Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2011

Alimentation des vaches et crédit carbone

 La méthode d'alimentation des vaches laitières aux graines de lin de l'association Bleu Blanc Cœur, qui réduit les émissions de méthane entérite, vient d'être référencée par le ministère de l'Ecologie comme méthode ouvrant le droit à bénéficier de crédits de carbone. En effet, les omégas 3 contenus dans les graines de lin détruisent les parois cellulaires des bactéries méthanogènes.

Il reste à quantifier les émissions de méthane évitées grâce à la méthode ainsi qu'à recenser les porteurs de projets. Les éleveurs adhérents à l’association l’association Bleu Blanc Cœur utilisent 10 000 tonnes des 180 000 tonnes de graines de lin extrudé que produit Valorex.

11:11 Publié dans 5. Fait porteur d'avenir, Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage, climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/03/2011

Méthanisation et compensation carbone

D'après une étude de l'USDA, la mise en place de dispositifs de rémunération pour les éleveurs producteurs de biogaz représenterait un gain de compétitivité pour les plus gros éleveurs, fortement émetteurs de méthane.

Les auteurs simulent leur insertion dans un marché national de compensation carbone*. Pour un prix du carbone de 13$/ t éq CO2 (ce qui est largement supérieur aux prix observés sur les marchés carbone actuels), les éleveurs seraient en mesure de fournir l'équivalent de 22 millions de t éq CO2/ an de crédits carbone, soit 62% des crédits d'émissions de GES liées à la gestion des effluents et 5% des émissions totales agricoles.
A ce prix, seules les grosses exploitations (plus de 2500 vaches laitières ou 3 00 porcs) pourraient tirer un revenu de la vente des crédits. Par conséquent, l'introduction d'un marché de compensation pourrait renforcer les économies d'échelle et la concentration des élevages sur les plus grandes exploitations. Un tel marché serait donc à compléter par des mesures adaptées aux plus petites exploitations : tarifs d'achat de l'électricité produite à long terme, incitations au partage des coûts par des installations collectives, incluant éventuellement d'autres secteurs (déchets alimentaires); avantages fiscaux ou subventions à l'installation de méthaniseurs.

A l'heure actuelle, la rentabilité de installations de biogaz n'est pas toujours assurée. Elle augmente avec la taille des exploitations et dépend des tarifs d'achat de l'électricité produite et des dépenses en électricité de l'exploitation.

* Marché de compensation carbone : un acteur économique qui réduit ses émissions peut vendre des crédits sur le marché de compensation à un autre acteur qui émet des GES est soumis à un plafond d'émissions sur le même marché.

Fabienne Portet, CEP

18:19 Publié dans Energie | Lien permanent | Tags : climat, élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

02/03/2011

Quel élevage demain ?

Selon les projections de la FAO, la production de viande pourrait doubler pour atteindre 470 millions de tonnes d'ici 2050, et celle de lait passer de 580 actuellement à 1.043 millions de tonnes. Parallèlement, le changement climatique pourrait affecter la production et la sécurité alimentaires (conditions climatiques extrêmes plus fréquentes, prolifération de pathogènes émergents, développement de nouvelles maladies). Etant donné que l’augmentation de la production de viande aura surtout lieu dans des pays en développement (pays africains par exemple) ou à économie de transition (comme le Brésil), il sera nécessaire de mettre en place des stratégies pour réduire les émissions de GES sans provoquer des dommages sur le plan économique, social et environnemental. L’élevage est responsable actuellement de 37% des émissions de méthane, de 65% des émissions de dioxyde d’azote et de 9% des émissions de dioxyde de carbone.

 C’est pourquoi l’Inra, en association avec 25 partenaires, lance le projet européen AnimalChange (AN Integration of Mitigation and Adaptation options for sustainable Livestock production under climate CHANGE).

L’ambition de ce projet est de déterminer, en fonction de paramètres climatiques, économiques, énergétiques et liés à l’agriculture, les caractéristiques des systèmes d’élevage du futur. Concrètement, les partenaires d’AnimalChange développeront une série de scénarios, de modèles biophysiques et socio-économiques, qu’ils associeront à l'expérimentation. Ils pourront ainsi explorer des scénarios futurs pour le secteur de l'élevage ainsi que pour l’évolution du CO2 atmosphérique. Ils proposeront notamment des systèmes de développement durable de l’élevage en Europe, Afrique du nord et sub-saharienne et en Amérique latine.

 Les partenaires d’AnimalChange informeront par la suite les politiques publiques de développement et proposeront des actions de coopération avec les petits éleveurs des pays en voie de développement sélectionnés.

 AnimalChange réunit 25 partenaires publics et privés issus de 12 pays européens, du Sénégal, de Turquie, d’Afrique du Sud, du Brésil, du Kenya et de Nouvelle-Zélande.

Son budget global est de 12,8 millions d’euros dont 9 millions sont financés par la Commission Européenne dans le cadre du 7ème PCRD sur une durée de 4 ans (2011-2015).

 source : INRA

09:45 Publié dans 1. Prospective, Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/01/2011

Scénarios de consommation et terres nécessaires

Les analystes de la Cranfield Business School britannique, à la demande du UK Committee on Climate Change, ont évalué l'impact en termes d'usages des sols et d'émissions de gaz à effet de serre de changements de modes de consommation alimentaire.

