Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2010

Une pomme de terre OGM de seconde génération en Inde

"Protato", une nouvelle variété génétiquement modifiée de pomme de terre, pourrait bientôt être autorisée en Inde. Avec l'intégration d'un gène d'amaranthe, cette pomme de terre aurait une meilleure productivité, un contenu en protéine supérieur de 60% à celui d'une pomme de terre conventionnelle et des propriétés culinaires intéressantes. L'équipe de recherche qui a mis au point cette construction génétique est indienne. Une demande de commercialisation auprès des autorités du pays a été déposée.

Toutefois, le gouvernement indien reste prudent sur les OGM (voir cette note).

Source : ADIT.

Thuriane Mahé, CEP (Centre d'études et de prospective)

 

11:07 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : ogm, inde |  Imprimer | | | | |  Facebook

29/10/2010

Logo "sans OGM"

Carrefour lance un logo « nourri sans OGM, garanti à 99,1% » sur près de 300 références (porc, veau, volailles, œufs, poissons d'élevage). Près de 3000 éleveurs et industriels ont été impliqués dans cette démarche, qui nécessité des contrôles à toutes les étapes de la production et engendre un surcoût de 8% en moyenne, dont 2% sont reportés sur le consommateur.

 

nourri sans ogm.jpg

 

Selon un sondage réalisé par l'IFOP en octobre 2010, 63% des personnes qui ne savent pas que la nourriture pour animaux destinés à la consommation humaine contient des OGM arrêteraient de consommer ce type de produit s'ils l'apprenaient, et 76% souhaitent que la présence ou l'absence d'OGM dans l'alimentation animale soit mentionnée sur les aliments concernés.

Pour Carrefour, si d'autres acteurs se lancent dans cette démarche, cela permettra de réaliser des économies d'échelles.

10:17 Publié dans Alimentation et consommation, Environnement | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/08/2010

Dissémination de colza OGM aux Etats-Unis

Dans une présentation au congrès annuel de la Ecological Society of America, des scientifiques de l'université de l'Arkansas ont étudié l'étendue de la dissémination de colzas OGM résistants à différents herbicides (glyphosate, glufosinate ou les deux) hors champs dans l'Etat du Dakota du Nord. Sur les 604 localisations étudiées sur près de 5000 km de long et à distances régulières, 46% avaient du colza dont 80% au moins OGM. Ces plants de colza OGM dispersés ont été trouvés dans des endroits très variés (bords de route et autoroutes, décharges, parcs, de magasins, de stations essences etc.).
Cette dispersion était anticipée par les autorités américaines depuis l'autorisation des variétés de colza au début des années 1990, d'après une communication à la BBC. Cependant, le transfert des traits génétiquement modifiées aux plantes proches sauvages (comme la moutarde) pourrait compliquer le contrôle de ces plantes adventices par les herbicides.
L'étendue de cette dissémination n'a pas de précédent aux Etats-Unis, d'après la chef de l'équipe qui a mené ces recherches.

Thuriane Mahé, CEP

Sources : Nature, BBC

15:03 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : ogm, etats-unis |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/08/2010

Avenir des biotechnologies

L'association des industries de la biotechnologie a tenu son congrès mondial sur les biotechnologies et la biotransformation à l'échelle industrielle à Washington, du 27 au 30 juin 2010. Selon les intervenants, les débouchés industriels pour les produits agricoles seraient amenés à s'étendre de façon significative car les procédés biotechnologiques sont enfin prêts à sortir des laboratoires pour prendre une dimension industrielle. De plus, de nombreuses entreprises seraient intéressées par les produits biotechnologiques : emballages bioplastiques pour Frito-Lay et Wal-Mart ; ingrédients biotechnologiques pour des produits de consommation courante pour Procter & Gamble ; biocarburants.

Le cabinet McKinsey estime que le marché pour les produits issus de la biotechnologie pourraient augmenter de 116 milliards d'euros en 2008 pour atteindre 450 milliards d'euros d'ici 2020.


Source : The Economist

Programme du congrès

Jo Cadilhon

Centre d'études et de prospective

12:33 Publié dans Biomasse/Biocarburants | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

10/06/2010

Des poissons transgéniques bientôt dans les assiettes ?

La race bovine Blanc bleu belge est le fruit d'une sélection génétique par des éleveurs ayant repéré son caractère génétique intéressant : 40 % de masse musculaire sans gras en plus.

Des ichtyologistes de l'Université de Rhode Island aux Etats-Unis ont recyclé les mêmes processus moléculaires pour créer une truite transgénique avec deux fois plus de masse musculaire abdominale que les truites conventionnelles.

