comme un levier d’émancipation. L’argument des régimes anti-cholestérol permet aux femmes de prendre des distances avec le repas traditionnel, sans mettre en péril leur qualité de « bonne mère ».

Le dossier aborde également les troubles alimentaires au travail (voir à ce sujet un précédent billet sur les food studies), la place de l’obésité dans l’information télévisée et enfin la naissance de politiques alimentaires territoriales aux États-Unis dans la première moitié des années 1980.

Florent Bidaud, Centre d’études et de prospective

Source : Cairn

12/12/2014

Rapport du McKinsey Global Institute sur l’obésité

En novembre dernier, le McKinsey Global Institute a publié un document de travail intitulé Overcoming obesity: An initial economic analysis, dont l’objectif est d’initier une large discussion sur les composantes d’une réponse sociétale efficace à ce problème de santé publique.

L’obésité et le surpoids touchent actuellement 2,1 milliards de personnes, soit près de 30 % de la population mondiale (2,5 fois plus que le nombre de personnes malnutries) et les projections prévoient qu'environ 40 % seront concernés en 2030. L’obésité est responsable de 5 % des décès à l’échelle mondiale et son impact économique est estimé à 2 000 milliards de $ (2,8 % du PIB), ce qui la place au troisième rang des causes humaines de décès, derrière le tabac et les violences armées, guerres et terrorisme. Dans les pays développés, elle représenterait de 2 à 7 % des dépenses de santé, et ce pourcentage serait même, selon certaines estimations, de 20 % en incluant le coût du traitement des maladies liées (ex : diabète de type 2).

Le McKinsey Global Institute a recensé 74 modalités d’actions portant sur l’obésité dans le monde, classées en 18 catégories, et réalisé une méta-analyse des résultats de recherche disponibles. Un focus a porté sur le Royaume-Uni, avec l’estimation du coût et de l’impact de 44 de ces interventions. Une analyse similaire devrait être conduite prochainement sur un pays émergent (Chine ou Mexique).

MGI-intervention-portfolio.jpg

Source : McKinsey Global Institute

Le McKinsey Global Institute tire plusieurs enseignements de ses travaux. Seul un programme systémique composé de multiples interventions, non priorisées, top-down et bottom-up, est susceptible d’être efficace et d’entraîner des changements importants de comportements. L’implication de l’ensemble des acteurs est nécessaire, tout comme le fait de s’adresser à différentes parties de la population via divers mécanismes. Dans le cas du Royaume-Uni, une telle démarche permettrait de réduire de 20 % le nombre de personnes obèses ou en surpoids, dans un délai de cinq à dix ans et avec un gain économique estimé à 25 milliards de $ par an (incluant une économie annuelle de 1,2 milliard de $ pour le système de santé). À l’échelle de la société, toutes les interventions sont rentables, sachant que doivent être travaillés à la fois le niveau d’action individuel (via l’éducation et l’incitation) et le contexte environnemental et sociétal.

À noter enfin que la démarche EPODE en France et la Healthy Weight Commitment Foundation aux États-Unis sont données en exemple de réponses intégrées mises en place.

Julia Gassie, Centre d’études et de prospective

Source : McKinsey Global Institute

 

15:06 Publié dans Santé et risques sanitaires | Lien permanent | Tags : obésité |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/12/2014

Deux documents paraissent sur la nutrition au niveau international

Mi-novembre a été publié le Global nutrition report 2014, document établi par un groupe d’experts internationaux sous l’égide de l’IFPRI. Première édition d’une série annuelle, initiée suite aux engagements pris lors du Nutrition for Growth Summit (2013), ce rapport rassemble un champ large d’indicateurs clés sur le statut nutritionnel, les actions et les ressources des 193 pays membres des Nations unies. L’objectif est d’évaluer les progrès réalisés dans l’amélioration du statut nutritionnel, à l’échelle mondiale et de chaque pays, et également de proposer un mécanisme de suivi des engagements pris par les 96 signataires du Nutrition for Growth Summit. Une plate-forme permet de visualiser en ligne les données recueillies, qui présentent toutefois un certain nombre de lacunes (absence d’éléments pour plusieurs pays, dont le Canada, une grande partie des États européens, l’Australie, etc.).

