Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2019

Protection des poissons pélagiques au niveau international : comment cibler les espaces et les espèces prioritaires ?

La pêche commerciale entraîne la surexploitation de près de 75 % des requins pélagiques et 30 % des espèces de thons. Afin d'appuyer la mise en place de mesures de protection, des chercheurs ont identifié, dans un article de mars 2019 publié dans Science Advances, des zones de pression exercées sur sept de ces espèces. L'étude se limite au nord-est de l'océan Pacifique et a pour objectif d'établir si les zones de forte activité de pêche se superposent à des habitats cruciaux pour ces poissons (leur activité y étant intense), les rendant ainsi d'autant plus vulnérables à cette menace.

Pour ce faire, des données satellitaires ont été utilisées afin de déterminer les zones de pêche hautement exploitées. Les habitats cruciaux ont été, quant à eux, reconstitués à partir de données de traçage par balise des espèces choisies. Les chercheurs ont ensuite quantifié le nombre de recoupements, entre zones de pêche et d'habitat, localisés dans les zones économiques exclusives des États ou en haute mer (juridiction internationale).

Dans le nord-est du Pacifique, 35 % des habitats identifiés comme cruciaux pour les espèces étudiées correspondent également à une forte activité de pêche. Chaque espace de recoupement est en moyenne exploité par la flotte de six pays, et cinq pays (Mexique, Taïwan, Chine, Japon et États-Unis) ont des flottes responsables de plus de 90 % du recoupement. Plus particulièrement, concernant le requin saumon, 94 % de ces espaces sont localisés dans les zones économiques exclusives du Canada et des États-Unis. Ces deux pays pourraient donc, à eux seuls, œuvrer significativement à la préservation de l'espèce, sans avoir besoin du concours de pays tiers. Au contraire, pour le requin bleu, 87 % des espaces de recoupement se situent dans les eaux internationales. La mise en place d'accords internationaux est alors essentielle.

Dans le cadre de l'ouverture de débats aux Nations unies sur la mise en place d'un traité de protection de la haute mer, cette étude propose une méthode intéressante pour cibler des zones et des espèces à protéger en priorité au niveau international.

Juridiction (zone économique exclusive - EEZ - ou haute mer) des espaces de recoupement entre habitats des espèces étudiées et zones de pêche fortement exploitées, nord-est du Pacifique

Poissons.jpg

Source : Science Advances

Aurore Payen, Centre d'études et prospective

Source : Science Advances

07/09/2017

Bénéficier des échanges de produits de la mer : faire payer des droits d'accès versus exporter soi-même

Une étude publiée en août dernier par les universités de Colombie-Britannique et de Tasmanie permet de retracer les captures (période 1950-2010) et les flux d'échanges (1970-2010) de produits de la mer, par pays d'origine et de destination. Les résultats sur les échanges, obtenus en appariant les données FAO stat avec celles de la base UN Comtrade, sont particulièrement intéressants. En effet, la connaissance fine du commerce de ces produits constitue un enjeu important, notamment dans le cadre des négociations à l'OMC sur les subventions dans le secteur de la pêche.

Les auteurs font ressortir un accroissement significatif et une réallocation géographique des flux commerciaux de produits de la mer. Représentant seulement 9 millions de tonnes en 1970, ils atteignent 33 millions en 2010. Au début de la période, l’Europe réalisait l'essentiel des importations, principalement en provenance d'Afrique, d'Amérique du Sud et du Nord. En 2010, l'Asie est devenue le premier importateur, avec l'Amérique du Sud comme principal partenaire commercial, et a augmenté ses exportations à destination de l'Afrique, de l'Amérique du Nord et de l’Europe. Cette dernière continue d'importer depuis l'Asie et l'Amérique du Sud, et a réduit ses importations en provenance d'Afrique.

L'étude considère que la signature, en 1982, de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer du secteur de la pêche explique, pour partie, l’accroissement des échanges. Cette convention attribue à chaque pays côtier une zone de pêche réservée (dite « zone économique exclusive » - ZEE) de 200 milles, accessible aux autres États après paiement de droits d'accès. En analysant les zones de captures, les auteurs montrent que, excepté pour l'Asie, la plupart des pays ont depuis réduit leur pêche dans les ZEE et augmenté leurs importations. Selon eux, cette réduction représente, pour les pays en développement, une opportunité pour s’insérer dans le commerce international, en exploitant leurs ressources et en exportant, plutôt qu'en accordant des droits d'accès à d'autres pays. En effet, dans les années 1970, la surpêche dans les pays développés avait conduit ces derniers à accroître leurs captures dans les ZEE des pays en développement qui bénéficiaient de ressources halieutiques plus importantes.

Evolution des échanges internationaux dans le secteur de la pêche par région, entre 1970 (d) et 2010 (e) : régions importatrices représentées par la bande extérieure, régions productrices et exportatrices dans l'intérieur du cercle ; total des échanges indiqué au centre

Commerce-peche.jpg

Source : Marine Policy

Enfin, l'article montre que plus un pays est pauvre, plus la valeur de ses exportations de produits de la mer est forte comparée aux importations, et vice versa. Cela suggère que la hausse des exportations de la part des pays en développement devrait contribuer à leur objectif de réduction de la pauvreté.

Raphaël Beaujeu, Centre d'études et de prospective

Source : Marine Policy