La compagnie Aqua Bounty dans le Massachusetts a désinhibé la période de non croissance qui intervient naturellement chez le saumon en injectant des morceaux d'ADN qui produisent de l'hormone de croissance. Résultat : un saumon qui arrive au poids commercialisable en 18/24 mois au lieu de 30. Aqua Bounty a déjà soumis le dossier de son saumon transgénique à la Food and Drug Administration pour en permettre la commercialisation.

Source : The Economist


Jo Cadilhon (CEP)

 

10:07 Publié dans Alimentation et consommation, Enseignement et recherche | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

22/04/2010

Bilan économique et environnemental des OGM

Les progrès en matière de biologie cellulaire et moléculaire ont permis le développement de semences génétiquement modifiées pour des plantes résistantes aux herbicides et à certains insectes. Introduites en 1996 aux Etats-Unis, leur usage s'est développé largement pour les culture de maïs, soja et coton.

Ce rapport
de l'Académie des sciences américaine dresse un bilan économique et environnemental de l'usage de ces semences. Les bénéfices sont au départ nombreux mais pourraient fortement diminuer dans le temps à cause d'un usage dominant des semences. Certains risques liés au développement d'une résistance des plantes concurrentes augmentent en effet avec la part des cultures génétiquement modifiées. Du point de vue environnemental, la dépendance à un seul herbicide (le glyphosate) serait moins efficace sur le long terme. Les semences de maïs et de coton exprimant une toxine insecticide semblent plus efficaces pour limiter l'usage d'insecticides dans la durée .

Le bilan économique est plus positif avec une réduction des coûts de production ou une hausse de la productivité soit par des rendements, soit par un travail simplifié pour les agriculteurs. Néanmoins, les effets sur les productions conventionnelles n'ont pas été étudiés. Enfin, peu d'éléments sont connus sur le bilan social de l'introduction des cultures OGM.

Le rapport recommandent le développement de l'évaluation des OGM, une collaboration entre administration, universités et acteurs de terrain pour maîtriser et documenter l'apparition d'adventices résistantes, l'étude des effets sur la qualité de l'eau ainsi que le développement de semences OGM d'intérêt général, c'est-à-dire avec des caractéristiques d'adaptation au climat ou de meilleure qualité nutritionnelle.

Thuriane Mahé

10:09 Publié dans 2. Evaluation, Environnement | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

26/02/2010

Progression des OGM dans le monde

L'International Service for the Acquisition of Agribiotech Applications (ISAAA), une organisation en partie financée par les grands semenciers, a publié en février 2010 son bilan annuel sur l'état des cultures biotechnologiques dans le monde.

Selon ses chiffres, 134 millions d'hectares d'OGM étaient cultivés dans le monde en 2009, soit une progression de 7% des surfaces par rapport à 2008. Quatorze ans après le démarrage commercial des OGM, le rythme de leur essor tend toutefois à ralentir : il y a trois ans, il était encore de 13% (cliquer pour voir le graphique en grand).

 

carte OGM.jpg

Les principaux utilisateurs d'OGM sont les États-Unis (64 millions d'hectares), le Brésil (21,4 millions) et l'Argentine (21,3 millions). Viennent ensuite l'Inde (8,4 millions), le Canada (8,2 millions), la Chine (3,7 millions), le Paraguay (2,2 millions) et l'Afrique du Sud (2,1 millions). Tous les autres pays restent en deçà de la barre du million d'hectares.

Les OGM représentent ainsi 9 % des cultures mondiales. Mais ce chiffre cache d'énormes disparités en fonction des cultures et des régions du monde : plus des trois quarts des superficies dédiées au soja sont OGM, le coton transgénique, qui perce en Inde et en Afrique, représente un plant sur deux, et pour le maïs, la proportion est de 26 %.

D'ici à 2015, l'ISAAA considère que la barre des 200 millions d'hectares d'OGM plantés dans le monde pourrait être franchie, grâce notamment à l'arrivée d'un « maïs anti-sécheresse » dans les campagnes des Etats-Unis dès 2012. L'intérêt de la Chine pour le riz et le maïs transgéniques laisse également présager une expansion des superficies dédiées aux cultures biotechnologiques.

Les Amis de la Terre critiquent ces chiffres et mettent l'accent sur la baisse des surfaces en Europe où, compte tenu de l'hostilité des opinions publiques, les surfaces cultivées en OGM ont reculé en moyenne de 12 % l'an dernier.

surface OGM UE 2008-2009.jpg

 

 

 

 

 

 

Sources : ISAAA, Global Status of Commercialized Biotech/GM Crops: 2009, Executive Summary (44 p.)

