Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2010

Visions futuristes de l'agriculture

Agrapresse hebdo présente des visions « futuristes » de l'agriculture dont certaines sont réalistes, proches d'une application, et d'autres relèvent davantage de romans d'anticipation

Jean-Marie Séronie, directeur général du CER France Manche et responsable de la veille économique du réseau CER France, envisage tout d'abord l'exploitation agricole de demain : elle ne sera probablement plus gérée par un seul homme maîtrisant tout, du capital à la technique en passant par la commercialisation, mais « flexible », l'exploitant se spécialisant et développant des alliances avec ses voisins ou des prestataires pour s'assurer les meilleures compétences et donc améliorer sa compétitivité.

Des articles passent ensuite en revue des progrès techniques et scientifiques attendus.

L'amélioration génétique ne devrait pas remplacer la sélection, mais être complémentaire, selon François Houllier, directeur scientifique de l'Inra.

Des méthodes alternatives aux produits chimiques de synthèse se profilent pour soigner les cultures, avec des produits comme le sucre ou de l'argile pour lutter contre les parasites, des extraits de plantes contre les moisissures, des champignons symbiotiques qui remplacent les engrais...

Les fermes verticales, substitut au manque de terres agricoles, verront-elles le jour ? les projets, études et concepts autour de ces fermes artificielles sont maintenant légion, mais les réalisations plus rares...

Les serres du futur stockeront les calories de l'été pour les restituer sous forme de chaleur l'hiver. Cette technologie, maîtrisée, commence à s'appliquer aux Pays-Bas, au Canada et en Turquie.

Quant au tracteur de demain, il devrait être plus ajustable aux besoins de l'agriculteur, modulable, et plus écologique.

Le dossier (10 pages)

 

15:43 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/03/2009

Marchés publics: procédure d'infraction a l'encontre de la France concernant les droits exclusifs pour la gestion des aides agricoles et des aides à la formation professionnelle

La Commission européenne a décidé d'envoyer un avis motivé au titre de l'article 226 du traité CE dans le cadre d'une procédure d'infraction contre la France concernant une disposition du code rural français, adoptée en 2005, qui attribue au Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA) un droit exclusif pour la prestation aux collectivités territoriales de services de gestion des aides publiques. Cette disposition impose aux collectivités territoriales de confier au CNASEA la gestion de leurs aides financières et actions d'accompagnement (y compris, la gestion des aides financières aux stagiaires de la formation professionnelle) lorsque ces collectivités ne souhaitent pas les gérer elles-mêmes.

La gestion des aides financières étant une activité économique relevant de la directive "marchés publics" 2004/18/CE, la Commission estime que cette délégation de la gestion des aides, dont les modalités et notamment la rémunération sont fixées par une convention entre la collectivité territoriale concernée et le CNASEA, revient à attribuer de gré à gré au CNASEA un marché public de services sans respecter les procédures de passation prévues par le droit communautaire des marchés publics et, en particulier, par la directive 2004/18/CE précitée.

Source : Euractiv

11:23 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : commissiojn européenne |  Imprimer | | | | |  Facebook