Dans le même temps, à l’occasion de la Deuxième conférence internationale sur la nutrition (ICN2), organisée à Rome du 19 au 21 novembre, la FAO a publié un recueil compact (Food and Nutrition in Numbers 2014) des principales données et tendances sur les déficits en micronutriments, le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles, de 1990 à aujourd’hui. Ce document propose également des indicateurs sur les liens entre nutrition, santé et environnement, ainsi que des données détaillées notamment sur les prix et la consommation alimentaires, les émissions carbone de l’agriculture et l’usage des terres.

Sources : Global nutrition report, FAO

14:35 Publié dans Mondialisation et international, Santé et risques sanitaires | Lien permanent | Tags : nutrition, obésité, fao |  Imprimer | | | | |  Facebook

31/05/2012

L'OCDE revoit ses prévisions sur l'obésité

D'après une nouvelle publication de l'OCDE, au cours des trois dernières années, l’obésité chez les adultes a ralenti ou cessé de croître en Angleterre, Hongrie, Italie, Corée et Suisse, et n’a augmenté que de 2 à 3% en France et en Espagne. Cependant, au Canada, en Irlande et aux États-Unis,  la prévalence a augmenté de 4 à 5%.

 Par ailleurs, les taux d’obésité infantile se sont stabilisés en France, en Angleterre, en Corée et aux États-Unis. Les données montrent aussi que dans la plupart des pays, les femmes ayant un faible niveau de scolarité et/ou un faible revenu sont plus susceptibles d’être en surpoids. Cette disparité est aussi observée chez les enfants mais pas chez les hommes.

 (cliquer pour agrandir)

obésité


En France, où les taux d’obésité sont parmi les plus bas de l’OCDE, ils augmentent tout de même de façon régulière. Environ une personne sur 10 est obèse, et presque 40% de la population sont en surpoids (y compris obèse). Les données les plus récentes montrent que la proportion d’adultes en surpoids est plus ou moins en accord avec les anciennes projections de l’OCDE : celles-ci avaient prédit une croissance du taux de surpoids de 1,3% par an jusqu’en 2020, supposant la poursuite des tendances passées. En considérant les donnés les plus récentes, les nouvelles projections pour 2010-2020 indiquent une croissance de 5% pour le surpoids et de 2% pour l'obésité :

 

obésité


 Les taux d'obésité infantile français, qui n'ont pas augmenté durant les 20 dernières années, devraient, selon l'OCDE, rester faibles. Cependant ces projections montrent un risque d'augmentation du nombre d'enfants en surpoids.

 

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

Source : OCDE

Chapitre sur la France

15:42 Publié dans 3. Prévision, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : obésité |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/10/2011

Evolution de l'obésité

Le taux d'obésité a doublé au niveau mondial durant ces trente dernières années. La revue The Lancet publie une série d'articles sur ce problème, son évolution au niveau mondial, ses facteurs. Sur la base des tendances observées, des auteurs ont modélisé la progression de la prévalence de l'obésité aux États-Unis (de 32% actuellement à 50% en 2030) et au Royaume-Uni (de 26% à 35-48% selon le sexe en 2030). Ils ont également estimé l'impact en termes de dépenses de santé additionnelles (2 milliards de livres sterling par an dans le second cas).

Un dernier article recense les mesures possibles pour freiner l'épidémie, et aborde la question de l'évaluation économique des politiques mises en œuvre.

Céline Laisney, Centre d'études et de prospective

13:25 Publié dans 2. Evaluation, 3. Prévision, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : obésité |  Imprimer | | | | |  Facebook

07/03/2011

Repas pris à l'extérieur et obésité

Une étude de l'USDA semble vérifier la relation de cause à effet entre la nourriture consommée hors du foyer et la dégradation du régime alimentaire des moins de 18 ans, ainsi que l'augmentation des taux d'obésité aux Etats-Unis.
Comparée à la nourriture préparée à la maison, la nourriture préparée et consommée hors de la maison ("food away from home") est associé à une consommation calorique  excessive et une mauvaise qualité de régime, particulièrement parmi les 13-18 ans : les repas pris hors de la maison sont de 108 calories supérieurs aux repas pris à la maison, et de 145 calories pour les repas pris à la cantine.

Un focus sur les boissons sucrées indique qu'environ 35 % des calories supplémentaires consommées par les moins de 18 mangeant hors de chez eux proviennent des boissons sucrées.

Les adolescents, qui ont plus de liberté pour sortir déjeuner ou boire un verre, sont,  selon cette étude, une population à cibler par les politiques publiques.

Mélanie Gambino, CEP

18:13 Publié dans Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : etats-unis, obésité |  Imprimer | | | | |  Facebook