Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2017

Le Consultative Group on International Agricultural Research (CGIAR) - Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale

CGIAR.jpg

Le CGIAR se définit comme un partenariat mondial pour la recherche construit autour d'une mission : s'appuyer sur la science et l'innovation pour fournir aux populations défavorisées, en particulier aux femmes, des outils pour améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, augmenter la production agricole et sa résilience, et gérer les ressources naturelles dans des contextes de défis globaux comme le changement climatique. Depuis sa création en 1971, les objectifs et le périmètre du CGIAR se sont élargis, à partir d'un focus initial sur l'amélioration de la productivité des principales céréales. Si cet ancrage se retrouve toujours aujourd'hui dans les orientations de l'organisation, sa stratégie 2016-2030 s'est alignée sur les Objectifs de Développement Durable des Nations unies, avec des objectifs chiffrés à l'horizon 2030 : réduire de 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim et de 100 millions celui des plus pauvres, diminuer la dégradation de 190 millions d'hectares de terres agricoles.

Objectifs stratégiques du CGIAR pour 2016-2030

CGIAR2.jpg

Source : CGIAR

Les moyens dont dispose le consortium sont à la hauteur de ses ambitions : il associe 15 centres de recherche indépendants, qui mobilisent plus de 11 000 chercheurs dans 70 pays et collaborent avec des centaines de partenaires (instituts de recherche publics ou privés, organisations de la société civile, organismes de développement, secteur privé), afin de fournir des solutions – technologiques en majorité – applicables sur le terrain. En 2015, le CGIAR disposait d'un budget de 971 millions de dollars, principalement issu de donations de pays (les États-Unis et le Royaume-Uni étant les plus grands contributeurs), d'organisations internationales (ex : Banque mondiale) ou régionales (ex : Banque Inter-Américaine de Développement) et de fondations privées (ex : fondation Bill et Melinda Gates).

CGIAR4.jpg

Source : CGIAR

Parmi les priorités de recherche du CGIAR, on peut noter à titre d'exemples : l'agriculture climato-intelligente ; le développement des chaînes de valeur favorisant la nutrition des consommateurs pauvres ; ou encore l'amélioration génétique des cultures, de l'élevage, de la pisciculture et de la sylviculture. Enfin, dans un bilan réalisé à l'occasion de ses 40 ans d'existence, l'organisation a évalué les bénéfices économiques de ses activités à plus de 14 milliards de dollars. Elle estime par exemple que ses travaux sur le riz ont permis à près de 6,8 millions de Chinois, au cours des années 1980 et 1990, et à 14 millions d'Indiens, de 1991 à 1999, de sortir de la pauvreté dans les dernières décennies du XXe siècle.

Vanina Forget, Centre d'études et de prospective

Lien : CGIAR

09:41 Publié dans Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : portrait, cgiar |  Imprimer | | | | |  Facebook