Les Amis de la Terre, Who benefits from GM crops? (43 p.)

11:27 Publié dans 3. Prévision, Environnement, Filières agricoles, Mondialisation et international | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

11/02/2010

La Chine se tourne vers les OGM dans l'approvisionnement alimentaire

Avec plus d'1,3 milliard de personnes à nourrir, le gouvernement chinois a défini la sécurité alimentaire comme l'un de ses projets phares du plan de développement national. Il s'est fixé comme objectif d'accroître la production céréalière de 50 millions de tonnes entre 2009 et 2020.

Pour ce faire, le recours aux OGM n'est pas exclu : le gouvernement a publié, le 31 janvier 2010, un document visant à faire avancer l'industrialisation des cultures génétiquement modifiées sur la base d'une évaluation scientifique et de gestion conformément à la loi. Par précaution, les administrations de la santé mettront bientôt en place un système de surveillance, afin de signaler des effets indésirables.

Le gouvernement devrait approuver la plantation commerciale d'organismes génétiquement modifiés de riz dans les 3 ou 5 prochaines années. Le Ministère avait déjà octroyé des certificats de sécurité à d'autres cultures OGM comme le coton en 1998 et la tomate et le poivron en 1999, mais jusqu'ici, aucune souche de riz n'avait encore reçu l'approbation pour une utilisation généralisée. La Chine pourrait ainsi devenir le premier pays à cultiver commercialement du riz génétiquement modifié, adoptant ainsi une politique assez différente de la politique indienne.


Sources :

China Daily, 04/02/10

Académie Chinoise des Sciences, 08/02/10

12:04 Publié dans 4. Politiques publiques, Environnement | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

12/06/2009

Coexistence OGM et non OGM : l'avis des chercheurs

La coexistence de cultures OGM et non OGM n'est possible que si de grandes distances d'isolement entre les champs sont établies. C'est l'un des enseignements du programme de recherche européen CoExtra dont les conclusions ont été rendues publiques après 4 années de travail.
Lancé le 6 juin 2005, le programme de recherche européen Co-extra, d'un budget de 22 millions d'euros, a mobilisé plus de 200 chercheurs de dix-huit pays pendant quatre ans.

En effet, selon les espèces, la taille des champs, les vents, les chercheurs ont modélisé la dispersion des pollens dont certains peuvent voyager jusqu'à 30 kilomètres, précise Yves Bertheau, coordinateur du projet. Le chercheur explique que l'on "peut imaginer que tout le monde s'entende sur un territoire, et qu'un bassin de production soit OGM ou sans OGM" mais s'interroge alors sur "qui prend cette décision pas forcément consensuelle ?".

Par ailleurs, d'autres facteurs  peuvent générer des traces d'OGM dans l'alimentation comme la qualité des semences utilisées et la transformation des produits, les animaux nourris avec des plantes OGM n'étant pas étiquetés comme tels... (le Conseil national de la consommation a d'ailleurs demandé en avril qu'un étiquetage "nourri sans OGM" soit créé pour les viandes et produits laitiers).

Le site de la conférence

Le résumé en français

 

15:04 Publié dans Environnement | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook

14/04/2009

Nouvelle étiquette "nourri sans OGM"

Le Conseil national de la consommation s'est prononcé  en faveur d'une nouvelle étiquette avec la mention "nourri sans OGM" suite à une réunion organisée le 3 avril 2009 au Ministère des Finances en présence de représentants de l'association "Que choisir" et de représentant de l'industrie agroalimentaire.
En Europe pour l'instant il n'existe aucune législation en la matière, chaque état membre étant libre d'informer ou pas les consommateurs à ce sujet.  Cette mention "nourri sans OGM" figure déjà sur différents produits en Allemagne issus d'animaux nourris avec une alimentation contenant moins de 0,9% d'OGM.

Les résultats d’un sondage réalisé en janvier dernier sur la question des OGM venaient d'être publiés par les Fermiers de Loué qui ont mis en place une filière sans OGM pour l’alimentation de leurs volailles. Selon les résultats de ce sondage réalisé par l’Institut Efficience 3, environ 93 % des Français estiment qu’il est anormal que les producteurs qui donnent de la nourriture contenant des OGM à leurs animaux n’ont aucune obligation de le mentionner sur les produits (viandes, lait, oeufs…). Environ 76 % de Français sont favorables à l'étiquette "Sans OGM" et 86 % approuvent le projet d’étiquetage avec la mention "Nourri sans OGM minimum garanti 99.1 %".

L'avis du CNC

16:38 Publié dans Environnement, Santé et risques sanitaires | Lien permanent | Tags : ogm |  Imprimer | | | | |  Facebook