Trois alternatives ont été étudiées :

  • une réduction de 50% de la consommation de viande, compensée par une augmentation de celle de produits végétaux;
  • le remplacement de la viande rouge par la viande blanche et une diminution de 75% de la première;
  • une réduction de la consommation de viande blanche de 50%, compensée là encore par les produits végétaux.

Les chercheurs concluent que ces changements de consommation réduiraient, à des degrés variés, la quantité de terres nécessaires à la production, ainsi que les émissions.

 

uk conso terres.jpg

(cliquer pour agrandir)

 

Ils reconnaissent cependant que cette analyse doit être complétée des effets économiques, sociaux et environmentaux d'une réduction de l'élevage.

Céline Laisney, CEP (Centre d'études et de prospective)

L'étude (158 p. et 9 Mo)

10:39 Publié dans Alimentation et consommation, Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : royaume-uni, élevage, climat |  Imprimer | | | | |  Facebook

04/06/2010

Impact climatique des pâturages

Une nouvelle étude parue dans la revue Nature, réalisée dans les plaines de la Mongolie, montre que les pâturages émettent beaucoup moins d'oxyde nitreux (N2O) que les plaines laissées à l'état sauvage. Or, le N2O est 296 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Le fait que les pâturages émettent moins d'oxyde nitreux contrebalance donc en partie l'effet néfaste du méthane émis par le bétail.
Selon des calculs préliminaires, l'impact des pâturages sur le N2O dans les régions similaires, comme les prairies nord-américaines, enlève entre le quart et le tiers de l'impact du méthane émis par le bétail sur l'effet de serre, explique Klaus Butterbach-Bahl, météorologue à l'Institut de technologie de Karlsruhe, en Allemagne, auteur principal de l'étude.

14:06 Publié dans Climat, Environnement, Filières agricoles | Lien permanent | Tags : climat, élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/06/2009

Avenir des élevages laitiers en Bretagne

La revue Cap élevage de mai 2009 présente les résultats d'un débat sur l'"avenir des élevages laitiers d'ici 2015" en Bretagne selon la vision qu'en ont les éleveurs. L'étude, commanditée par le CNIEL, est menée au niveau national par l'Institut de l'élevage et les Chambres d'agriculture.

 Les conditions favorables à la production sont non négligeables en Bretagne et la levée des  quotas laitiers est attendue par certains éleveurs pour enfin pouvoir augmenter leur production. Toutefois, pression foncière, environnementale et renouvellement des actifs - conditions de travail difficiles et augmentation du capital à engager pour la reprise d'exploitations de taille croissante - apparaissent comme les principaux facteurs qui limiteront la hausse de la production.

 Les avis des éleveurs divergent quant aux conséquences de l'augmentation probable de la taille des troupeaux sur les systèmes d'alimentation des animaux. Ils dépendront des disponibilités en temps de travail mais les avantages économiques et écologiques de l'herbe sont reconnus.

 Des incertitudes fortes sur l'évolution de la régulation du marché sont soulevées en Ille-et-Vilaine. Les producteurs craignent une chute du prix du lait et peinent à imaginer la contractualisation. Attributs, parties et rapports de force sont autant d'incertitudes qui pèsent sur les éleveurs quant aux futurs contrats.

L'étude devrait déboucher sur une prospective nationale dans un contexte "de bouleversements intenses qui s'accompagnent de fluctuations importantes du prix du lait".

Marie-Sophie Dedieu

21:37 Publié dans Filières agricoles | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

15/05/2009

Elevages intensifs et environnement. Les effluents: menace ou richesse

Un colloque organisé par l'Académie d'agriculture et le groupe In Vivo le 28 avril 2009 a souligné la complexité des enjeux actuels et futurs tournant autour des élevages intensifs et de leurs effluents, source de nuisance olfactive, de pollution aquatique et d'émissions de gaz à effet de serre, mais également source potentielle d'engrais et d'énergie.

Si l'évaluation et la comparaison des systèmes via les analyses de cycles de vie est fondamentale, elle reste complexe et difficile à interpréter.

Différentes dynamiques locales et internationales et des innovations techniques permettent d'entrevoir différents futurs possibles: accentuation de la concentration de l'élevage difficile à contrecarrer, autour des ports ou des sources de marché et d'intrants, mise en place de système de traitement des effluents locaux ou centralisés, différentes façons de « recoupler » azote / carbone, agriculture / élevage via des systèmes herbagers autonomes à légumineuses (de type Nouvelle-Zélande), polyculture élevage (de type argentin), association régionale ou nationale entre des systèmes spécialisés agricoles fournissant des protéagineux à des élevages fournisseurs d'engrais organiques et/ou d'énergie...

