Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2016

Publication d’une série de rapports sur la gouvernance des terres dans la région du Mékong

LGMR.jpg

Dans le cadre du projet « Gouvernance des terres dans la région du Mékong », mis en œuvre en Birmanie, au Cambodge, au Laos et au Vietnam, une série de rapports sur l’économie politique de la gouvernance foncière vient de paraître. Ces publications sont le produit d’une recherche financée par l’Agence suisse pour le développement et la coopération et l’Agence allemande pour la coopération internationale. L’initiative est motivée par des préoccupations concernant la sécurité foncière des petits exploitants agricoles, les minorités ethniques et les femmes, avec en arrière-plan l’accaparement des terres sous différentes formes.

Le premier rapport concerne toute la région du Mékong, les quatre suivants abordent la question dans chaque pays (Birmanie, Cambodge, Laos, Vietnam). Les rôles joués par la Thaïlande et la Chine, dans cette sous-région. Ainsi, par exemple pour le Cambodge, les auteurs concluent que la privatisation des terres est imparfaite et centrée sur les zones sans problèmes, les parcelles rizicoles, alors que les zones montagneuses et forestières restent sources d’importantes tensions. Il faut savoir que le Cambodge, dans le contexte post-conflit Khmers rouges, a procédé à l’annulation des droits antérieurs de possession par l’occupation, et reconnaît la propriété individuelle des terres. Le rapport dénonce aussi la dérive du système des concessions. Le Cambodge a opté pour une stratégie de mise en location et en concession d’importantes surfaces au profit d’investisseurs privés. Ce processus a pris de l’ampleur et, aujourd’hui, les concessions agroforestières occuperaient 2,6 millions d’hectares. Les auteurs notent que les élections en 2018 pourraient être l’occasion de prôner, dans les débats, un système de concessions plus inclusif.

Signalons enfin, toujours sur cette région, que le comité technique foncier français vient de publier une fiche de synthèse intitulée Défis des politiques foncières en Asie du Sud-Est et éclairages autour du Cambodge. Cette fiche valorise les résultats d’une journée d’échanges organisée en avril 2015 par le comité. Elle présente un état des lieux comparé des dynamiques et des politiques foncières de quatre pays d’intérêt pour la Coopération française et caractérise plus particulièrement les spécificités du Cambodge.

Céline Fabre, Centre d’études et de prospective

Sources : Mekong Region Land Governance, Comité technique foncier

17/03/2009

Vietnam: un plan pour protéger la sécurité alimentaire à l'horizon 2020

Un projet de plan intitulé « Sécurité alimentaire nationale à l'horizon 2020 et 2030 » vient d'être soumis au gouvernement vietnamien par le Ministère de l'agriculture et du développement rural de ce pays.

Selon les objectif de ce plan, le Vietnam devrait avoir éliminé la faim dans certaines régions d'ici 2012 et réduit la malnutrition des enfants de moins de cinq ans à moins de 5 % d'ici 2020.

Bien que le Vietnam soit le deuxième exportateur de riz mondial, il demeure des risques sur la sécurité alimentaire dans un avenir proche, estime le Ministère, étant donné que la population du pays devrait passer de x millions à 100 millions en 2020 et 130 millions en 2030.

Le plan prévoit qu'au moins 3,5 millions d'hectares soient consacrés au rizières en 2020, et que 39 à 41 millions de riz soient produits par an (contre 27,8 en 2007). De plus, 1,3 million d'hectares devraient être consacrés à la production de maïs d'ici 2020.

Pour appliquer ce plan, il sera nécessaire de réviser la loi sur le sol, notamment pour limiter la possibilités pour les autorités locales d'utiliser les terres cultivables pour d'autres usages. En effet, certaines provinces tentent d'attirer des investisseurs aux dépens des zones de culture du riz.

Le plan prend toutefois en compte le développement de l'urbanisation et des infrastructures, en prévoyant une baisse des surfaces de rizières, qui représentent actuellement 4,1 millions d'hectares.

vietnam.jpg

Source : Veitnam.net bridge

18:02 Publié dans 4. Politiques publiques, Alimentation et consommation | Lien permanent | Tags : vietnam |  Imprimer | | | | |  Facebook