Différents leviers peuvent être utilisés par les pouvoirs publiques pour favoriser différentes évolutions: politiques environnementales internalisant davantage les externalités environnementales, amélioration de la gouvernance locale associant également la société civile qui rejette fortement certaines évolutions, adaptation de l'enseignement agricole aux nouvelles techniques et systèmes nécessaires, adaptation des politiques d'installation, régulations du foncier, politiques territoriales favorisant la mise en œuvre de « pôles » attractifs plus ou moins décentralisés réunissant services et industries de l'aval agricole, réaffectation de certaines primes pour favoriser protéagineux et élevage, remise en cause des accords de Blair House et de la dépendance au soja brésilien...

Compte-rendu du colloque par Marie-Aude Even

Programme

 

09:30 Publié dans Environnement, Exploitations agricoles, Production et marchés | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

06/04/2009

Avenir de l'élevage en Champagne-Ardenne

La Chambre Régionale d'Agriculture de Champagne-Ardenne, avec le soutien du Conseil régional, a lancé une réflexion prospective sur les enjeux relatifs à l'avenir de l'élevage ruminant (bovins lait, bovins viande, ovins).

Après avoir présenté la situation actuelle, cinq scénarios ont été élaborés à partir des moteurs et figures à long terme retenus par les professionnels pendant un séminaire animé par Lucien Bourgeois.

Les cinq scénarios :

- L'élevage résiduel.

- Le lait fait de la résistance.

- Les filières pilotent les productions de masse.

- La valeur ajoutée par l'origine géographique.

- Les systèmes autonomes ou la complémentarité entre les productions.

L'évolution de l'ensemble des systèmes d'exploitation a été analysé pour chaque scénario, de même que les leviers pour y parvenir.

Le rapport

17:06 Publié dans Filières agricoles | Lien permanent | Tags : prospective, élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

03/04/2009

Bilan de santé de la PAC vue par l'élevage

Dans la série des travaux d'analyse du bilan de santé, le dossier de l'Institut de l'Elevage (mars 2009) se positionne en gros sur le même champ que l'étude de l'INRA, avec une approche pareillement centrée sur l'élevage. Mais le niveau d'analyse est beaucoup plus approfondi.

D'une part, l'Institut va plus loin sur la comptabilité des gains et pertes de soutien par secteurs de production, régions, types de systèmes, etc, approche moyennement intéressante pour nous.

Mais d'autre part, l'Institut est aussi plus analytique. Il apprécie les effets potentiels sur les choix de production des éleveurs, et apporte un jugement (aussi partial soit-il) sur la cohérence du bilan de santé avec un certain nombre d'objectifs affichés.

Le bilan de santé est ainsi plutôt plébiscité. Il est jugé comme cohérent avec l'objectif de rééquilibrage des soutiens (en faveur de l'herbe, de la montagne et des ovins caprins), et avec celui de mieux répondre aux enjeux sociaux et environnementaux. Ces objectifs ne sont en revanche pas discutés (notamment celui d'égalisation des soutiens).

Les critiques portent sur le caractère peu incitatif du soutien à l'herbe basé sur références historiques. Ce soutien est à même de conforter les systèmes herbagers existants, mais sans susciter de nouvelles vocations. Les systèmes de polyculture élevage, en outre, sont globalement pénalisés par les transferts de soutien, alors qu'ils présentent des intérêts économiques et agronomiques. L'Institut mentionne toutefois qu'en dépit d'une pénalisation globale de ces exploitations, la nouvelle répartition des soutiens est susceptibles de revaloriser l'atelier élevage au sein de ces systèmes, sans conclure sur le fait que ce soit suffisant ou non pour un maintien de l'herbe.

En conclusion, l'Institut de l'Elevage qualifie les changements induits par le bilan de santé d'à la fois "modestes et significatifs" : modeste quant à l'impact global sur les soutiens à l'élevage, mais significatif pour certains secteurs : ovins et caprins, lait de montagne, bio.

Le caractère éphémère des décisions prises est également souligné, avec la perspective proche de 2013. Dans cette perspective, l'accent est mis au final sur l'importance des enjeux relatifs aux régulations de marché. L'Institut écrit en effet que "cette future politique ne fera pas l'économie du débat autour des questions des mécanismes de régulation des marchés et de certaines formes de protections douanières".

Cette étude comporte en outre l'intérêt de présenter une "check list" assez claire des modalités qui restent à définir (p. 13).

Elle propose également une mise en perspective des évolutions de la PAC, qui peut être intéressante sur le plan pédagogique (pages 5-6).

Sophie Leenhardt

Le dossier en PDF

 

12:50 Publié dans Filières agricoles, PAC | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook

25/03/2009

Herbe, un road movie paysan

Au cœur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d'éleveur laitier se confrontent. Alors que des hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires...

Les objectifs du film sont multiples : si les questions relatives aux dérives de la PAC (choix politiques et répartition des aides) sont centrales, il est aussi question des dérives des systèmes coopératifs agricoles, par le bais de l'exemple de l'élevage laitier breton.

HERBE met alors en lumière les alternatives au modèle productiviste dominant.

 

bann_HERBE_medium.jpg

Critique détaillée

14:26 | Lien permanent | Tags : élevage |  Imprimer | | | | |  Facebook